Édition de la nuit des GUIMBIS : 30 ans après, le FAARF entend se projeter vers le digital

0
161
En marge du jubilé de perle du Fonds d’Appui aux Activités Rémunératrices des Femmes (FAARF), la deuxième édition de la nuit des GUIMBIS dédiée aux meilleures agents et aux ex DG du FAARF s’est tenue le samedi 6 novembre 2021 à Ouagadougou.
Les anciennes et anciens Directeurs généraux(DG) recompencés.

Pour cette édition, l’accent est mis sur la digitalisation et du Mobile Banking à cause du contexte sécuritaire difficile que traverse le Burkina Faso. La cérémonie s’est ténue sous le leadership du Ministère de l’Economie et du Ministère de la Femme, de la solidarité nationale et de l’action humanitaire.

Photo de famille

La deuxième édition de la nuit des GUIMBIS qui célèbre simultanément les 30 ans du FAARF a été marquée par des allocutions, des témoignages, des remises de trophées et la présentation des gestionnaires du FAARF dans les régions du Burkina Faso.

La directrice  générale  du FAARF, Dorcas Ravigsida TIENDREBEOGO./ COMPAORÉ.

Au titre des trophées, ce sont les premiers agents du FAARF et les anciennes directrices générales du FAARF qui ont reçu chacune, un trophée d’honneur pour le sens du combat mené et la promotion du FAARF.
« Nous ne voulions pas que ça soit une cérémonie pour reconnaitre le mérite mais que ça soit le début d’une autre action pour les femmes du Burkina Faso parce que financer une femme, c’est financer une Nation », a fait savoir la directrice du FAARF, Dorcas Ravigsida TIENDREBEOGO.

Le défi du FAARF pour Mme TIENDREBEOGO, c’est de continuer dans la digitalisation à cause de la situation sécuritaire que connait le Burkina Faso.

Il s’agit de digitaliser les moyens de financement pour pouvoir permettre aux femmes dans les villages reculés, d’avoir le crédit à travers le mobile Banking et faciliter le montage des dossiers.
 » 30 ans après, le FAARF a réellement transformé des vies au Burkina Faso », a souligné Mme TIENDREBEOGO, avant d’ajouter que c’est satisfaisant de savoir qu’il y a des femmes qui ont eu un plus à travers le FAARF.

A en croire la directrice du FAARF, c’est plus de 115 milliards de francs CFA qui ont été octroyés à plus de 2 millions de femmes sur l’étendue du territoire national. « Le FAARF travaille dans 4 517 villages au Burkina et existe dans toutes les provinces », a-t-elle précisé.

Pour Pauline COMPAORE, ex gestionnaire du FAARF dans le Bazèga, depuis 1995, il y a de l’évolution par rapport au montant octroyé qui était de 5 000 FCFA à 50 000 FCFA pour les crédits individuels et de 50 000 FCFA à 100 000 FCFA pour les crédits collectifs. « Aujourd’hui, il y a de l’évolution, le FAARF est passé de 200 000 FCFA à 3 000 000 FCFA pour le crédit individuel et de 500 000 FCFA à 10 000 000 FCFA pour le crédit collectif.

Il y a eu une nette amélioration au niveau de l’institution. Cependant, il convient d’améliorer la rapidité sur le traitement des dossiers pour que les femmes soient satisfaites davantage », a soutenu Pauline COMPAORE.

Pauline COMPAORE, ex gestionnaire du FAARF

La représentation du ministre de la femme Fati OUEDRAOGO par ailleurs SG de ladite ministère a précisé dans son intervention que le FAARF a véritablement contribué au développement de l’entreprenariat féminin et a créé une réelle dynamique du monde féminin autour de ces microcrédits. « Ces 30 ans ont été ponctués par le dynamisme des gestionnaires et marquent la maturité du FAARF», a-t-elle affirmé.

Photo de famille de toutes les actrices

Cette édition de la nuit des GUIMBIS a refermé ses portes par une collecte de fonds pour soutenir les personnes démunies.

Jeanne Z. LAYA

tFaso amazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.