Conseil des ministres du 13 juin 2024

0
106

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 12 juin 2024, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 14 H 22 mn, sous la présidence de Son Excellence le Capitaine Ibrahim TRAORE,  Président du Faso, Président du Conseil des ministres.

Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour, entendu des communications orales, procédé à des nominations et autorisé des missions à l’étranger.

DELIBERATIONS

I.1. AU TITRE DU MINISTERE DE LA DEFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS
Le Conseil a adopté un décret portant renouvellement des membres du Tribunal
militaire de Ouagadougou, au titre de l’année judiciaire 2023-2024.
Les membres du Tribunal militaire sont composés de juges professionnels civils
et militaires ainsi que de juges assesseurs, tous militaires.
L’adoption de ce décret permet le renouvellement des membres du Tribunal
militaire de Ouagadougou afin d’assurer son fonctionnement, conformément à la
loi n°24/94 ADP du 24 mai 1994 portant Code de justice militaire et ses
modificatifs n°007/98/AN du 31 mars 1998 et n°44-2017/AN du 04 juillet 2017. La liste de ces membres sera publiée dans le Journal Officiel du Burkina Faso.

I.2. AU TITRE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES, DE LA
COOPERATION REGIONALE ET DES BURKINABE DE L’EXTERIEUR
Le Conseil a adopté trois (03) rapports.
Le premier rapport est relatif à un projet de décret portant acceptation de
l’Accord sur les subventions à la pêche, adopté par l’Organisation mondiale du
Commerce (OMC), le 17 juin 2022.
La pêche constitue une source importante de revenu et de nutrition pour
plusieurs pays. De nombreux gouvernements subventionnent des flottes de pêches industrielles pour couvrir la hausse des coûts de la pêche ainsi que la
demande croissante des consommateurs. L’OMC estime que les subventions mondiales à la pêche varient de 14 à 54
milliards de dollars US par an.

Ce phénomène constitue un facteur majeur de pillage des stocks mondiaux de poissons.
La diminution des stocks de poissons menace ainsi d’aggraver la pauvreté et de
mettre en danger les communautés qui dépendent de la pêche de capture pour
leur subsistance et leur sécurité alimentaire.
Face à cette situation, les membres de l’OMC sont parvenus à adopter le 17 juin
2022 l’Accord sur les subventions de pêche après 21 ans de négociation.
Cet Accord fixe de nouvelles règles visant à réduire les subventions
préjudiciables et à protéger les stocks mondiaux de poissons de façon à tenir
compte des besoins des pêcheurs des pays en développement et des pays les
moins avancés.
En acceptant cet accord, le Burkina Faso pourra bénéficier de l’assistance
technique et financière de l’OMC et de la Banque mondiale en vue de
redynamiser le secteur de la pêche et réduire sa dépendance vis-à-vis des
importations.
L’adoption de ce décret permet à notre pays d’accepter l’Accord sur les
subventions à la pêche, adopté par l’Organisation mondiale du Commerce,
le 17 juin 2022.
Le deuxième rapport est relatif à une demande d’agrément pour la nomination
d’un Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire du Canada auprès du
Burkina Faso.
Le Conseil a marqué son accord pour la nomination de Madame Tina
GUTHRIE, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire du
Canada auprès du Burkina Faso, avec résidence à Ouagadougou. Le troisième rapport est relatif à une demande d’agrément pour la nomination
d’un Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République
algérienne démocratique et populaire auprès du Burkina Faso.
Le Conseil a marqué son accord pour la nomination de Madame Selma
MANSOURI, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la
République algérienne démocratique et populaire auprès du Burkina Faso, avec
résidence à Ouagadougou.

