France: L’IVG désormais gravée dans la Constitution, une étape majeure des luttes féministes

0
175
Au Parlement français ce 4 mars 2024

En France, ce 4mars 2024,  les Féministes ont réussi à faire graver dans la Constitution la liberté garantie de pouvoir recourir à l’interruption volontaire de grossesse(l’IVG). Cette révision constitutionnelle, qualifiée d’historique, est le fruit d’une bataille politique et féministe engagée de longue date. C’est à l’issue d’un vote favorable de 780 parlementaires contre seulement 72 voix opposées. D’où un score de 92% des suffrages exprimés.

La loi détermine les conditions dans lesquelles s’exerce la liberté garantie à la femme d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse. Cette loi est introduite à l’article 34 de la Constitution.

Selon l’Agence France Presse(AFP), le 04 mars 2024, députés et sénateurs se sont réunis en Congrès au Château de Versailles pour inscrire le droit à l’avortement dans la Constitution. La France devient le premier pays au monde à inscrire explicitement dans sa  Constitution l’Interruption volontaire de grossesse(IVG).

Cet acte marque une étape majeure des luttes féministes. Pour bon nombre d’historiennes et de militantes, cette liberté garantie de pouvoir recourir à l’interruption volontaire de grossessel’IVG.

Selon le Journal l’AFP. Il aura fallu dix huit mois(18) mois au pouvoir législatif pour réussir à imposer sa volonté de réformer la constitution, face à un exécutif longtemps frileux. Fortement soutenue par l’opinion publique, cette constitutionnalisation a permis de dépasser les clivages politiques.

Fierté française, message universel, a écrit le Président Emmanuel Macron,, i sur son compte twitter, invitant les Français à une symbolique cérémonie de scellement de la Constitution « ouverte au public » le « 8 mars« , Journée internationale des droits des femmes.

Le Premier ministre Gabriel Attal a salué une étape qui restera dans l’histoire et une » deuxième victoire pour Simone Veil ». La France est fidèle à son héritage (…)patrie des droits de l’homme et aussi et surtout les droits de la  femme, a souligné le premier ministre.

À lire aussi: 

https://www.fasoamazone.net/2022/11/24/france-droit-a-lavortement-livg-bientot-constitutionnalisee/

Tandis que les opposants à l’IVG ont de leur côté manifésté pour protéger la vie, à Versaille dans l’après midi .

A l’opposé, la présidente nationale du Planning familial, Sarah Durocher, a salué un « jour historique » mais alerté sur la nécessité d’ouvrir le chantier des moyens pour « l’accès à l’avortement ».

À lire aussi: 

https://www.fasoamazone.net/2018/09/03/burkina-faso-revision-de-la-loi-portant-interruption-volontaire-de-grossesse-les-femmes-des-confessions-religieuses-sopposent-et-interpellent-le-gouvernement-et-lassemblee-nationale/

L’interruption volontaire de grossesse (ou IVG) désigne un avortement déclenché volontairement, que ce soit par une démarche de la femme ou qu’il lui soit imposé.

À lire aussi: 

https://www.fasoamazone.net/2018/09/03/interruption-volontaire-de-grossesse-issaka-luc-kourouma-interpelle-le-premier-ministre/

Le droit à l’avortement, diffère suivant les pays. Au Burkina Faso, il est encadré par la loi.

L’IVG provoqué est autorisé par la loi au Burkina Faso en cas de viol, d’inceste, de malformation fœtale, ou lorsque la vie ou la santé physique de la femme est en danger.

Fasoamazone.net avec Source AFP

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.