Nigeria : le nouveau choc des parents des filles enlevées à Chibok

0
87
PUBLICITÉS Nigeria : le nouveau choc des parents des filles de Chibok Les parents d'une fille enlevée en 2014CRÉDIT PHOTO,YAMA BULLUM Légende image,Yama Bullum et sa femme Falmata sont dévastés par la décision de leur fille

Dix ans après que des hommes armés de Boko Haram ont enlevé sa fille dans son école de la ville nigériane de Chibok, Yama Bullum a l’impression de l’avoir à nouveau perdue.

Sa fille, Jinkai Yama, faisait partie des 276 filles kidnappées dans l’école secondaire aux premières heures du 14 avril 2014 par les combattants islamistes.

Cinquante-sept d’entre elles s’enfuient peu après. Puis, entre 2016 et 2018, 108 autres personnes ont été secourues par l’armée ou libérées grâce à des négociations.

Quatre-vingt-onze autres personnes sont toujours portées disparues, mais Jinkai Yama est l’une des 20 « filles de Chibok » sauvées au cours des deux dernières années des cachettes de Boko Haram dans la forêt de Sambisa, dans le nord-est de l’État de Borno, l’épicentre de 15 ans d’insurrection.

Mais son père a été indigné de découvrir que, comme d’autres femmes récemment libérées, elle a décidé de rester mariée à l’un des combattants qui la retenaient autrefois captive.

Ces couples résident désormais dans la ville de Maiduguri – la capitale du Borno, à 125 km au nord de la ville isolée de Chibok – dans des logements mis à disposition par le gouverneur de l’État, Babagana Umaru Zulum.

« Je ne suis pas content de ce que le gouverneur a fait. Les filles ont réussi à sortir de la forêt et le gouverneur les a remariées. Sa mère est très en colère », a déclaré M. Bullum.

A gauche : Jinkai Yama photographiée après sa libération. A droite : Lorsqu’elle était adolescente, elle faisait partie de la brigade des enfants et de la fanfare de l’église.

Il l’a découvert lorsque sa fille l’a appelé pour lui en parler en août dernier – et lui a remis le téléphone pour lui demander de parler à son mari, l’ancien insurgé de Boko Haram.

Jusque-là, Yama Bullum avait supposé qu’elle ains que ses trois enfants étaient avec d’autres captives libérés de Chibok dans un programme social spécial.

Comme un certain nombre d’autres parents de Chibok, Bullum est troublé par ce qui semble être l’approbation par le gouvernement nigérian des mariages entre leurs filles sauvées et les hommes qui les ont enlevées.

Permettre aux femmes libérées de vivre avec leurs anciens ravisseurs en tant qu’épouses, alors que leur logement est fourni par le gouvernement, est perçu par les parents comme une volonté du gouverneur Zulum de sacrifier leurs filles sur l’autel de la quête de la stabilité dans la région.

Ils voient dans ces mariages un moyen d’apaiser les anciens militants. La plupart des filles emmenées à l’école de Chibok étaient chrétiennes.

La récente nouvelle de la poursuite des « mariages » a encore plus bouleversé les parents dont les enfants ont été forcés de se convertir à l’islam pendant leur captivité.

« Certaines personnes à Chibok disent : ‘Comment est-il possible qu’après le sauvetage des filles, elles restent encore dans la foi musulmane ?' », a déclaré Yakubu Nkeki, président de l’association des parents de Chibok.

L’État semble être aux prises avec le dilemme de respecter les souhaits des filles tout en exauçant les désirs de leurs parents.

« Mon seul intérêt est que nous ne voulons pas que ces filles retournent dans la brousse », m’a confié le gouverneur de Borno, Zulum.

« Même avant de sortir [de la forêt de Sambisa], certaines d’entre elles nous ont posé des conditions : elles ne viendraient pas sans leur mari », dit-il.

Mary Dauda, ​​photographiée ici juste après avoir été retrouvée par l’armée, a déclaré qu’elle avait planifié sa fuite avec son mari militant.

L’une de ces femmes, Aisha Graema, m’a dit qu’elle n’aurait pas quitté la forêt si elle n’avait pas pu être avec le militant qu’elle a épousé deux ans après avoir été enlevée à l’école de Chibok.

« Nous sommes mariés depuis huit ans », a déclaré la mère de trois enfants. « Je suis d’abord sorti de la forêt, puis il m’a suivi. Là-bas, dans la brousse, nous n’avions ni parent, ni frère, ni sœur, c’est pourquoi nous avons décidé d’en sortir », poursuit-elle.

« Il a terminé la déradicalisation avant que nous soyons autorisés à rester ensemble. Le gouvernement nous a bien accueillis, nous a donné de la nourriture, un abri, tout. »

Une autre fille de Chibok, Mary Dauda, ​​m’a expliqué qu’elle n’aurait pas pu s’échapper de Sambisa sans son mari, qui l’a aidée à s’échapper de la cachette des militants.

« Nous avions convenu qu’il me rejoindrait ensuite et se présenterait au gouverneur pour une réhabilitation », a expliqué la jeune femme de 27 ans.

Le camp du Hajj à Bulumkutu est le principal camp de réhabilitation pour les anciens combattants de Boko Haram et leurs captifs de longue date, où ils sont emmenés directement après leur sauvetage.

Après avoir passé des semaines en réhabilitation là-bas, les hommes sont réintégrés dans la société dans le cadre du programme d’amnistie, en cours, du gouvernement pour les membres repentis de Boko Haram. Jusqu’à présent, environ 160 000 personnes ont été prises en charge, selon le gouverneur Zulum.