I.3. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET
DE LA PROSPECTIVE
Le Conseil a adopté trois (03) rapports.
Le premier rapport est relatif à un projet de décret portant autorisation de
perception de recettes relatives à certaines prestations du ministère des Sports,
de la jeunesse et de l’emploi.
Ce décret est une relecture du décret n°2021-0201/PRES/PM/MINEFID/MJPEE
du 1er avril 2021 portant autorisation de perception de recettes relatives à
certaines prestations des directions techniques et des directions régionales du
ministère des Sports, de la jeunesse et de l’emploi.
Cette relecture vise à prendre en compte de nouvelles natures de recettes issues
des prestations des structures dudit ministère. Il s’agit entre autres :
– des visites de sites d’implantation et de terrains hors lotissement des
centres privés de formation professionnelle ;
– des autorisations de création de fédération sportive et/ou de loisirs ;
– des délivrances de cartes d’animateurs d’activités physiques d’entretien ;
– des autorisations d’organiser des évènements sportifs par un promoteur de
sport et/ou de loisirs ; – des agréments de création, d’ouverture d’écoles, de centres et d’académies
de formation de jeunes sportifs et/ou de jeunes pratiquants de loisirs
spécialisés et des centres ou complexes privés de formation aux métiers
de sport et/ou de loisirs.
L’adoption de ce décret permet la perception de nouvelles recettes issues des
prestations du ministère des Sports, de la jeunesse et de l’emploi, en vue de
l’élargissement de sa part contributive au budget de l’Etat.
Le deuxième rapport est relatif à deux (02) projets de décret portant
abrogation du décret n°2012-720/PRES/PM/MEF du 11 septembre 2012 portant
règlementation des rétributions des prestations spécifiques des agents des
administrations publiques du Burkina Faso et du décret
n°2016-154/PRES/PM/MINEFID/MJDHPC du 07 avril 2016 portant
règlementation des rétributions des prestations spécifiques des magistrats au
Burkina Faso.
Depuis l’entrée en vigueur de ces décrets, il a été constaté une utilisation abusive
par les différentes administrations qui y font recours systématiquement pour des
activités relevant des missions normales de l’administration. Ainsi, des groupes
de travail sont mis en place à chaque fois qu’un travail technique est demandé à
ces structures occasionnant des rétributions au profit des agents publics de l’Etat
qui perçoivent déjà un salaire.
L’adoption de ces décrets abroge les décrets susmentionnés et l’ensemble des
arrêtés pris sur leur fondement pour permettre une utilisation rationnelle des
ressources de l’Etat face aux besoins croissants et multiples de notre pays.
Le Conseil a instruit les ministres concernés d’élaborer dans les meilleurs délais
un nouveau texte permettant de prendre en charge les cas spécifiques. Le troisième rapport est relatif à des projets spécifiques de ministères et
institutions.
Il s’agit de projets spécifiques au titre de l’année 2024 :
– de la Présidence du Faso, pour la réalisation d’investissements et
d’équipements au profit du Bureau national des Grands projets du Burkina
Faso (BN-GPB) ;
– du ministère de l’Economie, des finances et de la prospective, pour la
réalisation d’infrastructures, l’acquisition de biens et services et la
fourniture de prestations intellectuelles ;
– du ministère de la Justice et des Droits humains, chargé des relations avec
les institutions, pour la réalisation d’infrastructures et l’acquisition de
biens et services ;
– du ministère de l’Agriculture, des ressources animales et halieutiques,
pour la réalisation d’infrastructures, de forages, d’aménagement
hydroagricole, la fourniture de prestations intellectuelles ainsi que pour
l’acquisition de semences et de plants, l’acquisition de matériels
d’outillage et d’équipements industriels ;
– du ministère de la Santé et de l’hygiène publique, pour la disponibilité des
biens et services de qualité afin d’optimiser l’action dudit ministère ;
– du ministère de l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la
promotion des langues nationales, pour la construction et l’équipement de
salles de classes, l’acquisition de vivres pour la cantine scolaire et de
fournitures scolaires et la réalisation de prestations intellectuelles ;
– du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de
l’innovation, pour la réalisation d’infrastructures et l’acquisition
d’équipements et fournitures ;
– du ministère de l’Energie, des mines et des carrières, pour la réalisation de
centrales et l’amélioration de l’accès à l’électricité ; – du ministère de la Transition digitale, des postes et des communications
électroniques, pour l’acquisition de logiciels, de matériels informatiques
et la réalisation de plateformes ;
– du ministère des Sports, de la jeunesse et de l’emploi, pour la réalisation
d’infrastructures et l’acquisition de biens et services au profit dudit
ministère.
Le coût global de ces projets spécifiques s’élève à trois cent soixante-treize
milliards cent trente-neuf millions cinq cent cinquante mille huit cent
soixante-six (373 139 550 866) F CFA.
Le financement est assuré par le budget de l’Etat et les partenaires techniques et
financiers.

