Assassinat de Norbert ZONGO et ses trois compagnons : 23 ans après, le dossier semble piétiner au plan national

0
51

Le Collectif des organisations démocratiques de masse et des partis politiques (CODMPP) et la Coalition nationale de lutte contre la vie chère (CCVC) ont commémoré ce 13 décembre 2021 le 23e anniversaire de l’assassinat du journaliste d’investigation, Norbert ZONGO et ses trois compagnons. Vingt-trois (23) années après ce drame survenu sur la route de Sapouy, le dossier semble piétiner au plan national.

Comme à l’accoutumée depuis le 13 décembre 1998, le monde des médias et la société civile commémorent le 23e anniversaire du journaliste d’investigation Norbert ZONGO et ses trois compagnons. « Vingt-trois (23) années après le drame, le dossier semble piétiner au plan national. Depuis la mise en examen d’éléments d’ex-RSP (…) ainsi que l’avis favorable à l’extradition de François COMPAORE par la chambre d’instruction de la Cour d’appel de Paris et la prise de décret d’extradition par le gouvernement français en mars 2020, nous attendons toujours certes, mais avec le ferme espoir d’un dénouement prochain », a articulé Chrysogone ZOUGMORE, président du MBDHP.

Ce 23e anniversaire du drame de Sapouy se tient sous le thème : « Renforçons la lutte pour la vérité et la justice pour Norbert ZONGO et ses compagnons et contre l’impunité des crimes de sang ! ».

Chrysogone ZOUGMORE, président du MBDHP

Selon M. ZOUGMORE, après 23 années de luttes acharnées, des victoires ont été engrangées.  « Les vaines et multiples tentatives d’étouffer puis d’enterrer le dossier Norbert ZONGO et ses compagnons n’ont guère prospéré et seront toujours vouées à l’échec », a-t-il indiqué.

Aujourd’hui, les regards des Burkinabè sont tournés vers le Conseil d’Etat français qui a validé l’extradition de François COMPAORE, principale accusé dans le dossier de l’assassinat de Norbert ZONGO et ses compagnons, vers le Burkina Faso puis suspendu provisoirement par la Cour européenne des droits de l’Homme qui a précisé qu’il s’agissait d’une mesure provisoire, le temps qu’elle examine le dossier de l’accusé. Pour le président du MBDHP, c’est plutôt une procédure pour faire trainer le dossier.

« Que les commanditaires et exécutants des assassinats crapuleux du 13 décembre se ravisent. Les vaines tentatives d’échapper à la justice, à travers ces diverses contorsions procédurales ne sauraient entamer la détermination de notre peuple dans la lutte pour la vérité et la justice pour Norbert  ZONGO et ses compagnons. Tôt ou tard, le peuple debout obtiendra vérité et justice pour Norbert ZONGO et ses compagnons d’infortune », a-t-il martelé.

La CCVC et le CODMPP ont aussi exprimé leur compassion aux nombreuses victimes du terrorisme. Chrysogone ZOUGMORE a fait un bilan sur les attaques terroristes récurrentes au Burkina et un rapport sur la remise en cause des libertés et droits des citoyens. Il a cité entre autres l’expulsion des médias publics d’une centaine de travailleurs en 2020, l’interdiction de la marche du 27 novembre 2021 et la répression qui s’en est suivie, la suspension de l’internet mobile pendant plus d’une semaine.

 

Jeanne Z. LAYA/www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.