Conseil des ministres du 8 novembre 2023

0
327

(PP-G/TRANS N°035-2023)

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 08 novembre 2023, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 13 H 20 mn, sous la présidence de
Son Excellence le Capitaine Ibrahim TRAORE, Président de la Transition, Président du Conseil des ministres.
Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour,bentendu des communications orales, procédé à des nominations et autorisé des missions à l’étranger.

I. DELIBERATIONS

I.1. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET
DE LA PROSPECTIVE
Le Conseil a adopté un décret portant création, attributions, composition,
organisation et fonctionnement d’un Comité de politique fiscale.
Ce décret est une relecture du décret n°2010-395/PRES/PM/MEF du 29 juillet
2010 portant création, attributions, composition, organisation et fonctionnement
d’un Comité de politique fiscale.
Les innovations de ce décret sont notamment :
– la reformulation d’attributions pour tenir compte de certains changements
(budget programme de l’ Etat et programme de transition fiscale de la
CEDEAO) et pour prendre en compte l’évaluation des impacts des
réformes fiscales et douanières mises en œuvre ;
– l’organisation du Comité de la politique fiscale (CPF) en deux (02)
organes : un organe d’orientation et de décision constitué des membres
statutaires du CPF et un organe d’exécution administrative et technique
qu’est le Secrétariat permanent du Comité de politique fiscale (SP-CPF) ;
– l’introduction d’une durée maximale par session (03 jours), d’un quorum
pour délibérer (2/3) et d’un délai minimum d’examen des documents par
les membres statutaires avant la tenue effective des sessions.
L’adoption de ce décret permettra au Comité de politique fiscale d’assurer
efficacement ses missions, conformément aux dispositions du décret
n°2023-0198/PRES-TRANS/PM/MEFP du 13 mars 2023 portant organisation
du ministère de l’Economie, des finances et de la prospective.

I.2. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENERGIE, DES MINES ET DES CARRIERES
Le Conseil a adopté un rapport relatif à quatre (04) décrets.
Il s’agit :
– du décret portant retrait du permis d’exploitation industrielle de grande
mine de zinc de Perkoa, de la société Nantou Mining Burkina Faso SA,
dans la province du Sanguié, région du Centre-Ouest ;
– du décret portant retrait du permis d’exploitation industrielle de grande
mine d’or de Yéou, de la société NORDGOLD YEOU SA, dans la
commune de Bouroum, province du Namentenga, région du
Centre-Nord ;
– du décret portant retrait du permis d’exploitation industrielle de petite
mine d’or de la société KOMET RESSOURCES AFRIQUE SA, dans les
communes de Guiro et Diouga, provinces du Namentenga et du Séno,
régions du Centre-Nord et du Sahel ;
– du décret portant retrait du permis d’exploitation industrielle de grande
mine d’or de la société BALADJI GROUP MINING KALSAKA
(BGMK) SA, dans la commune de Kalsaka, province du Yatenga, région
du Nord.

En ce qui concerne la société Nantou Mining Burkina Faso SA, elle est en
liquidation judiciaire et ne dispose pas de ressources financières conséquentes
pour la reprise des activités de la mine de zinc de Perkoa.

Pour la société NORDGOLD YEOU SA, son permis est expiré depuis le 13
mars 2020 et elle n’a pas pu fournir un dossier complet pour le renouvellement,
conformément à la règlementation.

Pour la société KOMET RESSOURCES AFRIQUE SA, elle a arrêté sans autorisation de l’administration des mines l’exploitation minière pendant plus de
deux (02) années. De plus, les taxes et redevances minières n’ont pas été payées
depuis l’acquisition du permis par cession en 2015. Par ailleurs, elle s’est rendue
coupable en 2022 de fraude à la commercialisation de l’or.

Quant à la société BALADJI GROUP MINING KALSAKA (BGMK) SA, elle a
arrêté sans autorisation de l’administration des mines l’exploitation minière
pendant plus de deux (02) années. Mise en demeure, elle n’a pas été en mesure
de justifier ses capacités techniques et financières à poursuivre l’exploitation.

Le retrait de ces permis permettra à l’Etat de rechercher de nouveaux
investisseurs pour la poursuite des activités minières et de favoriser la relance
économique dans ces zones.

Le Conseil a décidé du retrait des permis d’exploitation desdites sociétés
minières, conformément à la loi n°036-2015/CNT du 26 juin 2015 portant Code
minier du Burkina Faso et son modificatif la loi n°012-2023/ALT du 25 juillet
2023.

