Genre et combat: « Nous invitons la population à visiter nos prisons »(Binta COULIBALY/SOORÉ).

0
960
Binta COULIBALY/ SOORÉ,  Contrôleur GSP, présidente de l'AFAP

Contrôleur de Sécurité Pénitentiaire(GSP), madame COULIBALY/SOORE Binta, mariée, mère de quatre enfants, titulaire d’une licence en Psychologie, Point focal genre à l’Ecole Nationale de la Garde de Sécurité Pénitentiaire(GSP), Présidente de l’Amicale des Femmes de l’Administration Pénitentiaire(AFAP), Binta COULIBALY/ SOORÉ,  fait partie des femmes  du mois de mars de Faso Amazone.net(FA), mois dédié à la femme burkinabé, pour nous présenter son expertise et son apport au developpement national, son engagement  à la promotion des droits des femmes, surtout des droits de la  femme détenue.

l’amicale des GSP

FA: SVP qui est COULIBALY/SOORE Binta?

CSB: Je suis le Contrôleur de Sécurité Pénitentiaire COULIBALY/SOORE Binta(CSB), mariée, mère de quatre enfants
Je suis titulaire d’une licence en Psychologie
Sortie en 2009 de l’Ecole Nationale de Police comme Assistant GSP, j’ai été responsable du quartier des femmes détenues de 2009 à 2012 à la maco à Ouahigouya.
De 2012 à 2015 : surveillante à la Maison d’Arrêt et de Correction de Ouagadougou
En 2015, je suis admise au concours des contrôleurs de sécurité pénitentiaire.
A ma sortie en 2017 je suis nommée Chef de service des ateliers et du commerce à la Direction de la Production Pénitentiaire et de Formation Professionnelle.

Au cours de sa soutenance de Contrôleur GSP

2020-à nos jours  je suis le Chef de service à la Direction de la Recherche, de la Planification des Statistiques à l’Ecole Nationale de la Garde de Sécurité Pénitentiaire.

Autres compétences
Point focal genre à l’Ecole Nationale de la GSP
Présidente de l’Amicale des Femmes de l’Administration Pénitentiaire.

FA: Quelle est la mission d’un contrôleur GSP dans l’Administration Pénitentiaire ?

CSB: La mission d’un contrôleur GSP dans l’Administration Pénitentiaire est chargé de l’encadrement et du contrôle du personnel des corps des assistants et des agents de sécurité pénitentiaire.

En plus des missions mixtes que nous exerçons avec nos collègues hommes, nous avons des missions spécifiques
Les missions spécifiques sont :
la gestion des détenues femmes afin d’éviter les abus de tout genre.

Le personnel féminin fouille les femmes détenues et veille à leur surveillance de jour comme de nuit.

FA: Svp presentez nous l’amicale des femmes  l’Amicale des Femmes de l’Administration Pénitentiaire (AFAP)?

CSB: A ma qualité de présidente, je vous présente l’Amicale des Femmes de l’Administration Pénitentiaire (AFAP).
AFAP créée conformément à la loi 2015 /CNT du 20 octobre 2015 portant liberté d’association au BF est une association apolitique, laïque et à but non lucratif.

L’amicale a pour objet principal d’améliorer les conditions de vie et de travail du personnel féminin de l’Administration Pénitentiaire.

Elle vise également à créer un cadre d’échange d’idée dans le domaine social et professionnel, créer un esprit de solidarité au sein des femmes, développer des initiatives tendant à l’épanouissement des femmes, contribuer à la visibilité de l’Administration Pénitentiaire,
soutenir les personnes défavorisées dans les prisons notamment les femmes et les mineurs.

FA: Quelles sont les activités menées au sein de l’AFAP?

CSB: Nos activités sont :
La formation, la sensibilisation, l’entreprenariat féminin, le développement économique et social, le genre, le renforcement des capacités des membres, les conseils et leadership.

FA: Qu’est ce qu’une femme detenue?

CSB: Une femme détenue est une femme privée de liberté à l’intérieur d’un Etablissement Pénitentiaire en vertu de la loi.

FA: Quels sont les droits de la femme detenue?

CSB: La femme détenue concerne tous ses droits sauf le droit d’aller et de venir c’est-à-dire droit à la vie, à l’alimentation, au logement, droit au travail, ect. Aussi elles ont des droits spécifiques selon la loi 010/AN/2017 portant régime pénitentiaire du BF. Ces droits spécifiques sont :
Le fractionnement des peines, la suspension des peines favorisant les femmes enceintes ou les mères allaitantes d’avoir une liberté pour l’intérêt supérieur de l’enfant.

Nous effectuions des entretiens avec elles pour recueillir leurs préoccupations et nous les sensibilisons sur le respect de la discipline et le règlement intérieur de la prison.

Les difficultés que nous rencontrons sont entre autres les pesanteurs sociales car nous sommes dans une société ou les gens conçoivent difficilement qu’une femme puisse être dans certains milieux dits milieux d’hommes.

FA: Quelles sont les difficultés que vous rencontrées au niveau de votre association?

CSB: Au niveau de l’association nous avons des difficultés sur le plan matériel et financier car il s’agit d’une jeune association
Nous demandons aux partenaires de nous accompagner pour la réalisation de nos activités.

Nous avons quelques partenaires (APA)
Notre administration nous soutient à la limite de ses moyens et demeure à nos cotés.

FA: Avez vous un appel à donner pour conclure?

CSB: Nous remercions Faso Amazone.net pour cette interview qui nous a permis d’éclairer le monde extérieur sur la vie des femmes détenues.

Nous invitons la population à visiter nos prisons et à apporter leur aide à ces personnes qui font toujours partie de notre société et peuvent participer à son développement.

Que Dieu bénisse le BF et que la paix revienne au Faso.

Interview réalisé par Karen Ouedraogo

Faso Amazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.