Situation nationale : « l’attaque d’Inata est la plus honteuse des attaques que le pays ait subies », dixit Me Bénéwendé Sankara

0
57

L’Union pour la Renaissance/ Mouvement patriotique sankariste (UNIR/MPS) a donné sa lecture sur l’actualité qui prévaut actuellement au Burkina Faso. Face à la presse, le samedi 20 novembre 2021 à Ouagadougou, Me Bénéwendé Stanislas SANKARA a affirmé que l’attaque d’Inata est l’attaque de trop qui met à nu les insuffisances de l’Etat burkinabè.

L’insécurité constitue le défi majeur auquel fait face le peuple burkinabè ces dernières années. L’attaque meurtrière du 14 novembre dernier 2021 contre le détachement de la gendarmerie de Inata continue de faire des remous au sein de la population. Une préoccupation pour l’Union pour la Renaissance/ Mouvement patriotique sankariste (UNIR/MPS) qui a donné sa lecture par rapport à l’insécurité grandissante au Burkina Faso.

Me Bénéwendé SANKARA, président de UNIR/MPS

Selon président de UNIR/MPS Me Bénéwendé SANKARA, Inata est une attaque de trop. « L’attaque d’Inata n’est pas la plus meurtrière des attaques terroristes que notre pays ait subies, mais elle est certainement la plus honteuse, la plus humiliante et celle qui met à nu nos insuffisances en tant qu’Etat », a-t-affirmé.

Une attaque qui a suscité une colère générale du peuple qui réclame la démission du président du Faso et le départ de l’armée française sur le territoire burkinabè. Sur ces faits, Me Stanislas Sankara note que la classe politique et la société civile ne doivent pas se trompées d’ennemi. « Le drame d’Inata est l’occasion de mobiliser l’ensemble du peuple contre le terrorisme et les forces obscurantistes. Nous ne sortirons victorieux que si nous transformions cette colère légitime en opportunité de reformes véritables de nos FDS et en révolte contre l’ennemi et non contre nous-mêmes », souhait-il.

L’UNIR/MPS exhorte le Président du Faso à entreprendre les restructurations militaire et administrative que la situation exige de lui, en tant que Chef suprême de l’armée et garant de l’unité nationale. A ce titre, la constitution du Burkina Faso prescrit que le « Président du Faso décrète, après délibération en conseil des ministres, l’état de siège et l’état d’urgence ». Me Sankara invite donc Roch Kaboré à user de toutes ses prérogatives constitutionnelles pour le retour rapide de la paix réclamée par le peuple.

L’UNIR/MPS invite en outre les populations à ne pas se laisser divertir, mais plutôt à être prêtes à soutenir les FDS et les VDP et rester solidaires du combat que mènent les autorités politiques du Burkina Faso.

Zonouhan LAYA/www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.