Burkina : le peuple veut un gouvernement qui va reconquérir les territoires perdus

0
199
Christophe Marie DABIRE a démission de son poste de premier ministre, entrainant derrière lui tout le gouvernement du Burkina Faso. Aujourd’hui, le Burkina n’a pas de gouvernement. Toutefois, conformément à la Constitution, les membres du gouvernement sortant assurent l’expédition des affaires courantes des départements ministériels jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement.

Le mercredi 8 décembre 2021, le Président du Faso Roch Marc Christian KABORE a par décret mis fin aux fonctions du 1er ministre Christophe Joseph Marie BADIRE, conformément à l’article 69 de la Constitution et à la lettre de démission de l’intéressé daté du même jour. Une démission qui intervient au moment où le peuple burkinabè est attaqué çà et là par les terroristes. Est-ce l’ex gouvernement manquait de stratégie sécuritaire ? Christophe DABIRE n’a-t-il pas reconnu lui-même devant le parlement qu’il n’a aucune stratégie dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ?   En tout état de cause, il faut reconnaitre la bonne foi de l’ex chef du gouvernement et les efforts qu’il a consenti malgré le poids l’âge.

Aujourd’hui, la composition d’un nouveau gouvernement est en cours. Le peuple attend du Président du Faso, un nouveau gouvernement de combat, un gouvernement qui va reconquérir les territoires perdus.

La dégradation de la situation sécuritaire oblige qu’il y ait un premier ministre qui aura des objectifs bien précis, qui va former un gouvernement de vision et qui va répondre aux attentes des burkinabè meurtris depuis maintenant six (06) ans par les terroristes. Aujourd’hui, le Burkina Faso doit être à mesure de maitriser les terroristes pour enfin gagner la lutte. Parce que depuis six (06) ans, les autorités ont suffisamment eu le temps de réfléchir, de mettre des stratégies et des moyens en place. Il n’y a plus de raison de constater des tâtonnements sur le terrain de la lutte. Ces hommes sans foi ni loi ne doivent plus continuer de mettre à genou tout un pays.

Le prochain gouvernement doit être à mesure d’offrir les moyens sophistiqués aux différents détachements de l’armée sur le terrain, galvaniser et motiver les FDS et les VDP pour qu’ils se sentent en mission de sauvetage du pays.

Ce qui s’est passé à Inata, qui a choqué le peuple burkinabè ne doit plus jamais se répéter parce que le vivre est la moindre des choses qui ne doit pas faire défaut dans les différents détachements de l’armée sur le terrain.

Actuellement, les regards des burkinabè sont tournés vers le Président du Faso Roch Marc Christian KABORE et attendent de lui, un premier ministre de terrain, un premier ministre qui ne viendra pas travailler comme les autres.

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.