I.4. AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES DROITS
HUMAINS, CHARGE DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS
Le Conseil a adopté un décret portant application de la loi organique
n°007-2024/ALT du 26 avril 2024 portant attribution, composition, organisation
et fonctionnement du Conseil supérieur de la magistrature.
Ce décret est une relecture du décret n°2016- 377/PRES/PM/MJDHPC/MINEFID du 20 mai 2016 portant attribution,
composition, organisation et fonctionnement du Conseil supérieur de la
magistrature. Les innovations majeures sont :
– la précision du mode de désignation des membres ;
– les modalités d’organisation de l’élection des représentants des différents
grades du corps de la magistrature ;
– l’intervention du Secrétaire général du ministère en charge de la Justice
dans la conduite du processus électoral concernant les membres élus du Conseil supérieur de la magistrature en cas d’impossibilité ou d’empêchement pour le Secrétaire permanent du Conseil supérieur de la magistrature.
L’adoption de ce décret permet au Conseil supérieur de la magistrature d’accomplir efficacement ses missions, conformément à la loi organique.n°007-2024/ALT du 26 avril 2024 portant attributions, composition,
organisation et fonctionnement du Conseil supérieur de la magistrature.

I.5. AU TITRE DU MINISTERE DU DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL,
DU COMMERCE, DE L’ARTISANAT ET DES PETITES ET
MOYENNES ENTREPRISES
Le Conseil a adopté trois (03) décrets.
Le premier décret porte adoption du contrat plan entre l’Etat et la Société
nationale burkinabè d’hydrocarbures (SONABHY).
Le contrat plan est un document par lequel l’Etat s’engage à accompagner les
sociétés d’Etat pour la réalisation d’un programme établi devant concourir à
l’atteinte des objectifs de service public. En contrepartie, lesdites sociétés
s’engagent à assurer la réalisation dudit programme.
Le présent contrat plan vise à définir les modalités d’accompagnement de l’Etat
burkinabè à la Société nationale burkinabè d’hydrocarbures dans sa mission
d’approvisionnement du pays en hydrocarbures sur une période de cinq (05) ans.
L’adoption de ce décret permet la mise en œuvre de ce contrat plan
Etat/SONABHY en vue de l’approvisionnement régulier du Burkina Faso en
hydrocarbures de qualité et en quantité, conformément au décret
n°2020-0635/PRES/PM/MINEFID/MCIA du 16 juillet 2020 portant référentiel
d’élaboration, d’adoption, d’exécution et de suivi de l’exécution des contrats
plans conclus entre l’Etat et les sociétés d’Etat. Le deuxième décret porte modalités de fixation des rémunérations des
Directeurs généraux des sociétés d’Etat et des Etablissements publics de
prévoyance sociale.
Ce décret vise l’application d’une recommandation de la 31ème session de
l’Assemblée générale des sociétés d’Etat et des conclusions de l’Assemblée
générale consacrée aux Etablissements publics de prévoyance sociale (EPPS)
relatives à l’encadrement des rémunérations des Directeurs généraux desdits
établissements et sociétés.
L’Assemblée générale des sociétés d’Etat ayant constaté des disparités dans le
traitement des rémunérations des Directeurs généraux des sociétés d’Etat et des Etablissements publics de prévoyance sociale ainsi que l’absence d’un
référentiel général encadrant la fixation desdites rémunérations a instruit le
ministère du Développement industriel, du commerce, de l’artisanat et des
petites et moyennes entreprises de réaliser une étude visant à harmoniser les
mécanismes de fixation des rémunérations au sein des sociétés d’Etat et des
EPPS.

L’adoption de ce décret permet de disposer d’un référentiel harmonisé de
fixation des rémunérations des Directeurs généraux des sociétés d’Etat et des
Etablissements publics de prévoyance sociale.

Le troisième décret porte modalités de fixation des rémunérations des
personnels des Sociétés d’Etat et des Etablissements publics de prévoyance
sociale.

