Fabrique de « bébés »: La Chine crée un ventre artificiel piloté par intelligence artificielle

0
327

25 février 2022

Pour relancer la natalité, la Chine semble prête à jouer les savants fous. Des scientifiques chinois ont mis au point des utérus artificiels, semblables au ventre d’une mère, contrôlés par une intelligence artificielle. Le procédé est encore en phase de test sur des souris et on ne sait pas s’il sera appliqué aux êtres humains mais les recherches bénéficient pour l’instant du soutien de l’État chinois. 

Une innovation qui n’est pas sans rappeler le film Matrix. Pour faire remonte la courbe de la natalité enChine,  les scientifiques sont prêts à aller plus vite que la musique, ou du moins la nature. Ces derniers ont mis au point, avec le soutien de Pékin, un utérus artificiel contrôlé par intelligence artificielle. Le dispositif se présente sous la forme d’une petite poche en plastique qui abrite un embryon.

Des fluides nutritifs gérés par l’IA

Une série de tubes y entrent pour les fluides nutritifs, dont le flux est géré par l’IA. Tout se déroule comme s’il était dans le ventre de sa mère, à ceci près que l’ordinateur peut détecter les anomalies et classer les embryons en fonction de leur potentiel de développement pour en faire des bébés presque parfaits.

Expérience à succès sur des souris

Si l’utérus artificiel a déjà été utilisé sur des brebis aux Etats-Unis, c’est la première fois qu’une intelligence artificielle est aux commandes. Le procédé a été expérimenté avec succès sur des souris par une équipe de chercheurs de l’université de Suzhou.

A grande échelle il pourrait permettre de créer des fermes à bébés et dans les délires les plus fous de certains scientifiques répondre à l’effondrement de la natalité en Chine. Mais l’État chinois réserve cependant ses autorisations d’autant que d’autres expériences controversées ont été menées récemment.

Parce qu’en Chine, le taux de natalité s’effondre.

En 2018 un médecin chinois avait en effet donné naissance à deux jumelles issues d’embryons génétiquement modifiés. Des naissances à l’origine d’une vive polémique à l’époque. Quant au médecin, il avait fini par être condamné à trois ans de prison pour pratique illégale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.