Chronique sportive télé: « je dois redoubler d’efforts pour attirer mais surtout maintenir les femmes dans ce milieu assez complexe » l’Amazone Christelle Dabré/Paré

0
285
Chtistèle Dabré/ Paré, l'Amazone chroniqueuse sportive télé, avec sa médaille lors de sa décoration en chevalier, en décembre 2023, à Ouagadougou

Christelle PARÉ épouse DABRÉ, est cette Amazone du magazine sportif de la RTB/ télé. Elle est une célébrité dans ce domaine, car faisant partie de la crème des rares femmes journalistes du Burkina Faso, à s’aventurer dans ce domaine, tout en y avoir fait son gagne pain. Celle qu’on surnomme la  dame de fer, femme engagée au franc parlé avec ses invités sur le plateau télé, manage choux et carottes, pour parfaire son métier et récueillir l’information necessaire pour les téléspectateurs et fans du sport. C’est avec coeur sincère qu’elle nous explique cette stratégie et méthodologie professionnelle. Elle  lève le voile sur son parcours professionnel et sur sa vie privée.  Christèle a éte Chevalier de l’ordre du mérite avec agrafe Sport et loisirs en décembre 3024, à Ouagadougou..

Christelle PARÉ épouse DABRÉ, cette mère au foyer, y exerce au  service des informations sportives depuis novembre 2007 plus d’une dizaine d’années. Elle u était d’abord  en tant que pigiste avant son intégration à la fonction publique en juin 2011. « J’y suis par des circonstances heureuses ni l’un ni l’autre, juste par curiosité et défis personnels », a témoigné, cette brave dame.

Pour la petite histoire: le ministère à l’époque sous l’impulsion de Philippe Sawadogo souhaitait rajeunir l’antenne pour qu’elle reflète les aspirations de la population burkinabè qui est à majorité jeune. « C’est dans cet élan qu’il a pensé innover en intégrant des femmes à la rédaction sportive ».

Comment l’intégration s’est passée avec les ainés?. Avec les aînés, l’intégration s’est bien passée. Ils nous ont guidées par leurs expériences et connaissances.

En ce qui concerne des ambitions futures dans un bref délais, elle dit un jour aimé bien quitter pour d’autres défis dans d’autres secteurs d’activités connexes, a telle dit.

Huuum. Tranchante, je ne le pense pas. Je suis juste une journaliste à la recherche d’infos pour permettre à tous les téléspectateurs même ceux qui ne sont pas férus de Sports à comprendre et à avoir des éclairages sur leurs interrogations.

Pourquoi être tranchante dans ses questions?  Difficile de répondre à cette question. « Mais je pense que le métier nous amène à être engagée tout en veillant à un certain équilibre émotionnel et passionnel ».

Quel sport préféré?

Tous les sports m’impactent car j’apprends toujours en côtoyant les différents acteurs. Tout le monde sait que j’ai un faible pour le handball pour y avoir jouer au collège. J’aime la lecture, la méditation et les débats. Ça me permet de m’ouvrir à moi-même, aux autres et au monde. « Bref, de mieux appréhender l’environnement dans lequel je vis ».

Je déteste l’hypocrisie et les personnes jalouses ou envieuses. Beaucoup de joie mais de pression aussi car je dois redoubler d’efforts pour attirer mais surtout maintenir les femmes dans ce milieu assez complexe. « J’aime beaucoup le haricot sous toutes ses formes. Du haricot vert en passant par le faro, le gonré, …

Pour mes futures consœurs, il faut s’armer de patience , d’humilité et de principes. Le métier est exigeant et exaltant à la fois. « Ne pas abandonner aux premiers couacs, gérer les conflits et les frustrations qui ne manqueront pas de manière intelligente », a donné en guise de conseils à ses jeunes consœurs dans le métier.

Mme Dabré remercie tous ceux qui dès le début l’ont encouragée par les critiques positives pour qu’elle s’améliore.

À FASOAMAZONE.NET, elle dit merci pour la considération. « Vous aussi pour ce clin d’œil ». « Bon vent et courage pour la suite’.

Amen

Irène Soulama

Fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.