Mouvement Bloc panafricaniste : MPSR, un messie pour sortir des griffes de l’occident ?

0
271

Le mouvement Bloc panafricaniste de la section du Burkina Faso a animé une conférence de presse le jeudi 17 février 2022 à Ouagadougou. Les sujets abordés ont porté sur la refondation et la diversification de la coopération entre les pays africains et les puissances occidentales.

La presse était présente

« Il est urgent (…) que nos gouvernants fassent le point de nos différentes relations de coopération internationale.

Que nous nous engageons avec les partenaires fiables sincères et prompts à nous fournir des prestations de qualité pour la libération, la refondation et la reconstruction du Burkina Faso dans un bref délai », a déclaré Issouf Sirima.
Et de suggérer que la coopération française qui est vieille de plus de 60 ans fasse l’autocritique de sa présence en Afrique.

Monsieur  Issouf  SIRIMA

Pour le porte-parole, l’avènement du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) est perçu par la majorité des burkinabè comme la manifestation du chemin trouvé.
« Le mariage ne saurait être une maison sans issue », a souligné M. Sirima avant d’interpeller le MPSR à trouver avec le peuple, des schémas endogènes qui lui permettent d’agir sur les leviers,  social, économique et de défense. Et cela, a-t-dit, dans l’intérêt supérieur du Burkina.

Nestor Poodasse dit Mandela 1er , porte-parole du BP/SB

Nestor Poodasse dit Mandela 1er porte-parole du BP/SB a fait savoir que leur association prône surtout la souveraineté des Etas africains. « Finir avec les 11 accords coloniaux, finir avec le F CFA et les bases militaires en Afrique, c’est cela notre objectif. Nous voulons être souverain et vivre libre », s’est-il exclamé. Il perçoit le néocolonianisme comme est une autre forme de domination.

Tout en rappelant qu’aucun pays ne viendra faire le bonheur des burkinabè, le BP/SB a lancé un appel aux partenaires dans le domaine militaire à s’aligner sur la volonté ferme du peuple.

Dans la foulée, les conférenciers ont interpellé les nouvelles autorités sur la nécessité de revisiter le portefeuille du partenariat pour des décisions qui permettent de recouvrer l’intégrité du territoire.

A l’endroit des pays européens, les membres du bloc panafricaniste section Burkina ont demandé le respect de la souveraineté des pays africains et à proscrire les mécanismes de contrôle de leurs économies.

Rebecca Yé

Fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.