Burkina/Situation nationale : les partis de la majorité présidentielle appellent à l’union sacrée

0
308

L’Alliance des partis et formations politiques de la majorité présidentielle (APMP) a organisé une conférence de presse le jeudi 25 novembre 2021 à Ouagadougou pour donner sa lecture sur la situation nationale qui prévaut de nos jours au Burkina Faso. Face à la presse, les membres des partis de la majorité ont appelé à l’union sacrée des filles et des fils du Burkina Faso.

De Foulbé à Inata, de Inata à Essakane ainsi que dans les régions du Nord, du Centre-Nord, de la Boucle du Mouhoun, des cascades, de l’Est et dans le Grand Ouest, les groupes terroristes multiplient les incursions meurtrières sur tout le territoire faisant ainsi de nombreuses victimes.

Président de l’UNIR/MPS Bénéwendé S. SANKARA.

Il faut noter que c’est le drame d’Inata notamment la question de la nourriture qui, à un certain moment a fait défaut au sein du détachement de gendarmerie, qui est venu plonger la nation toute entière dans l’indignation et dans l’émotion, suscitant la colère au sein des populations du Burkina Faso.

Pour le président de l’APMP Alassane Bala SANKADE, c’est une situation tout aussi surprenante qu’inacceptable. « L’APMP exige toute la lumière sur ce grave manquement pour d’une part, en situer les responsabilités et d’autres part, en tirer tous les enseignements afin d’éviter pour toujours pareille situation », a exigé Bala SANKADE.

L’APMP salut les dispositions urgentes déjà prises par le Chef de l’Etat Roch Marc Christian KABORE notamment la mise en place d’une commission d’enquête administrative pour situer les responsabilités et souhaiter que les travaux de cette commission soient diligentés.

Alassane Bala SANKADE, président de l’APMP.

Bala SANKADE invite les populations à savoir raison garder car dit-il, l’heure n’est pas à des manifestations. « Certes, notre Nation est ébranlée par toutes ces attaques terroristes mais nos institutions républicaines doivent demeurer les paravents et les tribunes de toutes nos revendications politiques afin d’assurer la paix et la stabilité si nécessaire à la suivie de notre Nation », a-t-il souligné.

Pour lui, personne (ni l’opposition politique, ni la société civile, ni le gouvernement, ni l’institution militaire) ne peut, ni ne doit se prévaloir du monopole de la sécurité dans la situation où le pays se trouve actuellement. « Chercher par tous les moyens à agréger à la grave crise sécuritaire, une crise institutionnelle serait la pire des options et servirait la cause de ceux qui nous attaquent », a dit le président de l’APMP Bala SANKADE. Il appelle l’opposition regroupée autour du CFOP, à revenir au dialogue et à la concertation. L’APMP invite en outre l’Assemblée nationale à ouvrir une enquête parlementaire sur l’état général de la sécurité du territoire national avec une évaluation-terrain de la mise en œuvre de la loi de programmation militaire.

Quant aux manifestations contre le convoi de ravitaillement militaire français à destination de Gao, Bala SANKADE appelle les populations à la retenue et exhorte les autorités burkinabè et français à trouver une issue pacifique à cette affaire.

Zonouhan LAYA/www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.