Rentrée gouvernementale : « les défis restent les mêmes », dixit Christophe Dabiré

0
109

Le premier ministre Christophe Dabiré accompagné des membres du Gouvernement se sont retrouvés ce mercredi 8 septembre 2021 dans la matinée autour du Chef de l’Etat Roch Marc Christian Kaboré pour le traditionnel conseil des ministres après une pause. Pour cette rentrée gouvernementale, le premier ministre a expliqué que les défis restent les mêmes. Dans le dernier trimestre de l’année 2021, le gouvernement entend travailler pour engager les grandes réformes que le président du Faso a annoncé lors de sa campagne présidentielle et lors de son investitude.

Les congés des membres du gouvernement sont terminnés, avec la reprise du traditionnel Conseil des ministres ce mercredi 8 septembre 2021 sous la présidence du Chef de l’Etat. Pour le Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré, vue la situation que travers le pays, il n’a pas eu de congés. « En tant que président du Faso il était impossible de prendre des vacances dans ces contextes », a-t-il dit.

Dans le dernier trimestre de l’année 2021, le travail gouvernemental consistera selon le Président Roch Kaboré à recadrer toutes les questions qui concernent la préparation du budget 2022 qui sera soumise bientôt à l’Assemblée nationale, à préparer la deuxième série du PNDES pour le soummettre aux partenaires techniques et financiers d’ici le mois de novembre.

« Nous devons nous préoccuper des problèmes quotidiens des burkinabè notamment tous les questions qui concernent la vie chère, des logements sociaux et de la terre », a précisé le Président Roch Kaboré. Selon lui, toutes les questions qui rélèvent de ces préoccupations qui sont celles de prise en charge au niveau sanitaire, de la Covid-19 et de tous les secteurs sont des questions qui seront aborder au cours de cette rencontre avec les membres du gouvernement. « L’objectif de cette reprise , c’est nous engager à trouver l’ensemble des solutions qui permettent aux Burkinabè de vivre dans une certaine sérénité ».

Le contexte d’insécurité et sanitaire restent des priorités pour le gouvernement burkinabè sans lesquelles toutes les questions de développement deviennent difficile à résoudre.

Pour le ministre de la santé Charlemagne Ouédraogo, les échanges vont s’articuler sur un plan d’urgence pour les hôpitaux en période covid afin de renforcer la capacité de ces hôpitaux, réssucité la pharmacie hospitalière et amélioré l’accès à l’eau, hygiène et assainissement en vue de rassurer les populations, des capacité du gouvernement à offrir les soins de qualité.
Pour ce qui est de la vie chère au pays des hommes intègres, le ministre du commerce Harouna Kaboré a expliqué que le Burkina vient d’adopter au niveau référentiel de développement, le PNDES II qui définit les différents axes en maintenant la nécessité de transformer l’économie du pays. « Ce qui va nous permettre d’augmenter nos capacités de production en terme de produits agricoles et de produits manufacturés pour faire en sorte que le pays soit moins dépendant des importations de tel sorte que lorsque nous avons des flottes exogènes comme ce que nous constatons au niveau des frets, que nous puissions continuer à approvisionner notre pays en sort que les populations puissent s’approvisionner des produits de premier nécessité »,a-t-il expliqué.

En terme de coopération, le ministre des affaires étrangère Alpha Barry dit travailler à multiplier les partenariats pour reléver les défis du pays.

Jeanne Z. LAYA

Fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.