Technique d’audition : les acteurs de la scène pénale outillés

0
243

Le Collège sahélien de sécurité a organise du 4 au 14 octobre 2021 à Ouagadougou, une formation en faveur des acteurs de la scène pénale venus des 5 pays du G5 Sahel. Cette formation permettra à ces participants(es),  d’améliorer le contenu des différentes auditions dont ils feront face pour la manifestation de la vérité des faits reprochés à des personnes accusées.

Techniques d’audition

Les pays du G5 Sahel font face depuis quelques années à des actes criminels organisés. En vue de mieux établir la vérité sur des faits reprochés à des personnes accusées, le Collège sahélien de sécurité organise des formations en faveurs des acteurs de la scène pénale.

Pendant 10 jours, ces magistrats, policiers et gendarmes venus des différents pays du G5 Sahel seront outillés dans la technique d’audition dans le cadre des enquêtes judiciaires.

Le formateur consultant Thierry VIRY

Selon Thiery VIRY, formateur, le but de la formation, c’est d’améliorer le résultat des enquêtes. « En améliorant le contenu des auditions de personnes entendues, on améliore la justice ainsi que les relations entre citoyens, la police et la gendarmerie », a-t-il indiqué.

Il s’agit de nouvelles méthodes qui serviront à aider les participants à mieux auditionner les témoins, les victimes ou les personnes accusées d’avoir commises des infractions.

Alban SOME, juge d’instruction au tribunal de grande instance Ouaga1.

« Cette formation permettra à même de nous aider à améliorer le contenu des différentes auditions auxquelles nous ferons face pour qu’à la fin, ces auditions puissent servir à trouver toutes les éclaircissements possibles sur les faits reprochés à quelqu’un », a dit Alban SOME, juge d’instruction au tribunal de grande instance Ouaga1.

Elisabeth TRAORÉ, Capitaine de la police au Mali

Pour Elisabeth TRAORE capitaine de police au Mali, les pays du G5 Sahel doivent se donner la main pour la réussite des enquêtes judiciaires en cette période d’insécurité qu’est le terrorisme. « Cette formation est la bienvenue car elle va aider chacun de nous à mieux servir son pays », a affirmé Mme TRAORE.

Fatimata Maï Ali SIDIBE,   juge des mineurs de droit commun « au Niger »

Venue du Niger, Fatimata Maï Ali SIDIBE,  juge des mineurs du droit commun au Niger,  trouve que cette formation sera bénéfique pour elle. « Au Niger, nous avons  le Pôle judiciaire spécialisé en matière de lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée,  moi je fais le droit commun mais avec les nominations, demain  je peux me retrouver au Pôle  judiciaire de lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée.  Ce qui explique ma  présence à cette formation.  J’entends transposer les connaissances acquises à cette formation au droit commun pour améliorer la qualité de mes auditions et interrogatoires »  a-t-elle précisé.

En rappel, le Collège sahélien de sécurité(CSS),  est une structure basée à Bamako qui offre des formations aux ressortissants des 5 pays du G5 Sahel, notamment les magistrats, les policiers et les gendarmes.

Jeanne LAYA

fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.