I.3. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE L’EAU
ET DE L’ASSAINISSEMENT
Le Conseil a adopté deux (02) décrets.
Le premier décret porte adoption du Schéma directeur d’aménagement et de
gestion de l’eau (SDAGE) de l’espace de compétence de l’Agence de l’eau du
Nakanbé (EC-AEN). La vision du SDAGE de l’EC-AEN à l’horizon 2035 est de « Faire de la bonne gouvernance et de la valorisation économe des ressources en eau, les
principaux points d’appui pour soutenir avec efficience en 2035, le développement socio-économique et environnemental de l’EC-AEN ».

Pour cela, le SDAGE de l’EC-AEN se fixe les objectifs spécifiques
suivants :
– mobiliser progressivement et à terme, environ 2,7 milliards de m3 d’eau
de surface et 120 millions de m3 d’eau souterraine pour l’atteinte des
objectifs de croissance de l’EC-AEN à l’horizon 2035 ;
– assurer pleinement à l’horizon 2035, un accès universel des populations
de l’EC-AEN aux conditions d’existence de base que sont l’énergie, l’eau
potable et l’assainissement ;
– assurer à l’horizon 2035, la sécurité alimentaire et l’équilibre nutritionnel
des populations des villes et campagnes de l’EC-AEN tout en accompagnant le développement des secteurs producteurs de valeurs ajoutées marchandes et créateurs d’emplois ;
– soutenir une gouvernance de l’eau fondée sur la connaissance et la
maîtrise de la gestion des ressources en eau.

L’adoption de ce décret permet à notre pays d’avoir un instrument important de
mise en œuvre de la Politique d’aménagement du territoire dans son volet « ressources en eau et écosystème aquatiques » à l’échelle de l’espace de
compétence du Nakanbé. Le second décret porte approbation des statuts de l’Agence nationale des évaluations environnementales (ANEVE).

Ce décret est une relecture du décret n°2020-
664/PRES/PM/MEEVCC/MINEFID du 28 juillet 2020 portant approbation des
statuts de l’Agence nationale des évaluations environnementales.
En termes d’innovations majeures, on relève entre autres :
– l’harmonisation de la mission de l’ANEVE avec l’organigramme du
ministère ;
– la revue des attributions de l’ANEVE par la prise en compte de
l’élaboration et de la mise en œuvre de la Stratégie nationale en matière
d’évaluations environnementale et sociale, la reformulation des
attributions portant sur l’inspection environnementale et la délivrance des
agréments aux consultants.
L’adoption de ce décret permet à l’Agence nationale des évaluations
environnementales d’assurer efficacement ses missions, conformément aux
dispositions du décret n°2014-613/PRES/PM/MEF du 24 juillet 2014 portant statut général des établissements publics de l’Etat à caractère administratif.

II. COMMUNICATIONS ORALES

II.1. Le ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la
sécurité a fait au Conseil une communication relative à la prise de mesures correctives de sécurité incendie dans les établissements d’intérêt vital au
Burkina Faso.
L’analyse des causes et circonstances de certains incendies dans notre pays
révèle que leurs origines sont dues aux défaillances matérielles notamment
électrique ainsi qu’à l’insuffisance de la mise en œuvre des mesures de
prévention et de prévision.

Le développement et la propagation des incendies sont surtout liés au manque de points d’eau, de service de sécurité incendie et d’équipements de premiers secours.
Pour corriger cette situation, les mesures suivantes s’imposent :
– identifier les établissements concernés dans chaque département
ministériel ;
– procéder à l’audit de sécurité incendie de ces établissements qu’ils soient
publics ou privés, assorti des mesures correctives à appliquer.
En outre, les départements ministériels devront prendre en compte dans leurs
projets de constructions ou d’investissements les exigences de sécurité incendie comme l’indique la règlementation. Les contrats de baux engagés par l’Etat devront également intégrés systématiquement les avis de la Brigade nationale de Sapeurs-pompiers en matière de respect de la règlementation incendie.

II.2. Le ministre des Affaires étrangères, de la coopération régionale et des
Burkinabè de l’extérieur a fait au Conseil le compte rendu de la visite d’amitié et
de travail d’une délégation burkinabè du 02 au 04 septembre 2023, à Téhéran en
République islamique d’Iran.
Cette visite d’amitié et de travail avait pour objectif de renforcer l’axe
Ouagadougou-Téhéran.

Lors de cette visite, la délégation burkinabè a présenté aux plus hautes autorités
iraniennes la situation sécuritaire et humanitaire que traverse notre pays et fait
un plaidoyer en vue d’un soutien multiforme.

