Sommet de la Cédéao sur le Mali: Assimi Goïta, une absence remarquable

0
188

C’est ce  vendredi 25 mars  2022, à partir de 14hTU à Accra, au Ghana, que les chefs d’État de la Cédéao se réuniront pour un sommet extraordinaire consacré à la crise  au Mal. Selon les dernières informations, le président Assimi Goïta ne sera pas de la partie.

Dejà des voix se lèvent pour savoir si c’est un accord sur la durée de la prolongation de la transition? ,  sur l’échéance des futures élections devant permettre le retour à l’ordre constitutionnel?,  et qui permettrait également une levée immédiate des sanctions de la Cédéao ?

Jeudi 24 mars, la Cour de justice de l’UEMOA a demandé la suspension des sanctions prises depuis le 9 janvier  2021, en attendant de se prononcer sur le fond de leur légalité, du fait de leurs lourdes conséquences sur le pays. Des signaux qui laissent envisager une possible sortie de crise, après des mois de négociations entre la Cédéao et Bamako. Pour autant, le Président malien de transition a décidé de ne pas se rendre à Accra pour le sommet. Aucune justification officielle n’a été donnée par Bamako.

Les plus complotistes y voient une sage mesure de précaution devant un piège tendu par les chefs d’État de la Cédéao, voire par la France au Président malien.

Les plus critiques estiment que le Colonel Assimi Goïta, plus militaire que politique, et qui n’a pas conduit directement les négociations, aurait pu se trouver « gêné », techniquement, au milieu de ses pairs.

Les plus patriotes estiment enfin que le Président de transition se serait abaissé à répondre à cette invitation en forme de convocation, et qu’il fallait donc la décliner.

Vers un accord ?

Le Colonel Assimi Goïta propose tout de même de participer à la réunion par visioconférence.

Une délégation de quatre ministres se préparait à représenter le Mali à Accra, mais le format du sommet, un huis-clos entre chefs d’État, interdit de fait leur participation. C’est ce qu’a expliqué dans un tweet laconique le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop.

Un accord pourrait-il être conclu ? Les autorités maliennes de transition, qui dirigent le pays depuis le Coup d’État d’août 2020, veulent une rallonge. Leur proposition initiale, cinq ans de plus, a été ramenée à deux ans ; la Cédéao, jusqu’à la semaine dernière, s’en tenait à une durée d’un an maximum.

D’autres points de négociations pourraient permettre un compromis. La décision, jeudi, de la Cour de justice de l’Uemoa, qui demande une suspension des sanctions de la Cédéao, renforce incontestablement la partie malienne. Mais l’absence de représentant du Mali à ce sommet semble de moins bon augure.

Source : RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.