Burkina/rentrée scolaire: Message du Ministre en charge de l’éducation nationale 𝐒𝐭𝐚𝐧𝐢𝐬𝐥𝐚𝐬 𝐎𝐮𝐚𝐫𝐨

0
226

Message du 𝐏𝐫. 𝐒𝐭𝐚𝐧𝐢𝐬𝐥𝐚𝐬 𝐎𝐮𝐚𝐫𝐨, Ministre de l’Éducation nationale de l’Alphabétisation et des langues nationales en ce 1er octobre  2021,  jour de rentrée scolaire au Burkina .

Chers collègues enseignants et encadreurs,
Chers élèves et parents d’élèves,
Chers membres de la communauté éducative,

Chaque rentrée scolaire offre l’occasion aux acteurs et partenaires du système éducatif ainsi qu’à toute la communauté éducative de jeter un regard rétrospectif sur l’année scolaire écoulée et de partager les préoccupations, les défis et les perspectives pour la nouvelle année qui s’annonce.

Au moment où les élèves s’apprêtent à reprendre le chemin des classes, permettez-moi avant tout propos de m’incliner devant la mémoire de nos braves Forces de Défense et de Sécurité, des vaillants Volontaires pour la Défense de la Patrie ainsi que celle des acteurs de l’éducation tombés sous les balles assassines des forces obscurantistes sur la terre libre et sacrée du pays des hommes intègres.

Chers acteurs et partenaires de l’éducation,
L’éducation est un moyen de donner aux enfants comme aux adultes, la possibilité de devenir participants actifs de la transformation des sociétés dans lesquelles ils vivent. C’est pourquoi le Gouvernement ne ménage aucun effort pour rendre le système éducatif performant et accessible à tous.
Avant de vous faire part des perspectives qui s’annoncent, je voudrais jeter un regard rétrospectif sur l’année scolaire et universitaire écoulée.

Des acquis notables

Au cours de l’année scolaire 2020-2021, notre système éducatif a enregistré des acquis notables en dépit du contexte de crises sécuritaire, sanitaire et sociale.
En termes de réalisations d’infrastructures éducatives pour la seule année de 2021, nous pouvons citer à titre illustratif :
– Au niveau de l’éducation préscolaire et primaire :
 15 salles de classe du préscolaire réalisées ;
 126 salles de classes réalisées pour la résorption des écoles sous paillotes ;
 66 nouvelles salles de classes construites pour la normalisation d’écoles incomplètes.
– Au niveau des enseignements post-primaire et secondaire :
 12 Collèges d’Enseignement général (CEG) ;
 48 classes supplémentaires ;
 17 CEG érigés en lycées.
L’implantation des lycées scientifiques est étendue, dès cette année scolaire, à toutes les régions du pays si bien qu’on a quatorze (14) lycées scientifiques dont deux (02) lycées scientifiques nationaux et douze (12) lycées scientifiques régionaux.
Cette année scolaire verra l’ouverture des classes préparatoires aux grandes écoles ainsi que celle des centres de préparation à l’agrégation à Ouagadougou et à Bobo Dioulasso.