En réponse à ce plaidoyer, la
partie iranienne s’est engagée à renforcer sa coopération avec notre pays dans le
cadre de la lutte contre le terrorisme. Les deux pays se sont également engagés à
renforcer davantage leur coopération dans les domaines sanitaire, énergétique et
commercial.

II.3. Le ministre de l’Agriculture, des ressources animales et halieutiques a fait
au Conseil une communication portant sur les créances de la Société nationale
d’aménagement des terres et de l’équipement rural (SONATER) relatives à la
vente d’équipements agricoles.
Dans le cadre de la promotion de la mécanisation au Burkina Faso, l’Etat a créé
en 2008 le Projet de développement de la mécanisation agricole et de soutien au
secteur hydraulique (PDMA-SSH) mis en œuvre par la SONATER. La cession
d’équipements agricoles à crédit aux structures publiques, aux organisations
professionnelles et à des particuliers a engendré des créances pour la SONATER
qui éprouve d’énormes difficultés pour leur recouvrement.
Les ventes à crédit enregistrées dans le cadre de la mise en œuvre du PDMA-
SSH se chiffrent à 4 124 899 039 F CFA pour des créances d’un montant de
497 897 497 F CFA. Pour ce qui concerne le montant des créances liées à la
vente des équipements agricoles par la SONATER, il s’élève à 3 563 484 600
F CFA.

En plus des créances clients, il faut ajouter les créances Etat qui représentent le montant des subventions à la vente des équipements agricoles issus des opérations de 2019 et 2021. Ce montant cumulé s’élève à 7 536 988 665 F CFA. Face à cette situation, la SONATER a mis en œuvre des actions de recouvrement des créances clients. Malgré ces efforts, les créances de la SONATER restent importantes et se chiffrent à 11 598 370 762 F CFA dont 4 061 382 097 F CFA, au titre des créances clients et 7 536 988 665 F CFA, au titre de la subvention de l’Etat.
Le Conseil a instruit les ministres chargés du dossier de prendre des mesures
vigoureuses en vue du recouvrement total dans les meilleurs délais des
différentes créances.

II.4. Le ministre de la Solidarité, de l’action humanitaire, de la réconciliation
nationale, du genre et de la famille a fait au Conseil une communication relative
à une visite gouvernementale aux Burkinabè réfugiés dans les pays voisins du fait de la crise sécuritaire.
Des missions gouvernementales se rendront au Ghana, au Togo, au Bénin, en
Côte d’Ivoire et au Mali. Elles visent à rassurer nos compatriotes réfugiés, des
efforts mis en œuvre par le Gouvernement en vue de leur retour et leur réinstallation dans leurs localités d’origine.

II.5. Le ministre de l’Environnement, de l’eau et de l’assainissement a fait au
Conseil une communication relative à la participation du Burkina Faso à la
28ème Conférence des parties (COP 28) à la Convention-cadre des Nations Unies
sur les changements climatiques.

La COP 28 prévue du 30 novembre au 12 décembre 2023 à Dubaï aux Emirats
Arabes Unis est une occasion d’accélérer la transition énergétique pour
construire le futur système énergétique du monde. II.6. Le ministre de la Communication, de la culture, des arts et du tourisme a fait au Conseil le point de la participation du Burkina Faso à la 45ème session du Comité mondial de l’UNESCO, à Riyad au Royaume d’Arabie Saoudite, du 10
au 25 septembre 2023.
Au cours de cette session, le comité s’est penché sur l’examen des propositions
de candidatures de biens, en vue de leur inscription sur la liste du patrimoine
culturel mondial et de l’état de conservation des biens inscrits sur la liste du patrimoine mondial en péril. Sous la conduite du ministre de la Communication,
de la culture, des arts et du tourisme, la délégation du Burkina Faso a eu des
audiences avec d’autres délégations en marge des travaux de cette 45ème session.

Ces audiences ont permis au Chef de la délégation burkinabè de présenter les
projets majeurs du Burkina Faso et de solliciter le soutien des partenaires pour
leur aboutissement. Il s’agit notamment de l’inscription de onze (11) biens
culturels burkinabè sur la liste internationale de protection renforcée de la
convention de 1954 de l’UNESCO sur la protection des biens culturels en cas de
conflits armés et la proposition d’inscription de la Cour royale de Tiébélé sur la liste du patrimoine mondial en 2024.

