28 mai: célébration de la journée de l’hygiène menstruelle

0
126

Une femme sur trois (1/3) dans le monde est confrontée à la précarité menstruelle et les jeunes filles sont les plus touchées au pays des hommes intègres. Elle fait partie des causes d’abandons des jeunes filles à l’école.

Depuis dix ans (10) soit 2014 ,le 28 mai de chaque année est célébrée la journée de l’hygiène menstruelle. L’hygiène menstruelle désigne la capacité à prendre en charge son cycle de manière digne et saine.

Au Burkina Faso malheureusement, la gestion des menstrues demeure une problématique

Considéré comme des saletés pour certaines ou de malédiction pour d’autres, la période menstruelle amène certaines femmes à se cacher pour gérer. Une attitude qui montre que le phénomène se pose toujours avec acuité dans notre contrée.

Selon les statistiques de l’UNICEF en 2023, une femme sur trois ( 1/3 ) dans le monde est confrontée à la précarité menstruelle et les jeunes filles sont les plus touchées.

Le manque de communication entre génitrice et enfants (fille surtout) puisque considéré comme tabou.  L’absence criarde des infrastructures dignes dans les établissements scolaires, dans les lieux publics et dans les établissements sanitaires. Le manque d’explication profonde des enseignants aux enfants sur la gestion des menstrues, le tout conjugué  aux moqueries et les comportements stigmantisants des garçons constituent les facteurs explicatifs de la gravité du phénomène dans notre si beau pays.

La mauvaise gestion des menstrues représente un danger sanitaire pour la femme ou la jeune fille. Elle est aussi une source d’abandons des filles à l’école.

Pour éradiquer ce phénomène une synergie d’action de tous les acteurs s’impose.

La collégialité gouvernementale doit amener les autorités éducatives et sanitaires à coordonner et à multiplier des actions communes pour freiner le phénomène.

Les structures et associations œuvrant dans le cadre de la promotion de la bonne gestion des menstrues devront multiplier des actions de sensibilisation et de plaidoyer à la population et aux gouvernants.

Encourager la confection des serviettes hygiéniques lavables et réutilisables par des matériaux locaux et par des structures locales, seraient une arme ultime pour mettre fin à la mauvaise gestion des menstrues  au Burkina Faso.

Pascal K.

Fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.