A côté de ces réalisations, le gouvernement poursuivra le développement de l’accès à tous les niveaux, l’équipement des 12 établissements d’EFTP réalisés ainsi que leur normalisation et la recherche de financement pour la construction de nouveaux établissements.
Dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie nationale de l’Education en Situation d’Urgence, en 2020, 116 salles de classes ont été construites et équipées, soit 60 au primaire et 56 pour le post-primaire et secondaire. A cela, s’ajoute l’acquisition de 4 733 tables-bancs au profit des structures éducatives des zones à forts défis sécuritaires. Les prévisions en 2021 sont de 260 classes préfabriquées, 11500 tables bancs, 164 classes complémentaires et plus de 120 000 kits scolaires pour faciliter l’accueil des élèves déplacés internes et la réouverture des établissements fermés.
En terme d’amélioration des conditions d’apprentissage des élèves, 6 094 bourses scolaires ont été octroyées pour l’année scolaire 2020-2021, avec 2 857 aux filles.
De même, au regard du contexte sécuritaire et sanitaire que nous connaissons tous, des innovations ont été entreprises dans le sens de permettre un meilleur accès à une éducation de qualité. Ces innovations ont porté entre autres sur la production effective des ressources pédagogiques numériques et leur diffusion par plusieurs canaux. La création de la Radiotélévision Educative constitue une continuité des actions déjà réalisées dans ce domaine. La réforme curriculaire a également été poursuivie avec entre autres l’écriture de 12 livres du préscolaire et la réception de 12 livres de CP1 et CP2 en vue de la généralisation de la réforme.
– Au niveau de l’éducation non formelle :
On enregistre la création de 6 nouveaux Centres d’Education de Base non formelle (CEBNF). Par ailleurs, en 2021, cent-vingt-cinq (125) CEBNF répartis dans quatre-vingt-dix-neuf (99) communes ont bénéficié d’une allocation de 418 900 000 FCFA pour leur fonctionnement. (Ce qui est une première).

Au cours de cette année, les efforts d’investissements du ministère et de ses partenaires ont été entamés par des effondrements d’infrastructures éducatives ayant parfois entrainé des pertes en vies humaines. Au regard de ces situations fort regrettables, le Gouvernement a pris des dispositions en vue d’améliorer la qualité des ouvrages livrés.

Chers acteurs et partenaires de l’éducation, Mesdames et Messieurs,

Les taux de succès

En ce qui concerne les résultats aux différents examens scolaires, nous pouvons affirmer sans ambages que ceux de la session de 2021 sont en baisse légère comparativement aux résultats de 2020. En effet on enregistre les taux de succès nationaux suivants :
 au Certificat d’Etudes Primaire (CEP) : 59,34 % contre 66,06 en 2020, soit une baisse de 06,72 % ;
 au Brevet d’Etudes du Premier Cycle (BEPC) : 27,84% contre 36,48% en 2020, soit une baisse de 08,64 % ;
 au Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP) et au Brevet d’Etudes Professionnelles (BEP) on note des résultats constants soit : 63,39 % contre 63,36% en 2020 ;
 au baccalauréat, toutes séries confondues : 38,20 % contre 39,35 % en 2020, soit une baisse de 01,15 %.

Ces résultats interpellent tous les acteurs à plus d’abnégation au travail, à plus de responsabilité dans l’accomplissement de nos tâches et à une synergie d’actions pour une meilleure performance de notre système éducatif.

Au niveau du pilotage, on peut relever la création de la direction générale de la Radiotélévision Educative, la création de la direction générale de développement des lycées scientifiques, des classes préparatoires et de l’agrégation de l’enseignement secondaire et la création de l’Institut national de formation des personnels de l’éducation en vue d’une meilleure prise en charge de la formation des élèves et des personnels de l’éducation.

Ces efforts seront poursuivis dans le cadre du nouveau référentiel de développement de l’Education de base et de l’Enseignement secondaire en cours de finalisation.

Chers enseignants et encadreurs,
Chers élèves et parents d’élèves,
Mesdames et Messieurs,

Cette nouvelle année scolaire qui commence est porteuse d’espoir.

Je voudrais réitérer, au nom du Gouvernement et en mon personnel mes vifs remerciements à vous tous, qui avez contribué à la tenue effective des différents examens scolaires, dans un contexte de crises sanitaire et sécuritaire difficile.

Nul besoin de vous dire combien ces crises affectent le secteur de l’éducation. En effet, la dernière situation du 28 mai 2021 faisait état de 2 244 écoles fermées du fait de l’insécurité, soit 10,85% des établissements scolaires de notre pays. Ces fermetures ont affecté 304 567 élèves dont 148 046 filles et 12 480 enseignants dont 4 568 femmes.

