FESPACO 2021 : un challenge pour les réalisateurs africains

0
415

18  août  2021

La 27è édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) se tient du 16 au 23 Octobre prochain.   Pendant une semaine, les professionnels du cinéma et de l’audiovisuel échangeront sur le thème « Cinéma africain et de la diaspora : nouveaux regards, nouveaux défis ». A cette édition, 239 films africains dont un nombre important de films des cinéastes burkinabè seront en compétition.

Ouagadougou vivra du 16 au 23 octobre 2021 les festivités du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO). Un évènement biennal qui regroupe tous les réalisateurs africains et de la diaspora. Ces réalisateurs viennent de toutes parts dans le but de s’approprier le grand prix du festival.

Un grand évènement mis à profit pour promouvoir le développement de l’industrie du cinéma et de l’audiovisuel en Afrique. A cet effet, les films africains sont réceptionnés puis sélectionés pour être mis en compétition. Pour cette 27è édition, le comité d’organisation a réceptionné 1132 films.

Mais, seulement 239 films ont été retenus pour égayer les festivaliers durant une semaine de festivités. Ces films ont pu attirer l’attention du comité en raison de leur qualité et la pertinence des thèmes qu’ils abordent.

Il y aura au programme, de grandes cérémonies officielles d’ouverture et de clôture du festival avec proclamation du palmarès et de remise de prix aux différents lauréats, de cérémonies officielles d’ouverture et de clôture du marché du film africain, du colloque, de gala d’ouverture de la compétition des films et cérémonie de remise des prix spéciaux.

Les films qui sont mis en compétition sont les longs et courts métrages de fiction, la compétition documentaire long et court métrage, les séries télé, les films d’animation, les films d’écoles, la section « Perspectives », la section « Burkina », le Yennenga post-production, etc.

Sur les 239 Films sélectionnés, figure un nombre important de films des cinéastes burkinabè. On note entre autres les trois lascars fiction long métrage de Boubakar Diallo, garderie nocturne, documentaire long métrage de Moumouni Sanou ; nos voisins, fiction court métrage de Delphine Kaboré ; l’inconnu, documentaire court métrage de Simplice Ganou ; la traversée, fiction long métrage de Irène Tassembédo ; les traces dun migrant, documentaire de Delphine Yerbanga.

Ce cadre de rencontre qui favorise un grand brassage culturel est une véritable source d’enrichissement. Au cours du festival, les professionnels du cinéma et de l’audiovisuel échangeront autour du thème « Cinéma africain et de la diaspora : nouveaux regards, nouveaux défis ». Ils vont non seulement faire ressortir leurs ressemblances et leurs dissemblances mais aussi apprécieront les valeurs culturelles des uns et des autres.
Jeanne Z. LAYA

fasoamazone.net

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.