2e CASEM de l’enseignement supérieur: les acteurs se penchent sur la contribution du secteur privé

0
119

Le ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation(MESRI), Pr Alkassoum Maïga a présidé le deuxième Conseil d’administration ministériel (CASEM) le mardi 28 décembre 2021 à Ouagadougou. Objectif est d’adopter le programme d’activités (MESRI) de l’année 2022,  se pencher sur le rôle inestimable des institutions privées d’enseignement supérieur dans la promotion et le développement quantitatif et qualitatif de l’enseignement supérieur au Burkina Faso ».

Les acteurs du secteur de l’enseignement supérieur

Le département en charge de l’enseignement supérieur veut se pencher sur la planification de ses actions pour atteindre une performance maximale du programme d’activités 2022. Pour ce faire, ledit Ministère a organisé la deuxième session ordinaire du Conseil d’administration ministériel (CASEM).  Elle est placée sous le thème : « Rôle et place des institutions privées d’enseignement supérieur dans la promotion et le développement quantitatif et qualitatif de l’enseignement supérieur au Burkina Faso ».

Débuté dans la matinée du mardi 28 décembre 2021 àOuagadougou, la clôture des travaux est intervenue dans l’après-midi de la même date.

Le ministre en charge de l’’enseignement supérieur, Pr Alkassoum Maïga

Dans son discours d’ouverture,le ministre en charge de l’’enseignement supérieur, Pr Alkassoum Maïga a indiqué que le présent CASEM est un cadre de dialogue et de gouvernance ou les questions d’administration, de gestion et d’évaluation sont discutées de façon participative par les acteurs et les partenaires.

En rappelant le contexte difficile marquées par les attaques terroristes, il a souligné que la rencontre se tient dans une situation au plan sectoriel. Il s’agit du déploiement du plan de rattrapage des retards et de normalisation des années dans toutes les Instituts de l’enseignement supérieur et de la recherche (IESR).

le ministre en charge de l’’enseignement supérieur, Pr Alkassoum Maïga, Porte parole du gouvernement(micro).

Il soutient que ceux-ci sont devenus le lieu de chevauchements perdurent avec l’application du décrochage. De plus, le lancement officiel de l’opération d’octroi de 100 bourses, la tenue de la 13e édition du Forum national de l’innovation et de la recherche (FRSIT) sont des activités qui ont marquée l’année écoulée.

Selon le Pr Maïga, l’enseignement supérieur fait l’objet d’une attention particulière depuis cette dernière décennie.  Tout en reconnaissant son rôle moteur dans l’atteinte des objectifs de croissance et de développement national, il a soutenu que le volet supérieur est une priorité dans les principaux référentiels politiques.

A cet effet, il a fait savoir que des actions sont entreprises pour renforcer les capacités d’accueil des acteurs du monde universitaire.  « Des efforts sont consentis pour diversifier et promouvoir les filières de formation et améliorer les conditions de vies et d’études des étudiants », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, le Pr Maïga a relevé de nombreux défis qui se présentent au regard de la demande croissante en matière d’enseignement supérieur.

Comme attention particulière à ce CASEM, les participants se sont penchés sur le secteur privé qui est un partenaire privilégié du MESRI. C’est pourquoi, Alkassoum Maïga a invité à des réflexions constructives en vue de déboucher sur des propositions et orientations pertinentes. Toute chose qui va permettre aux Instituts privés d’enseignements supérieurs de former des cadres compétents.

Jeanne Z. Laya

Fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.