Politique/congrès des sankaristes : le comité d’organisation dresse le bilan

0
154

Le comité national d’organisation a dressé le bilan du congrès de fusion des sankaristes et des progressistes tenu les 30, 31 octobre et 1er novembre 2021 à Ouagadougou. Un bilan jugé satisfaisant au regard de la mobilisation des militantes et des militants du nouveau parti, l’Union pour la Renaissance Mouvement Patriotique Sankariste (UNIR/MPS).

Les 30, 31 octobre et 1er novembre 2021, cinq (05) partis politiques et une organisation de la société civile ont franchi un nouveau pas dans la politique burkinabè en créant un nouveau parti notamment l’Union pour la Renaissance Mouvement Patriotique Sankariste (UNIR/MPS).  Selon le comité national d’organisation, le bilan est satisfaisant car le pari a été gagné.

Halidou Sanfo, président du comité d’organisation du congrès de fusion des progressistes

Au titre de la mobilisation, c’est une satisfaction générale en ce sens que la Maison du Peuple a refusé du monde. « Nous avons dû recourir à la magie des technologies de l’information et de la communication en installant des écrans géants en dehors de la cuvette de la Maison du Peuple pour permettre aux nombreux militants qui n’ont pas pu accéder à la salle, d’être témoins de cet évènement », a dit Halidou Sanfo, président du comité d’organisation du congrès.

Au titre de l’hébergement, du transport et des autres aspects de l’organisation, il a été donné de constater une parfaite maîtrise par les responsables des sous-commissions. Selon M. Sanfo, tous les congressistes venus des différentes provinces et de l’extérieurs du Burkina ont été logés et restaurés.

Le comité d’organisation salut l’ensemble des acteurs qui ont contribué d’une manière ou d’une autre à la réussite de ce congrès de fusion.

Du reste, le président de l’UNIR/MPS Me Bénéwendé Stanislas Sankara a renouvelé son appel à l’unité de tous les progressistes burkinabè afin de porter au pouvoir le programme politique bâti par le père de la Révolution Thomas Sankara et qui a permis au Burkina Faso de faire un grand bond en matière de développement endogène.

Jeanne Z. LAYA/www.fasoamzone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.