Burkina : la CBDDH plaide pour le respect des droits humains en période de crise

0
182
Plaidoyer au près des autorités du ministère de la santé du Burkina Faso

La Coalition Burkinabè des Défenseurs des Droits Humains (CBDDH) est en plaidoyer auprès des autorités burkinabè pour garantir le respect effectif des droits des Défenseurs des droits humains (DDH) et l’ouverture de l’espace civique et démocratique en période de crise au Burkina Faso. Débuté le 5 octobre dernier, ce plaidoyer prend fin ce vendredi 15 octobre 2021.

Plaidoyer  à la Commission nationale des Droits Humains(CNDH)

Garantir le respect effectif des droits des Défenseurs des droits humains (DDH) et l’ouverture de l’espace civique et démocratique en période de crise au Burkina Faso, c’est tout l’objectif que poursuit la Coalition Burkinabè des Défenseurs des Droits Humains (CBDDH).

À la CNDH

De ce fait, des équipes de défenseurs des droits humains sont reçues à des audiences depuis le 5 octobre dernier par les autorités du Burkina Faso.

 

Au ministère de la santé

Plusieurs acteurs sont impliqués dans la prise en compte du volet droit humain en période de crise. Il s’agit entre autre du premier Ministère, du Ministère de la justice chargé  des droits humains et de la promotion civique, du Ministère de la santé, du Ministère de la sécurité, les Médias,  l’Assemblée nationale (CAGIDH), faitières des DDH au Burkina Faso, la CBDDH, la CBDH, les médias, etc.

Playdoyer a la Radio Télévision du Burkina(RTB)

Le présent plaidoyer se veut une sensibilisation des autorités du Burkina Faso sur l’importance de l’implication des défenseurs des droits humains dans la gestion des crises sanitaires au Burkina Faso.

Il faut noter que la pandémie de la Covid-19 a beaucoup impacté les conditions de vie et de travail des burkinabè à cause des mesures de riposte adoptées par les autorités.

Ces mesures sont la limitation de la liberté de mouvement, la limitation de la liberté de réunion et d’association, les atteintes à l’intégrité physique, la réduction de temps de travail des DDH, le confinement, etc.

Après avoir fait une analyse sur ces mesures de riposte, la CBDDH a constaté que le volet droit humain n’a pas été pris en compte dans le processus de gestion de la crise.

Au ministère de la santé

« (…), les droits des Défenseurs des droits humains ont été violés pendant la gestion de la crise sanitaire, pourtant leur rôle de veille citoyenne a permis de révéler des dysfonctionnements dans la prise en charge des malades », peut-on lire dans le document de plaidoyer dont une copie nous a été offert.

A travers ce plaidoyer, la CBDDH entend sensibiliser les décideurs nationaux et internationaux sur la prise en compte du volet droit humain dans le processus de gestion de crises sanitaires, susciter une prise de consciences des autorités étatiques sur les impacts négatifs de la Covid-19 sur le travail des DDH.

La CBDDH recommande à l’Etat burkinabè à adopter de nouvelles mesures appropriées dans la réponse aux crises et faciliter l’ouverture de l’espace civique et démocratique.

Au Ministère  de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation(MATD)

Pour que le travail des défenseurs puisse se poursuivre, la CBDDH recommande en outre au gouvernement du Burkina Faso :
la délivrance des laisser-passer spéciaux (dérogation spéciale) aux DDH pour qu’ils puissent se rendre dans certains sites et prendre en charge les malades déclarés ;
à veiller à la mise en œuvre de la loi N°039-2017/AN portant protection des défenseurs des droits humains ;
veiller au respect des libertés fondamentales, notamment la liberté de mouvement, de réunion, d’association, d’expression, etc ;
à doter les organisations de défense des droits humains et les OSC de matériel de protection ;
à faire une analyse globale du contexte sanitaire, sécuritaire, économique, social.

En tout état de cause, il est important que les réponses aux crises tiennent pleinement compte des demandes des citoyens.

En rappel une étude a eu lieu en avril  2021 sur l’impact de la COVID sur le travail  des défenseurs et les résultats  on donné lieu à des recommandations . Cette initiative  de plaidoyer  auprès des décideurs est la suite logique de l’étude.

Il est à noter que c’est à l’initiative de la Coalition Burkinabé des Droits Humains(CBDH) et de son partenaire ISHR basé à Genève.

Zonouhan

www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.