Vaccins anti covid19: La  population burkinabè est-elle prête à l’accepter.

0
58

22 avril 2021

Depuis quelques mois, de nombreux pays d’Afrique ont débuté la vaccination contre le Covid-19. En Afrique de l’Ouest, le Ghana et la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Togo ont commencé à vacciner leurs populations.  Le  Burkina Faso se prépare à son tour à recevoir ses premières doses de vaccin contre la Covid-19. Cependant les populations sont-elles vraiment favorables à cela ?  Votre journal en ligne  Fasoamazone.net  a  realisé un sondage,   c’est a dire un micro trottoir pour vous.

Si la vaccination est habituellement présentée comme l’une des interventions de santé publique,  il faut reconnaître que s’agissant de la Covid-19, les réseaux sociaux et bon nombre de médias tendent à diffuser un tout autre discours.

Au Burkina Faso, entre 6 et 7 personnes sur 10 affirment qu’elles n’accepteraient pas le vaccin anti-Covid-19 si on le leur proposait. Pour appréhender la perception de la vaccination anti-Covid-19, nous avons réalisé un micro trottoir au sein de la population. Nos résultats montrent, derrière le refus de vaccination, un assemblage complexe d’arguments et de représentations sociales.

On peut distinguer plusieurs grandes tendances dans les justifications.

Une partie des personnes interviewées expriment une méfiance ou un doute qu’elles justifient par « tout ce qu’elles ont lu ou entendu », dans leur milieu et sur les réseaux sociaux, en y adhérant plus ou moins.

Issiaka SANOU prifesseur

Selon Issiaka Sanou, enseignant du secondaire dans un établissement de la place, le refus du vaccin s’explique par la surabondance d’informations et la circulation de rumeurs et d’informations hétérogènes erronées, que les personnes ne peuvent vérifier ou trier, faute d’avoir les connaissances nécessaires.

D’autres par contre, discutent l’intérêt du vaccin de manière critique, et ont tendance même à mettre en doute l’existence de la Covid-19.

Boureima SAWADOGO Commerçant Bobo- Dsso

C’est le cas de Boureima Sawadogo, commerçant au grand marché de Bobo. « Moi personnellement, jusqu’à ce jour, je ne crois pas en l’existence de cette maladie dans notre pays.

Du coup, je ne vois pas l’intérêt d’administrer un tel vaccin aux populations. Ce qui est sûr, moi je ne vais pas accepter de me faire vacciner », dit-il.

Frank étudiant en Lettes modernes à Bobo-dsso

Même avis que Franck, étudiant en Lettres modernes qui estime que le vaccin est instrumentalisé, soit par les Occidentaux et les « grandes puissances », soit par les firmes pharmaceutiques qui ne chercheraient que le profit, avec la complicité des politiciens africains.

Cependant à coté de ceux-là, il y’a ceux qui sont optimistes. 

Ils  ont déclaré vouloir se faire vacciner. Ils justifient ce choix par le besoin de mettre un terme à une pandémie impactant lourdement la vie quotidienne et menaçant de faire basculer dans la pauvreté une part importante de la population. « La maladie à coronavirus a montré à quel point nous sommes vulnérables.

N’eut été les mesures prises par le président du Faso pour soulager les populations pendant la quarantaine, beaucoup allaient succombées » , a indiqué Isaac, fonctionnaire.

Sandrine Traoré, esthéticienne à Bobo

Et Sandrine Traoré  d’ajouter : « si c’est vérifié que le vaccin est bon, allons à la vaccination afin de bouter cette maladie hors de nos pays qui n’a que trop duré ».

Dans l’optique de la « préparation des populations » promue par les autorités sanitaires, il faut se souvenir que les opinions ne sont pas réductibles à un manque de connaissances..

Certes, de nombreuses personnes interviewées ont exprimé le souhait d’être mieux informées, preuve de l’attente d’une meilleure communication scientifique.

Cependant il ne faut pas penser que le problème de la défiance vis-à-vis de la vaccination pourra être résolu uniquement par une communication pour opposer à la population des connaissances scientifiques.

Si l’on souhaite que les populations se préparent à la vaccination, il importe d’analyser de façon minutieuse leurs perceptions concernant le vaccin.

En entendant, continuons toujours de respecter les mesures barrières.

Mami O.

Fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.