III. NOMINATIONS

III.1. NOMINATIONS DANS LES FONCTIONS INDIVIDUELLES

A. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION
TERRITORIALE, DE LA DECENTRALISATION ET DE LA
SECURITE
– Monsieur Naziko Yves Patrice SAMA, Mle 118 965 H, Administrateur
civil, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Coordonnateur du Centre
national de suivi-évaluation de la décentralisation ;
– Madame Maïmouna Pessanma-Yiri OUEDRAOGO/TRAORE,
Mle 111 303 A, Administrateur civil, 1ère classe, 8ème échelon, est
nommée Chef de département de la prospective et des réformes de la
décentralisation ;
– Monsieur Wendpagnangdé Honoré SAWADOGO, Mle 260 015 E,
Administrateur civil, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Chef de
département de la programmation et du suivi des cadres de concertation
de la décentralisation ;
– Monsieur Victorien Juste KINI, Mle 92 965 L, Ingénieur du cinéma et de
l’audiovisuel, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Chef de département de
la communication de soutien à la décentralisation ;
– Monsieur Rayengnéwindé Augustin OUEDRAOGO, Mle 226 390 W,
Conseiller des services touristiques et hôteliers, 1ère classe, 4ème échelon,
est nommé Conseiller technique du Gouverneur de la région du
Centre-Ouest.

B. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES
ET DE LA PROSPECTIVE
– Monsieur Souleymane OULA, Mle 119 291 L, Inspecteur du trésor,
1ère classe, 8ème échelon, est nommé 1er Fondé de pouvoirs de l’agent
comptable central du trésor ; – Monsieur Koungbèpuo SOME, Mle 119 299 C, Inspecteur du trésor,
1ère classe, 8ème échelon, est nommé 2ème Fondé de pouvoirs de l’agent
comptable central du trésor ;
– Monsieur Issa SAGNON, Mle 216 178 R, Inspecteur du trésor,
1ère classe, 7ème échelon, est nommé 2ème Fondé de pouvoirs de la banque
des dépôts du trésor ;
– Monsieur Issa KONFE, Mle 272 954 T, Inspecteur du trésor, 1ère classe,
4ème échelon, est nommé Fondé de pouvoirs du trésorier régional des
Cascades ;
– Monsieur Mahamadi OUEDRAOGO, Mle 225 028 H, Inspecteur du
trésor, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé trésorier régional du Sahel ;
– Monsieur Gaoussou GANDEMA, Mle 58 442 X, Inspecteur du trésor,
1ère classe, 11ème échelon, est nommé trésorier auprès de l’Ambassade du
Burkina Faso à Bamako (Mali).

C. AU TITRE DU MINISTERE DE L’AGRICULTURE, DES
RESSOURCES ANIMALES ET HALIEUTIQUES
– Monsieur Seydou OUATTARA, Mle 215 303 M, Enseignant-chercheur,
catégorie PD, 2ème classe, 2ème échelon, est nommé Directeur général du
Centre de promotion de l’aviculture ;
– Monsieur Boukari SAVADOGO, Mle 97 539 M, Ingénieur d’élevage,
1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur de la production de la
volaille au Centre de promotion de l’aviculture (CPAVI) ;
– Monsieur Adama OUIBIGA, Mle 202 634 Z, Ingénieur d’élevage,
1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur de la valorisation des
produits aviaires ;
– Madame Nakié Gisèle PARE, Mle 241 894 P, Docteur vétérinaire,
catégorie P, classe C, 5ème échelon, est nommée Directrice technique de la
Centrale d’achat des médicaments vétérinaires (CAMVET) ;

– Monsieur Victor DEMBELE, Mle 235 907 Z, Inspecteur du trésor,
1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur de l’administration et des
finances de la Centrale d’achat des médicaments vétérinaires ;
– Monsieur Lassane PERCOMA, Mle 256 984 T, Ingénieur d’élevage,
1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur de la lutte intégrée à la
Direction générale de l’entomologie et de la lutte contre les maladies
animales à vecteurs (DGELMA).

D. AU TITRE DU MINISTERE DE LA SOLIDARITE, DE L’ACTION
HUMANITAIRE, DE LA RECONCILIATION NATIONALE, DU
GENRE ET DE LA FAMILLE

– Monsieur Réléoindé Silvain ZOUNGRANA, Mle 81 952 B, Inspecteur
d’éducation de jeunes enfants, 1ère classe, 11ème échelon, est nommé
Directeur régional de la Solidarité, de l’action humanitaire, de la
réconciliation nationale, du genre et de la famille du Centre-Est.