Ce décret vise l’application de la recommandation de la 31ème session de
l’Assemblée générale des sociétés d’Etat et des conclusions de l’Assemblée
générale consacrée à l’approbation des comptes 2022 des Etablissements publics de prévoyance sociale (EPPS) relatives à l’encadrement des rémunérations des
personnels desdits établissements et sociétés.

Ce décret fait suite aux disparités constatées dans le traitement des
rémunérations des personnels des sociétés d’Etat et des Etablissements publics de prévoyance sociale ainsi que l’absence d’un référentiel général encadrant la fixation desdites rémunérations.

L’Assemblée générale des sociétés d’Etat ayant relevé également une variation
soutenue des charges des personnels des Sociétés d’Etat et des EPPS a instruit le
ministère du Développement industriel, du commerce, de l’artisanat et des
petites et moyennes entreprises de réaliser une étude sur les modalités de
détermination du montant de départ à la retraite dans lesdites sociétés d’Etat
durant les cinq (05) dernières années.
L’adoption de ce décret permet de disposer d’un référentiel harmonisé de
fixation des rémunérations des personnels et des modalités de détermination de
l’indemnité de départ à la retraite au sein des sociétés d’Etat et des Etablissements publics de prévoyance sociale.
I.6. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENERGIE, DES MINES ET DES
CARRIERES
Le Conseil a adopté un décret portant conditions de l’autoproduction d’énergies
renouvelables, modalités d’accès des autoproducteurs d’énergie renouvelables
au réseau électrique et conditions de rachat de leur excédent d’énergie par
l’exploitant du réseau.
Ce décret est une relecture du décret
n°2019 0902/PRES/PM/ME/MINEFID/MCIA du 19 septembre 2019 portant
modalités d’accès des autoproducteurs d’énergies renouvelables au réseau
électrique et conditions de rachat de leur excédent d’énergie et du décret n°2020-1053/PRES/PM/ME/MINEFID/MCIA du 31 décembre 2020 portant
conditions de l’autoproduction d’énergie électrique au Burkina Faso.

Ce décret vise le renforcement de l’offre de production d’énergie électrique dans
un contexte marqué par une insuffisance de l’offre énergétique.
Les innovations de ce décret sont entre autres :
– les installations d’autoproduction d’énergies renouvelables d’une
puissance d’au moins 15 kW sont éligibles au lieu de 100 kW ;
– les droits fixes et taxes ont été supprimés pour encourager le secteur
privé ;
– le délai imposé à l’autoproducteur pour entamer les travaux de
réalisation d’une unité de production a été supprimé car ce dernier doit
avoir des installations conformes avant tout raccordement.

L’adoption de ce décret permet de dynamiser l’autoproduction d’énergies
renouvelables en permettant aux ménages, aux petites et moyennes entreprises et
aux industriels de contribuer à la production de l’énergie électrique et la cession de leur excédent sous forme de rachat ou de compensation à l’exploitant du
réseau. II.

COMMUNICATIONS ORALES

II.1. Le ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la
sécurité assurant l’intérim du ministre d’Etat, ministre de la Fonction publique,
du travail et de la protection sociale a fait au Conseil deux (02) communications.

La première communication est relative à la commémoration de la Journée
mondiale contre le travail des enfants (JMTE) de l’année 2024.

Le 12 juin de chaque année, l’Organisation internationale du travail (OIT)
s’associe à ses mandants et à ses partenaires dans le monde entier pour
commémorer la Journée mondiale contre le travail des enfants.
L’édition 2024 de la JMTE intervient dans notre pays dans un contexte de crise
sécuritaire ayant entraîné des déplacements massifs de populations.

Le thème retenu pour cette année 2024 est : « Respectons nos engagements :
mettons fin au travail des enfants ! ».
La cérémonie officielle de commémoration aura lieu en différé le 21 juin 2024.
La seconde communication est relative à la participation du Burkina Faso au
Forum national malien sur la protection sociale du 25 au 27 juin 2024 à Bamako
au Mali..

Le Forum national sur la protection sociale au Mali vise entre autres à.promouvoir la prise de conscience, à faciliter le dialogue et la collaboration et à influencer les politiques et les programmes.

