8 mars 2024: « Derrière un grand homme se cache une grande dame ». La Fédération des Braves Femmes du Burkina Faso

0
256

À l’occasion de la célébration du 8 mars 2024, la Fédération des Braves femmes du Burkina Faso,  a animé une conférence de presse  le jeudi 7 mars 2024,  à Ouagadougou, au Rond-point de la transition. Ci dessous pour vous,  la déclaration luminaire..

Chers mères, soeurs et camarades de lutte, ne dit-on pas que « derrière un grand homme se cache une grande dame ?»
C’est le moment pour nous, femmes du Burkina Faso, de prouver à nos maris, enfants et au Président CAPITAINE ibrahim TRAORE, que le Burkina Faso ne compre que de grandes dames. Cette guerre est l’affaire de tous. Et nous les femmes, devons nous constituer en sentinelle.
C’est pourquoi, nous voudrions à travers cette conférence de presse, rappeler à nos camarades
femmes de toutes les contrées que nous devons nous ongager pour que la paix revienne.
Par conséquent, il n’y a pas de fêtes tant que la joie n’est pas partagée.
Chers mères et sœurs, notre 08 mars ne doit pas être sans celles de Dori, Kantchari, Barsalgo,Ouahigouya et bien celles des autres localités et surtout sans nos maris et nos enfants qui veillent au front.
C’est pourquoi nous demandons à toutes les femmes de faire preuve de retenue.
Cette journée de 08 mars doit être une joumée pour chaque femme, de contribution volontaire à reffort de paix. Elle doit être un tremplin qui nous permettra d’encourager nos époux ainsi que nos enfants qui se battent nuit et jour afin que soit reconquis l’intégralité de notre territoire.
C’est dans cette lancée que, nous les femmes, voudrons à travers cette journée, lancer un appel vibrant à l’égard de tous les citoyens de notre pays, à une contribution volontaire de soutiens aux veuves et orphelins de nos combattants tombés au front. Ceci dit, les numéros de contribution sont : 76 01 62 85 / 76 50 30 83.
Monsieur le Président de la Transition, Chef de l’Etat, dorénavant, il faudra compter avec la Femme Burkinabé. Elle n’a pas dit son dernier mot. C’est maintenant même que ça commence. Et nous devons ensemble cultiver une conscience collective pour la paix. Que ce soit dans le renseignement ou sur le théâtre des opérations.
Vive les femmes du Burkina !
Vive les combattants au front !
Vive la transition !
Que Dieu bénisse le Burkina Faso !
La patrie ou la mort, nous vaincrons !

La Féderation des Braves Femmes

Fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.