Côte D’Ivoire: Le 1er ministre Hamed Bakayogo a été inhumé dans sa ville natale Séguéla

0
75
Photo prise le 17 mars 2021 lors de l’hommage officiel au Premier ministre ivoirien Hamed Bakayoko, décédé le 10 mars 2021, à 56 ans. Hamed Bakayoko a été inhumé dans l’intimité familiale vendredi 19 mars dans sa ville de Séguéla (Nord), à l’issue d’une semaine de deuil national.
AFP – ISSOUF SANOGO.

Le Premier ministre ivoirien Hamed Bakayoko, décédé le 10 mars en Allemagne, a été inhumé dans l’intimité familiale ce vendredi 19 mars dans sa ville de Séguéla (Nord), à l’issue d’une semaine de deuil national. Ils étaient nombreux à avoir fait le déplacement

De notre envoyé spécial à SéguélaSidy Yansané

La cour de la Grande Mosquée de Séguéla était pleine à craquer, ainsi que les rues avoisinantes, occupées par des centaines de croyants venus accompagner le défunt Premier ministre vers sa dernière demeure. Vêtus de blanc, la couleur du deuil, le chef de l’État Alassane Ouattara et plusieurs ministres ont fait le déplacement. 

Une présence qui renforce le poids politique du défunt Premier ministre, selon sa cousine Fatoumata Bakayoko : « Il était le fils adopté du président, donc quoi de plus normal pour un père qui perd son enfant que de venir l’accompagner à sa dernière demeure. »

De nombreux admirateurs d’Hamed Bakayoko sont venus lui rendre hommage, peinant parfois à retenir leur émotion. «C’était un grand leader, un grand rassembleur, un homme de cœur. » Les larmes aux yeux, ce jeune homme est venu de la commune abidjanaise d’Abobo, dont HamBak était le maire : « Les mots me manquent. Hambak, c’était notre maire. Il nous a tout donné à Abobo. Il a transformé Abobo. Mais c’est Dieu qui l’a voulu. On n’a pas le choix. Alors on le laisse à Dieu ».

L’aumônier militaire régional de Bouaké est aussi venu présenter ses hommages, à celui qui était également ministre de la Défense : « Nous sommes venus en délégation pour rendre hommage à notre patron. Parce qu’il a fait beaucoup pour les aumôniers. Que la terre lui soit légère et que Dieu l’accueille dans son paradis.»

Simple, bon vivant et proche du peuple, HamBak, comme on le surnommait, c’était aussi l’idole politique des jeunes. Vacho Karamoko préside l’ONG J’aime Séguéla : « Nous, jeunes de Séguéla qui étions souvent en contact avec lui, nous savons l’intérêt et l’importance que notre région avait pour luiJe pense que le meilleur hommage que nous pouvons lui rendre, c’est de continuer les œuvres de développement et de réconciliation qu’il avait commencé à mener pour qu’au-delà de son décès, ces œuvres persistent. »

Arborant un tee-shirt noir à l’effigie d’HamBak, cet originaire de la ville de Man, à l’ouest, a aussi tenu à partager une prière : « Nous, on est très choqués, la jeunesse ivoirienne, c’est pour cela qu’on est venu pour soutenir notre frère. Que Dieu l’accueille dans son paradis à lui»

L’idole politique des jeunes recevra désormais les recueillements dans son ranch familial.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.