Ce forum est un espace de dialogue et de partage d’expériences afin de renforcer
les politiques et les programmes de protection sociale dans nos pays respectifs.

II.2. Le ministre d’Etat, ministre de la Communication, de la culture, des arts et du tourisme a fait au Conseil une communication relative à la tenue de la
27ème édition du concours « Prix GALIAN », le 14 juin 2024.

Le concours « Prix GALIAN » récompense l’excellence dans la profession de
journaliste et technicien de la presse écrite, de la presse en ligne, de la
radiodiffusion sonore et télévisuelle. Il vise également à promouvoir les
productions dans les différents corps de métier et à créer une saine émulation
entre les professionnels des médias et de la communication.
La nuit des « GALIAN », consacrée à la proclamation du palmarès va se
dérouler dans la salle du Centre national des arts, du spectacle et de
l’audiovisuel (CENASA).

II.3. Le ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la
sécurité a fait au Conseil une communication relative à l’organisation à
mi-parcours du Hadj, édition 2024.
Cette année, les autorités saoudiennes ont octroyé à notre pays un quota de
8 143 pèlerins.

Pour faciliter l’accomplissement du pèlerinage pour ses citoyens, l’Etat
burkinabè a mis en place le Comité national de suivi du pèlerinage à la Mecque
(CNSPM).
Les activités majeures réalisées par le Comité pour cette édition sont entre
autres :
– l’ouverture de la plateforme nationale pour l’inscription en ligne des
pèlerins ;
– les rencontres préparatoires avec les acteurs aéroportuaires des aéroports
internationaux de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso ;

– l’émission totale des visas des pèlerins ;
– le suivi de la visite médicale des pèlerins ;
– la mise en place, en accord avec les agences de voyage et de tourisme,
d’une stratégie de gestion des étapes difficiles de Mina et d’Arafat ;
– le départ le 16 mai de l’équipe précurseur pour assurer un meilleur accueil
des pèlerins à leur arrivée en terre saoudienne ;
– la prise de mesures innovantes de concert avec les structures
aéroportuaires, en vue de prévenir les congestions autour des aéroports.
Pour cette édition du Hadj 2024 qui aura lieu du 14 au 19 juin 2024, 17 vols
charters sont programmés dont 13 à Ouagadougou et 04 à Bobo-Dioulasso.

Le premier vol est parti de Ouagadougou le 23 mai 2024.
Le Gouvernement souhaite à tous les pèlerins un bon déroulement du Hadj
2024.

II.4. Le ministre des Affaires étrangères, de la coopération régionale et des
Burkinabè de l’extérieur a fait au Conseil le compte rendu de la participation du
Burkina Faso à la deuxième réunion des ministres des Affaires étrangères des
Etats membres de l’Alliance des Etats du sahel (AES), tenue le 17 mai 2024 à
Niamey au Niger.

L’objectif général de cette réunion est de finaliser l’avant-projet de traité portant
création de la Confédération AES et le projet de communiqué final du sommet
inaugural du Collège des Chefs d’Etat de la Confédération AES et d’examiner le
projet du Règlement intérieur. A l’issue des plénières, la réunion des ministres est parvenue à un consensus sur
la forme et le fond de la plupart des articles de l’Avant-projet de traité portant
création de la Confédération.

