Terrorisme au Burkina : le bilan s’alourdit!

0
949

Le pays des hommes intègres s’est encore réveillé dans un deuil. Des hommes armés non identifiés ont semé la terreur au sein de l’armée causant ainsi la perte en vie humaine dans la journée du 13 mars 2022.

En effet, le passage d’un bus sur un engin improvisé dans l’après-midi du 13 mars 2022, sur l’axe Dori-Kaya (RN3) aux environs de Taparko, province du Namentenga dans la région du Centre-Nord, a causé la mort de deux personnes avec le car complétement endommagé.
Suite à cela, une équipe du 13e Escadron de gendarmerie mobile de Dori (EGM-D) est allée en mission d’escorte sur les lieux du drame. Son objectif était de porter secours aux victimes de cette explosion.

Ces gendarmes feront la cible une attaque terroriste. De retour de sa mission, aux environs de 15h 30 minutes, l’équipe affrontera les terroristes. Le bilan fait état de treize (13) gendarmes tombés et cinq (05) autres blessés.

Une énième attaque qui vient une fois de plus endeuillée le peuple burkinabè. Face à ces attaques qui s’intensifient de plus en plus au grand dam des burkinabè qui s’insurgent contre la lenteur d’action du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR). Pour l’heure, l’impatience des uns et des autres se fait de plus en plus entendre.

En réalité, dans la charte de la transition, il ressort que la restauration de l’intégrité du territoire est l’une des priorités majeures pour les nouvelles autorités.

N’empêche que ce serait un peu trop tôt pour critiquer sauf que l’entêtement des hommes armées ne cesse de croître la terreur au sein de la société civile.
Zonouhan

Fasoamazone.net


.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.