E. AU TITRE DU MINISTERE DE LA SANTE ET DE L’HYGIENE
PUBLIQUE
– Monsieur Dékwinzou Frédéric LOUE, Mle 247 160 Y, Conseiller en
gestion des ressources humaines et management de l’administration,
1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur général de l’Agence
nationale de gestion des soins de santé primaires (AGSP).

F. AU TITRE DU MINISTERE DU DEVELOPPEMENT
INDUSTRIEL, DU COMMERCE, DE L’ARTISANAT ET DES
PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES
– Monsieur Zakaria GYENGANI, Mle 54 639 T, Inspecteur du trésor,
1ère classe, 14ème échelon, est nommé Directeur de Cabinet ;
– Madame Wendpouiré Fleur Prudence BALBONE/NIKIEMA,
Mle 280 439 E, Conseiller des affaires économiques, 1ère classe,
4ème échelon, est nommée Directrice de la règlementation des entreprises
publiques et parapubliques ;

– Monsieur Edouard KABORE, Mle 247 184 L, Conseiller des affaires
économiques, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur de l’audit et
du suivi de la privatisation des entreprises publiques et parapubliques ;
– Monsieur Inoussa SAWADOGO, Mle 117 065 V, Conseiller des affaires
économiques, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur de la
coordination des politiques de développement du secteur privé et du
dialogue public privé ;
– Monsieur Karim OUATTARA, Mle 117 067 L, Conseiller des affaires
économiques, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur de
l’amélioration de l’environnement des affaires et de la promotion des
petites et moyennes entreprises.

G. AU TITRE DU MINISTERE DES INFRASTRUCTURES ET DU
DESENCLAVEMENT
– Monsieur Saïdou Madi OUEDRAOGO, Mle 38 340 W, Conseiller
d’administration scolaire et universitaire, 1ère classe, 10ème échelon, est
nommé Inspecteur technique des services ;
– Monsieur Emmanuel BEMBAMBA, Mle 101 777 D, Ingénieur en génie
civil, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Inspecteur technique des
services ;
– Madame Thérèse Kiswendsida SOULAMA/NANA, Mle 104 680 U,
Attaché de direction, 1ère classe, 6ème échelon, est nommée Inspecteur
technique des services ;
– Monsieur Souleymane TRAORE, Mle 32 107 A, Conseiller en sciences
et techniques de l’information et de la communication, 1ère classe,
13ème échelon, est nommé Chargé de missions.

H. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE L’EAU
ET DE L’ASSAINISSEMENT
– Monsieur Flandion Idrissa SOURABIE, Mle 223 110 F, Ingénieur du
génie rural, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur général de
l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA).
I. AU TITRE DU MINISTERE DES TRANSPORTS, DE LA
MOBILITE URBAINE ET DE LA SECURITE ROUTIERE
– Monsieur Daouda Abdoul Aziz Wendyam Aristide AMOUSSA,
Conseiller en promotion des investissements, est nommé Directeur
général de l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC).

III.2. NOMINATIONS DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION
Le Conseil a procédé à la nomination d’Administrateurs aux Conseils
d’administration :
– de la Société nationale de gestion du stock de sécurité alimentaire
(SONAGESS) et de la Société de développement intégré du Pôle de
croissance de la Vallée du Sourou (SOUROUPOLE_SEM) au titre du
ministère de l’Agriculture, des ressources animales et halieutiques ;
– de l’Université de Ouahigouya, de l’Ecole polytechnique de Ouagadougou
(EPO), de l’Ecole normale supérieure (ENS) et de l’Agence nationale de
biosécurité (ANB) au titre du ministère de l’Enseignement supérieur, de la
recherche et de l’innovation ;
– du Fonds national pour la promotion du sport et des loisirs (FNPSL) au
titre du ministère des Sports, de la jeunesse et de l’emploi ;
– de la Société de gestion du patrimoine ferroviaire du Burkina
(SOPAFER-B) au titre du ministère des Transports, de la mobilité urbaine
et de la sécurité routière.
Le Conseil a également procédé à la nomination du Président du Conseil
d’administration de l’Agence nationale de biosécurité (ANB).

