Ouagadougou: L’Amazone de la cohésion, « DR », « maman d’amour », Ivette BELEM, repose au cimétière de gounghin

0
174
Les femmes en blanc de l'ONI- TR et des mouvements associatifs ont accompagné leur Maman d'Amour Ivette Damé Belem à sa dernière démeure

Ce jour 6 février 2024, parents, amis, camarades, connaissances, ont accompagné, l’Amazone de la cohésion, Ivette BELEM, « maman d’amour », à sa dernière demeure. La levée du corps a lieu à son domicile à la cité Azimo de Tampouy.  L’absoute s’est déroulée à la paroisse Saint Jean Marie VIANNEY de Tampouy, suivie de l’inhumation au cimetière municipale de Gounghin à Ouagadougou. 

Le prêtre célébrant, Abbé Abel Lourgho

Tôt le matin la levée du corps a eu lieu, à son domicile à 8heures, au quartier de Tampouy, dans la cité Azimo. A 9 heures, le prêtre, l’Abbé Abel LOURGHO, vicaire à l’église Christ Roi de Pissy,  accueille le corps de Ivette, celle que les siens pleurent le 02 février, date de son décès,  à l’entrée de l’église saint Jean Marie Vianney de Tampouy, à Ouagadougou. D’entrée de jeu, Abbé LOURGHO, nous rappelle notre passage terrestre, une des réalités de notre existence « le passage de ce monde vers la maison céleste ». « Elle nous rappelle ce matin que nous sommes tous en pèlerinage sur cette terre. Que par la miséricorde de Dieu maman Ivette Belem, repose en paix et de là-haut, auprès de Dieu, elle prie et intercède pour toute sa famille.

Pendant l’absoute à l’église Saint Marie Vianney à Tampouy

Il a axé son homélie, autour de la lettre Romain(Rm)6, 4-11 et Luc(Lc)7, 11-17, la victoire sur la mort. « Nous ne célébrons pas la mort ce jour, mais la victoire de la vie sur la mort », a t’il dit. Selon ses exhortations, la résurrection est le coeur de la foi chrétienne, au point que Saint Paul a dit » si le Christ n’est pas ressuscité, notre foi est vide ».

l’Abbé Abel Lourgho, Vicaire à l’église Christ Roi de Pissy, a prêché autour des évangiles Romain 6,4-11. Luc 7,11-17

Maman Ivette a vécu utile, et nous invite à être un remède pour l’autre, car  disait t’elle toi qui passes, pense à tes pas, et de  tes pas pense au dernier pas », car nous aurons un dernier pas à faire, vers le chemin de la sainteté.

Pendant l’absoute à l’église

A la fin de la prière de l’absoute; le prêtre célébrant; tout comme la famille; parents amis; connaissances;

A la sortie de l’église, pour le cimetière

les anciens collègues, les camarades de lutte; les femmes des différentes associations féminines ont tous tenu à accompagner le corps de Ivette à sa dernière demeure, au cimetière de Ouagadougou.

Les anciennes collègues de Ivette, les enseignantes de l’école Gounghin Nord D, de Ouaga, présentes.
La fille de Ivette Marie Eve Simporé, en compagnie de Mme Octavie Congo, des femmes en blanc
Amis et connaissances de Ivette
Les parents
La fille de Ivette avec Mme Cécile Sirima(encouragements)
Les camarades de lutte de Ivette
Les connaissances

Le transfert du corps pour le cimetière de gounghin

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.