Intrants agricoles: La CAIMA est dissoute et création de la SOBIMA(gouvernement)

0
149

(Ouagadougou, 20 mars 2024).

Le Président de la Transition, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé ce mercredi, le Conseil des ministres, qui a examiné plusieurs dossiers et pris d’importantes décisions pour la marche de la Transition, selon le ministre d’Etat, Porte-parole du gouvernement, Jean Emmanuel OUEDRAOGO.

Approvisionnement en intrants agricoles : le gouvernement dissout la CAIMA

Au titre du ministère de l’Agriculture, des Ressources animales et halieutiques, le Conseil a examiné et adopté six décrets. Le premier décret porte approbation des statuts particuliers du « Fonds Dumu Ka Fa », un fonds mis en place pour faciliter l’accès au financement des producteurs dans le secteur agropastoral et halieutique. « L’objectif de ce décret est de doter cette structure d’organes de gouvernance et d’un cadre institutionnel pouvant favoriser son opérationnalisation », a indiqué le ministre en charge de l’agriculture, Ismaël SOMBIE.

Le deuxième décret adopté au titre de ce département porte création, attributions, composition et fonctionnement du Conseil national de sécurité alimentaire. Ce décret, selon le ministre, s’inscrit dans le cadre de la relecture du cadre général de coopération entre l’Etat et les partenaires en matière de sécurité alimentaire. Il se fonde sur la volonté du gouvernement « de réaffirmer son leadership dans le domaine de la sécurité alimentaire en assurant la conduite de cet organe important de décision ».

Le troisième décret porte approbation des statuts particuliers du Conseil burkinabè de l’anacarde (CBA), désormais rattaché au Ministère en charge de l’agriculture, en vue « d’impulser une nouvelle dynamique dans l’accroissement de la production ».

Le quatrième décret adopté pour le même ministère est relatif à la dissolution de la Centrale d’approvisionnement en intrants et matériels agricoles (CAIMA). « Il faut rappeler que dans le secteur agropastoral et halieutique, précisément dans le secteur agricole, l’approvisionnement en intrants est déterminant pour influencer la dynamique et la politique de production de l’Etat.

Le gouvernement consent chaque année une importante subvention pour réduire le coût des engrais », a indiqué le ministre SOMBIE. Toutefois, au regard des difficultés de fonctionnement que traverse la structure et en vue de permettre à l’Etat de contrôler les subventions, le Conseil a procédé à la dissolution de la CAIMA.

En remplacement de la CAIMA, le gouvernement a adopté un cinquième décret portant création d’une société d’Etat dénommée Société burkinabè d’intrants et de matériels agropastoraux (SOBIMA). « Cette société se veut stratégique pour le gouvernement en matière d’approvisionnement en intrants et sera essentiellement assurée par des capitaux publics », a soutenu le ministre Ismaël SOMBIE.

Le sixième décret soumis par le ministre en charge de l’agriculture et adopté par le Conseil porte sur l’adoption des statuts particuliers de la SOBIMA dans l’optique de doter la structure d’organes de gouvernance.

Pour le compte du ministère de l’Energie, des Mines et des Carrières, le Conseil a examiné et adopté quatre rapports. « Pour le premier rapport, le Conseil a adopté un décret portant renouvellement du permis d’exploitation de la mine industrielle de Sanbrado en vue de prolonger la vie de la mine pour cinq ans additionnels », a indiqué le ministre en charge des mines, Yacouba GOUBA.

Le deuxième rapport au titre de ce ministère est un décret relatif à l’octroi d’un permis d’exploitation de la mine de Toèga, située dans la province du Ganzourgou. Quant au troisième dossier, il est relatif à deux décrets portant respectivement retrait du permis d’exploitation de la mine d’or d’Inata et de celui de la mine de manganèse de Tambao.

Le quatrième dossier examiné par le Conseil pour le compte du ministère des Mines est relatif à l’adoption d’un avant-projet de loi portant Code minier. Ce projet de Code minier, qui introduit plusieurs innovations, fait suite à la refonte de deux textes majeurs ; l’un portant sur le Code minier de 2015 et l’autre portant sur l’organisation de la commercialisation de l’or au Burkina Faso.

Le titre est de la rédaction de Fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.