Sanction contre le Mali : « Il faut qu’on arrête d’organiser l’assassinat populaire des peuples », dixit Bassolma Bazié

0
241
Le président du comité de pilotage de l’Initiative de soutien au peuple malien (ISPM), Monsieur Bassolma BAZIÉ

Le comité de pilotage de l’Initiative de soutien au peuple malien (ISPM) a rencontré le représentant au Burkina Faso de la Commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le mardi 8 février 2022 à Ouagadougou. L’objectif de cette rencontre vise à interpeller la CEDEAO à s’assumer pleinement devant l’histoire et d’éviter d’organiser par des sanctions, l’assassinat populaire des peuples.

A sa sortie de cette rencontre, le porte-parole de ISPM, Bassolma Bazié a confié que le but de cette visite avec le représentant de la CEDEAO M. Tiéna Coulibaly vise à transmettre un message aux Chefs d’Etat de l’institution pour indiquer l’impact en terme d’infraction sur les produits de grand consommation sur le territoire malien.

En effet, l’ISPM a constaté que 7 millions de maliens seraient en attente d’aide humanitaire. Or, a-t-il poursuivi, 70% de produits de premières nécessités qui proviennent des autres pays sont bloqués en raison de la fermeture des frontières. Et d’ajouter que les décisions qui ont été prises par la CEDEAO conjointement avec l’UEMOA auront un impact sur le peuple malien et sur l’ensemble des peuples de la sous-région.

C’est pourquoi, les membres de l’ISPM entendent interpeller l’institution sous régionale à s’assumer devant l’histoire afin qu’elle soit une CEDEAO des peuples et non celle des Chefs d’Etats. De plus, il s’agit d’inviter aussi à lever les répressions économiques infligées au peuple malien et de s’abstenir à en prendre à l’endroit du Burkina Faso.

A écouter Bassolma Bazié, une chose est de condamner les coups d’Etat et l’apparition des militaires sur les scènes politiques. Selon lui, cette situation à la limite condamnable résulte des manquements et des incapacités des représentants gouvernementaux à savoir les Chefs d’Etat africains.

Il a cité comme conséquences d’un putsch, la mauvaise gouvernance, les tripatouillages constitutionnels, la non-tenue des engagements, du non-respect des paroles données, de la corruption, de la vie chère, etc.
« Faire en sorte que les gouvernances soient vertueuses ».

Dans les explications de Bassolma Bazié, pour éviter les coups d’Etat, il suffit que la CEDEAO s’assume véritablement. Et de signaler que leur rôle est de faire en sorte que les gouvernances soient vertueuses, avec des chefs d’Etat exemplaires à travers un partage équitable des revenus nationaux.

De la question sécuritaire, il a souhaité un engagement et une volonté ferme des dirigeants de la CEDEAO au côté des Chefs d’Etat de la bande sahélo-sahélienne pour combattre le terrorisme et toute forme d’insécurité.Toute chose, a-t-il fait savoir, qui doit se passer à travers un minimum de patriotisme de la part des chefs d’Etats.

De son avis, l’Occident annonce des promesses du matériel qui date de la seconde guerre mondiale pour équiper les armées africaines. « Nous avons un sous-sol très riche, on doit faire en sorte et avec courage pour exiger notre indépendance pour que l’exploitation de ces ressources puissent permettre à nos pays de vivre de façon libre et digne », a-t-il affirmé.

Dans un autre sens, le porte-parole de l’initiative a demandé aux autorités maliennes à trouver les voies et moyens pour renouer le dialogue avec la CEDEAO en vue de la levée des sanctions qui pèsent sur les populations.

Loin de s’immiscer dans les questions de mandat de longue ou de courte durée de la transition, l’ISPM a relevé que l’organisation des élections suppose une sécurisation du pay,  a-t-il confié.

La CEDEAO a intérêt à engager ses forces militaires pour mettre fin à cette insécurité. Pour cela, il a martelé : « Il faut qu’on arrête d’organiser l’assassinat populaire des peuples .

Rebecca Yé

fasoamazone.net

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.