A. MINISTERE DE L’AGRICULTURE, DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
Le Conseil a adopté deux (02) décrets.
Le premier décret renouvelle le mandat de Monsieur Jean Michel
KIEMTORE, Mle 111 314 A, Conseiller des affaires économiques,
Administrateur représentant l’Etat, au titre du ministère du Développement
industriel, du commerce, de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises au
Conseil d’administration de la Société nationale de gestion du stock de sécurité
alimentaire (SONAGESS) pour une dernière période de trois (03) ans.
Le second décret nomme les personnes ci-après, Administrateurs au Conseil
d’administration de la Société de développement intégré du Pôle de croissance
de la Vallée du Sourou (SOUROUPOLE_SEM) pour un premier mandat de trois
(03) ans.
ADMINISTRATEUR REPRESENTANT L’ETAT
Au titre du ministère de l’Economie, des finances et de la prospective :
– Monsieur Assonsi SOMA, Mle 212 283 U, Enseignant-chercheur.
ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LA SOCIETE NATIONALE DE
GESTION DU STOCK DE SECURITE ALIMENTAIRE
– Monsieur Tasséré BARRY, Mle 421 050, Auditeur interne.
ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LE SECTEUR PRIVE
Au titre de la Maison de l’entreprise du Burkina Faso (MEBF) :
– Monsieur Karim OUATTARA, Mle ME 00 02 004 M, Gestionnaire.

ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LES ORGANISATIONS
PROFESSIONNELLES AGRICOLES (OPA)
– Monsieur Omar OUEDRAOGO, Expert en communication pour le
développement.

B. MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA
RECHERCHE ET DE L’INNOVATION
Le Conseil a adopté cinq (05) décrets.
Le premier décret nomme les personnes ci-après, Administrateurs au Conseil
d’administration de l’Université de Ouahigouya pour un premier mandat de trois
(03) ans.

ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LA CHAMBRE DE
COMMERCE ET D’INDUSTRIE DU BURKINA FASO (CCI-BF)
– Monsieur Jean OUEDRAOGO, Opérateur économique, élu consulaire de
la région du Nord.
ADMINISTRATEUR REPRESENTANT L’ETAT
Au titre du ministère de l’Economie, des finances et de la prospective :
– Madame Fanta Maïmouna KAFANDO, Mle 104 809 Y, Administrateur
des services financiers.
Le deuxième décret renouvelle le mandat de Monsieur Maurice SAWADOGO,
Mle 95 141 Z, Instituteur certifié, Administrateur représentant le personnel
administratif, technique, ouvrier et de soutien (ATOS) au Conseil
d’administration de l’Ecole polytechnique de Ouagadougou (EPO) pour une
dernière période de trois (03) ans. Le troisième décret nomme Monsieur Barthélémy KAGAMBEGA, Elève
professeur des collèges d’enseignement général, Administrateur représentant les
stagiaires au Conseil d’administration de l’Ecole normale supérieure (ENS) pour
la durée de son mandat de Délégué général.
Le quatrième décret nomme Monsieur Hama Mamadou DICKO,
Mle 57 288 H, Enseignant-chercheur, Administrateur représentant l’Etat, au titre
du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation au
Conseil d’administration de l’Agence nationale de biosécurité (ANB) pour un
premier mandat de trois (03) ans.
Le cinquième décret nomme Monsieur Hama Mamadou DICKO,
Mle 57 288 H, Enseignant-chercheur, Président du Conseil d’administration de
l’Agence nationale de biosécurité (ANB) pour un premier mandat de trois (03)
ans.

C. MINISTERE DES SPORTS, DE LA JEUNESSE ET DE L’EMPLOI
Le Conseil a adopté un décret portant nomination de Monsieur Nicolas
Wêndwaoga OUEDRAOGO, Mle 117 238 N, Professeur d’éducation physique
et sportive, Administrateur représentant l’Etat, au titre du ministère des Sports,
de la jeunesse et de l’emploi au Conseil d’administration du Fonds national pour
la promotion du sport et des loisirs (FNPSL) pour un premier mandat de trois
(03) ans, en remplacement de Madame Colette OUEDRAOGO.

D. MINISTERE DES TRANSPORTS, DE LA MOBILITE URBAINE ET DE LA SECURITE ROUTIERE
Le Conseil a adopté un décret portant nomination de Monsieur Itugnine
Séraphin SOMDA, Mle 101 589 M, Inspecteur de l’enseignement secondaire,
Administrateur représentant l’Etat, au titre du ministère des Transports, de la
mobilité urbaine et de la sécurité routière au Conseil d’administration de la
Société de gestion du patrimoine ferroviaire du Burkina (SOPAFER-B) pour un
premier mandat de trois (03) ans.

Le Porte -parole du gouvernement

Rimtalba Jean Emmanuel Ouedraogo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.