Rumeur d’élève battu à mort par son enseignant: le MENAPLN y dépêche une délégation

0
189

La  soirée du vendredi 18 novembre 2022, n’a pas été du tout repos pour les habitants de Zam.    Un élève de la classe de CP1 de l’école de koratenga dans la CEB de Zam, province du Ganzourgou, décède brusquement, et  un enseignant de cette classe, est pointé  du doigt,  accusé d’’être  à l’origine de ce décès.  Les péripéties de ce drame mal vécu par les communautés, ont conduit le ministre de l’éducation nationale à y dépêcher une équipe.  Les autorités locales ont t mené des démarches de compassion, et de médiation auprès de la  famille, et du personnel enseignant. 

La classe de 111 élèves est sous la tutelle de deux enseignants dont le principal accusé. La rumeur s’étant répandue comme une traînée de poudre dans le village, un mouvement des jeunes dirigé sur l’école, avait pour but d’en découdre avec l’incriminé qui se trouvait être absent car il observerait le mot d’ordre de grève du SYNAPEC.

Les manifestants voulurent alors s’en prendre à tout le personnel de l’école qui n’a eu son salut que par l’intervention des groupes d’auto défense venus à leur secours, les conduisant chez le chef du village pour les mettre en sécurité. Ils y passeront la nuit.

Alertées, les autorités de la CEB et Madame le préfet constituent une mini cellule de crise et des médiations sont engagées. La situation s’est apaisée et le personnel a pu rejoindre le chef lieu de la CEB.

Du diagnostic posé par les agents de santé du CSPS du village, l’enfant souffrirait d’un paludisme grave. Pour une meilleure prise en charge ils l’ont référé au CHU de Ziniaré. Et c’est au cours de ce transfert que son état s’est aggravé, obligeant les accompagnants à une escale au CSPS de Laongo pour la stabiliser avant de continuer. C’est à ce poste de santé que le corps médical a constaté le décès de la malade.

La délégation conduite par Monsieur Charles SOURWEMA , Directeur de Cabinet et Soumaila OUEDRAOGO, Chargé de missions ce lundi 21 novembre 2022, renforcée par les autorités déconcentrées du ministère et madame la Haut Commissaire de la province du Ganzourgou , Aminata SORGHO/GOUBA, a porté au village et à la famille éplorée, les messages de condoléances, de réconfort à l’équipe enseignante encore sous le choc et une reconnaissance appuyée du ministre de l’éducation nationale aux efforts de médiation, au sens du pardon et de tolérance qui ont permis d’éviter le pire.

Même si l’école reste fermée, la situation est à l’apaisement car la population, le chef de village en tête et surtout le père éprouvé de la victime, souhaitent vivement le retour du personnel enseignant à l’école. Monsieur le Directeur de Cabinet a salué cette hauteur d’esprit de la population et promis que les dispositions seront prises pour une reprise des cours à l’école de Koratenga.

DCRP / MENAPLN

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.