II.5. Le ministre de l’Economie, des finances et de la prospective a fait au
Conseil des communications orales :
– une communication relative aux conclusions de la session annuelle
ordinaire 2024 du Comité national de pilotage de la Politique nationale de
développement (CNP/PND).
Il ressort de ces conclusions qu’en dépit du contexte difficile de mise en œuvre
de l’action publique, le niveau global d’exécution physique de la tranche
annuelle 2023 du Plan d’actions pour la stabilisation et le développement
(PA-SD) a atteint 73,4% contre 63,3% en 2022 pour des exécutions financières
respectives de 59,21% et 52,9%.
Des acquis ont été engrangés en 2023. Ce sont entre autres :
– la réorganisation de l’armée, le renforcement des effectifs des Forces de
défense et de sécurité (FDS) et des Volontaires pour la défense de la
Patrie (VDP), l’accroissement en équipements des FDS, la réalisation des
opérations de reconquête et la réinstallation des services de l’Etat et des
populations dans plusieurs localités ;
– l’assistance alimentaire à plus de 2 000 000 de personnes et la réalisation
d’infrastructures sociales ;
– l’adoption des lois sur le renforcement de la neutralité politique et de
méritocratie dans l’administration publique ainsi que sur la promotion
immobilière ; – la réalisation de contrôle et d’audits dans les ministères, les projets et
programmes, la réalisation des infrastructures socio-économiques à
travers les projets et programmes de stabilisation et de développement des
économies locales.
Le bilan 2023 a également identifié des insuffisances dans la mise en œuvre du
PA-SD. Il s’agit entre autres de la lenteur du rythme de mise en œuvre de
certaines réformes dans le processus de refondation et de gouvernance, dans
l’exécution de certaines infrastructures socioéconomiques et dans la sécurisation
des investissements ;
– une communication relative à la participation du Burkina Faso à la
49ème Assemblée annuelle du Groupe de la Banque islamique de
développement (BID), tenue du 27 au 30 avril 2024 à Riyadh au Royaume
d’Arabie Saoudite.
Cette Assemblée annuelle, consacrée à la célébration du jubilé de la BID avec
pour thème « célébrer le passé, préparer l’avenir : originalité-solidarité-
prospérité », était placée sous le haut patronage de Sa Majesté le Roi Salman
Ibn Abdelaziz Al-Saoud, d’Arabie Saoudite.
A cette rencontre, la Banque islamique de développement s’est inscrite dans
l’innovation dans le but de rendre la Banque plus solidaire et plus proche de ses pays membres en leur permettant de disposer de plus de ressources aux
meilleures conditions possibles.

En marge de cette 49ème Assemblée annuelle, la délégation burkinabè a eu
plusieurs séances de travail avec de hauts responsables de la BID.
Avec le Directeur des opérations du Fonds koweitien pour le développement
économique arabe, les échanges ont porté sur le financement du projet
d’aménagement de 2 000 ha à Sono-kouri, dans la région de la Boucle du Mouhoun. Le fonds a marqué sa disponibilité à accompagner la mise en œuvre
dudit projet.

La délégation a également eu une audience avec le Directeur général de la
Société financière internationale pour le développement du commerce (ITFC).
Les deux parties ont convenu de renforcer leur coopération à travers un appui
financier à la Centrale d’achat des médicaments essentiels génériques
(CAMEG), à la société de production et de commercialisation d’engrais et à la
Société sucrière de la Comoé (SOSUCO) ;
– une communication sur le compte rendu des 11ème assises de
l’Assemblée générale des Projets et programmes de développement
(PPD), tenues le 10 mai 2024.
L’Assemblée générale des projets et programmes de développement est une
instance statutaire avec pour objectifs de statuer sur les performances des projets
et programmes, d’évaluer de façon globale leur contribution au développement
économique et social du pays et de formuler des recommandations au regard des difficultés rencontrées.
En prélude à ces assises, des évaluations ont été conduites et ont concerné les
années 2021 et 2022 et porté sur un portefeuille de deux cent trente-six (236)
projets et programmes actifs dans les 14 secteurs de planification.

Il ressort de ce rapport que la note moyenne de l’ensemble des projets et
programmes s’établit à 34,76 points sur 50, synonyme d’une performance
moyennement satisfaisante. Cette note est en baisse de 1,79 point de
pourcentage par rapport à celle de la période précédente (2019-2020) qui était de 36,55 points sur 50 pour 232 projets et programmes évalués. Par ailleurs, le récapitulatif fait sur les dix (10) dernières années (2011-2022)  laisse voir une baisse tendancielle de la performance globale des projets et programmes.

Les contre-performances sont justifiées principalement par les difficultés et
contraintes liées entre autres à :
– l’immaturité de la plupart des projets et programmes et les insuffisances
constatées en matière de coordination, de gestion, de suivi, de capitalisation des résultats et d’évaluation des impacts ;
– l’insuffisance des ressources dédiées aux études de faisabilité et à la préparation des projets et programmes ;
– la non-maîtrise de certains partenaires techniques et financiers.
Au regard de toutes ces difficultés, les participants ont formulé des
recommandations et des résolutions pour l’amélioration des performances des
projets et programmes de développement.