La crise liée au coronavirus est toujours persistante et j’invite l’ensemble de la communauté éducative au respect des mesures barrières édictées par les autorités sanitaires et à sensibiliser sur la vaccination contre la COVID-19.

C’est pourquoi, je mesure l’angoisse de chacune et de chacun, en ce début d’année scolaire au regard de la persistance de ces crises.

A ce double défi qui s’impose à nous cette année, s’ajoute celui de l’implémentation des réformes de notre système éducatif pour qu’il soit en phase avec les enjeux du moment. A ce titre, nous avons engagé de larges concertations par l’implication de tous les acteurs et diverses sensibilités à la réflexion et à la définition des grandes orientations qui seront abordées lors des assises nationales sur l’éducation.

Cette démarche inclusive interpelle tous les acteurs à l’engagement collectif pour dégager la nouvelle vision de l’école Burkinabè à partir de laquelle sortiront des citoyens à la conscience citoyenne élevée, et productifs. C’est du reste, la conviction exprimée par le président du Faso à travers son invite aux filles et aux fils à la concertation afin de relever collectivement les défis du moment.

Au moment où le pays traverse des épreuves particulières, l’implication de tous à la recherche de solutions aux questions d’intérêts national est un devoir patriotique. Ensemble nous agirons, ensemble nous réussirons.
Chères collaboratrices,
Chers collaborateurs et partenaires,
Actrices et acteurs du système éducatif,

Nous ne pouvons passer sous silence les mouvements de protestations de certains élèves qui ont perturbé les activités pédagogiques dans quelques établissements.

Nous déplorons et condamnons la violence qui les ont caractérisés ainsi que les dégâts matériels qu’ils ont engendrés. L’émoi provoqué par ces évènements, nous rappelle que nous devons utiliser avec discernement les droits et libertés consacrés par la constitution de notre pays. C’est pourquoi je profite de cette tribune pour exhorter tous les acteurs de l’éducation à plus de dialogue.

Qu’il me soit permis de traduire la gratitude du, Gouvernement aux partenaires sociaux, aux partenaires techniques financiers sans oublier les ONG et Associations ainsi que les acteurs du privé pour leurs immenses contributions dans l’édification de notre système éducatif.

Mesdames et Messieurs,
Une société n’a d’avenir que si elle se fixe des priorités importantes pour ses enfants.

Car comme le disait Jim Rohn « Ce n’est pas le vent qui décide de votre destination, c’est l’orientation que vous donnez à votre voile. Le vent est pareil pour tous ». Ainsi, pour cette rentrée scolaire 2021-2022, le Gouvernement renouvelle son engagement à assurer la poursuite de la mission éducative malgré les multiples défis auxquels le système éducatif est confronté.

Tout en appréciant avec beaucoup d’humilité les avancées notables déjà réalisées, je voudrais vous inviter à vous approprier le thème de l’année scolaire qui s’annonce : « Engagement pour une meilleure gouvernance du secteur de l’éducation dans un contexte de crises économique, sociale, sanitaire et sécuritaire : gage d’un système éducatif résilient et performant ».

Ce thème nous invite tous à nous engager à nouveau et à poursuivre nos efforts dans la quête d’une meilleure gouvernance de notre système éducatif en termes de rationalisation de la gestion du personnel, d’équité dans l’allocation des ressources et de la recherche permanente de la qualité. Toutes choses qui vont consolider la performance et la résilience de notre système éducatif.

C’est l’occasion une fois de plus pour nous de renouveler nos encouragements ainsi que ceux de l’ensemble du Gouvernement aux personnels du système éducatif en poste dans les zones à forts défis sécuritaires. Nous leur rassurons du soutien indéfectible de l’État dans l’accomplissement de sa noble mission de défendre l’intégrité physique des personnes et la souveraineté de notre pays.
Tous engagés pour une éducation de qualité au Burkina Faso !
Bonne année scolaire et universitaire 2021-2022 !
Que Dieu bénisse notre cher pays le Burkina Faso !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.