Le bien-être des 20 filles de Chibok, les dernières libérations en date, relève de la compétence de Zuwaira Gambo, la commissaire de l’État de Borno chargée des affaires féminines et du développement social, qui insiste sur le fait que les femmes n’ont en aucun cas été contraintes de rester avec leur conjoint.

« Ce sont elles qui ont insisté sur le fait que sans leurs maris, elles ne resteraient pas à Maiduguri », a déclaré Gambo.

« Je leur ai demandé : ‘Comment pouvez-vous vouloir rester avec cet homme qui a détruit votre vie ?’ et elles m’ont dit : ‘Tu ne comprendras pas' », m’a expliqué la commissaire.

Plutôt que de laisser les couples retourner dans la forêt, elle a déclaré que les autorités cherchaient une voie différente.

Les 20 femmes – ainsi que 31 enfants – ont été transférées dans un établissement sécurisé situé dans un quartier aisé de Maiduguri. Sept sont avec leurs maris membres de Boko Haram ; Certains des autres sont fiancés à d’anciens combattants qu’ils ont rencontrés à Bulumkutu.

Une formation est proposée aux femmes dans des domaines tels que la couture et l’informatique. Elles partagent un grand manoir, entouré d’un vaste terrain où ils se rassemblent sur des nattes sous les arbres pour discuter pendant que leurs enfants jouent dans le sable.

image,Les femmes récemment libérées partagent une grande maison à Maiduguri et se rassemblent souvent dehors pour communier, avec leurs enfants.

Chaque couple dispose de sa propre chambre. Les filles de Chibok libérées ne sont pas les seules à vouloir rester avec leurs maris de Boko Haram .

Une jeune fille de 16 ans m’a dit en 2016 que si elle avait eu une arme à feu, elle aurait tiré sur les soldats venus la sauver de sa captivité.

Les experts attribuent cela à plusieurs facteurs, notamment le sentiment d’appartenance favorisé par l’intégration au sein du groupe insurgé, l’endoctrinement dans ses croyances extrémistes, le développement d’attachements amoureux au fil du temps et la formation de liens familiaux, en particulier lorsqu’ils ont des enfants ensemble.

De plus, des actes de gentillesse et de soin, comme le fait de les couvrir de cadeaux de la part de leurs ravisseurs, peuvent contribuer à ces sentiments.

« Ces gens ont pris le temps de les convaincre que ce qu’ils savaient auparavant n’était pas la bonne voie », a déclaré Fatima Akilu, une psychologue qui a travaillé avec de nombreux prisonniers libérés au cours de leurs années de formation.

,L’école secondaire de Chibok a été détruite par les militants dans la tristement célèbre nuit du 14 avril 2014.

Mais la situation des filles de Chibok se distingue par le soutien actif du gouvernement pour qu’elles et leurs maris restent ensemble.

Le gouverneur Zulum pense que cela encouragera ceux qui sont encore à Sambisa à sortir de leur cachette.

et les droits des jeunes femmes. « Les filles m’ont dit qu’elles ne pouvaient pas se passer de leur mari », a déclaré Nkeki.

« Moi, moi-même, je suis un combattant de la liberté et je veux qu’ils soient libérés de la forêt de Sambisa, quelle que soit la situation dans laquelle ils se trouvent à leur sortie, qu’ils soient musulmans, mariés ou non. »

Il a raconté avoir été convoqué d’urgence à la maison d’enfance de Saratu Dauda, ​​l’une des filles de Chibok récemment sauvées, l’année dernière, lors d’une vive dispute entre elle et ses parents au sujet de sa décision de rester mariée à son ancien ravisseur.

« Ils m’ont dit : ‘Venez entendre ce que dit cette fille. Vous demandiez leur libération, mais regardez comment ils se comportent’. Je leur ai dit que ce n’était pas sa faute, qu’ils devaient être patients. »

Aisha Muhammed-Oyebode, du groupe d’activistes Bring Back Our Girls et directrice de la Fondation Murtala Muhammed, qui soutient à la fois les parents et les filles libérées, estime que de tels problèmes auraient pu être évités si le gouvernement avait été mieux préparé avec des plans complets pour les filles à leur libération.

La campagne Bring Back Our Girls a attiré l’attention du monde entier.

« Le fait de ne pas avoir de structure autour de ce genre de situations est ce qui provoque ce genre de chaos », a-t-elle déclaré.

Après la dispute familiale explosive, Saratu Dauda a écourté sa visite à Chibok et est retournée à Maiduguri. Son père est tellement bouleversé qu’il a choisi de ne plus participer cette année à l’association des parents ni aux événements commémorant l’anniversaire des enlèvements.

Cela inclut le rassemblement annuel des parents de toutes les écolières kidnappées, qu’elles soient libres ou disparues, qui se tient dans les locaux de l’école.

Jinkai Yama est également éloignée de sa famille. Chaque fois qu’ils essaient de la contacter, c’est son mari qui répond à son téléphone.

La jeune femme de 29 ans a refusé de répondre à mes questions sur la situation, me disant que sa relation avec ses parents ne regarde personne d’autre et m’a dit combien elle est heureuse que son enlèvement l’ait amenée à trouver la « vraie religion ».

Son père, visiblement en détresse, a déclaré : « Elle ne veut absolument rien avoir à faire avec nous. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.