Décès d’Idris Deby Itno: Un coup dur pour le G5 Sahel.

0
248

21 avril 2021

Le maréchal Déby « vient de connaître son dernier souffle en défendant l’intégrité territoriale sur le champ de bataille » : c’est ainsi qu’a officiellement été annoncée, mardi  20 avril 2021 matin, aux Tchadiens, la mort de leur président, le communiqué précisant qu’il avait « pris la tête des opérations lors du combat héroïque mené contre les hordes terroristes venues de la Libye. »

Président en exercice de la Coalition G5 Sahel, c’est donc un « partenaire-clé dans la lutte anti-jihadiste qui est tombé les armes à la main.

.L’information a été rendue publique ce mardi 20 avril 2021 dans la matinée par des sources officielles, annonçant que le Chef d’Etat a succombé à ses blessures, alors qu’il était au Front, dans des affrontements contre des factions rebelles du Front pour l’Alternance et la Concorde (Fact).

Le Chef d’Etat venait tout juste d’être réélu pour un nouveau mandat  à la tête de son pays.

Ce décès tragique met fin à 30 ans de règne, à la tête du Tchad, depuis son arrivée au pouvoir en décembre 1990, après avoir chassé le dictateur Hissène Habré .Dans la foulée, un conseil militaire, dirigé par son Fils Mahamat Deby Itno, a été mis en place et a promulgué une charte de transition, d’une durée de 18 mois.

Quel impact sur la lutte contre le Terrorisme ?

Pourl es pays de la sous-région, le décès de celui qui se faisait depuis peu appeler Maréchal du Tchad, pourrait causer une accentuation des mouvements de déstabilisation de la sous-région, avec des poussées de mouvements terroristes.

Plusieurs experts craignent déjà des impacts dans la stabilisation de la région du Sahel dans son ensemble. Vu le rôle prépondérant de leadership  joué par le Tchad dans la lutte contre le terrorisme.

Avec son implication aux côtés de partenaires occidentaux comme la France, ou dans le G5 Sahel, le Tchad de Deby jouait en effet un rôle de tampon, entre l’Afrique occidentale et les vagues de déstabilisation en provenance notamment de Libye depuis la chute du colonel Kadhafi.

Des remous politiques internes, conjugués à d’autres facteurs politiques dans les pays voisins, pourraient accentuer les pressions sur le terrain du terrorisme.

Notamment dans la bande sahélienne et en Afrique occidentale soudano-sahélienne, qui comprend plusieurs pays de l’Uemoa.

Toutefois, outre Deby, plusieurs dirigeants de la sous-région, notamment le Président togolais Faure Gnassingbé, se sont impliqués davantage dans la lutte contre les poussées terroristes.

Une question stratégique majeure, qui était notamment à l’agenda de sa rencontre avec le Chef d’Etat français, Emmanuel Macron.

Kalo Sanou

Fasoamazone.net

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.