II.6. Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
a fait au Conseil des communications orales parmi lesquelles, une communication relative au Livre blanc de l’enseignement supérieur, de la
recherche et de l’innovation.

Le Livre blanc de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
est un référentiel prospectif et d’orientation stratégique qui trace les sillons pour
une souveraineté nationale de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Il rappelle les visions des documents de politique que sont le Plan
sectoriel éducation et formation (PSEF 2017-2030) et la Politique sectorielle
recherche et innovation (PSRI 2018-2027).

A cet égard, le Livre blanc est désormais la boussole pour asseoir une formation
et une recherche en phase avec les ambitions du Burkina Faso.

II.7. Le ministre de l’Environnement, de l’eau et de l’assainissement a fait au
Conseil des communications orales :
– une communication relative à la participation du Burkina Faso à la
formation pratique sur les accélérateurs de faisceaux d’ions, tenue du.22 avril au 03 mai 2024 à Cape Town, en Afrique du Sud.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a créé un Projet de
recherches coordonnées (PRC) dénommé PRC-G42008 qui vise à permettre aux
scientifiques des pays en développement d’acquérir des connaissances et de
développer des compétences dans le domaine de l’irradiation et de l’analyse des
matériaux au moyen de techniques basées sur les accélérateurs.

Cet atelier de formation a porté essentiellement sur la technique Proton Induced X-ray Emission (PIXE). Il a permis entre autres aux participants d’acquérir des
connaissances théoriques et pratiques sur le fonctionnement des installations
d’accélérateurs de faisceaux d’ions ;
– une communication sur le compte rendu de la participation du Burkina Faso à l’Académie africaine du climat, tenue du 15 au 20 avril 2024 à Casablanca au Maroc.
Le Centre de compétences en changement climatique (4C Maroc), en
collaboration avec le projet « Appui Opérationnel du 4C Maroc » du Programme
des Nations unies pour le développement (AO4C-PNUD) à travers l’Académie
africaine du climat a lancé un appel à candidatures pour une formation au profit
de jeunes experts africains. L’objectif de la formation est de mettre en place une pépinière d’experts capables d’appuyer les politiques de lutte contre le changement climatique et les processus de prise de décisions au niveau national et continental.
Au cours de cette formation, les participants ont acquis de nouvelles expériences

sur :
– l’incitation des entreprises publiques et privées à la compensation de leurs
empreintes carbones à travers des actions de préservation et de
restauration des puits de carbone ;
– le traitement des eaux usées et leurs utilisations pour arroser et irriguer les
espaces verts et certaines plantations ;
– le développement d’une économie circulaire et rentable à travers la
valorisation des déchets ménagers et assimilés.
L’application de ces expériences dans notre pays permettra de lutter
efficacement contre les changements climatiques ;
– une communication relative à une rencontre des ministres chargés de
l’eau et de l’assainissement des Etats membres de l’Union économique et
monétaire ouest africaine (UEMOA), le 12 juillet 2024 à Ouagadougou.

Cette rencontre vise à informer sur la situation de mise en œuvre de l’Objectif
n°6 de développement durable (ODD6) dans les Etats membres de l’UEMOA et
la contribution de la Politique commune d’amélioration de l’environnement
(PCAE).

Cet objectif, intitulé « Garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et
assurer une gestion durable des ressources en eau », est l’un des 17 ODD
établis en 2015 pour la période 2015-2030. Il traite de la thématique de l’eau et
de l’assainissement. Cette rencontre des ministres chargés de l’Environnement et de l’assainissement des Etats membres de l’UEMOA sera précédée d’une réunion des experts qui se tiendra du 09 au 11 juillet 2024 à Ouagadougou.

III. NOMINATIONS

III.1. NOMINATIONS DANS LES FONCTIONS INDIVIDUELLES
A. AU TITRE DU MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU
TRAVAIL ET DE LA PROTECTION SOCIALE

– Monsieur Mathieu GUEL, Mle 50 122 H, Conseiller en gestion des
ressources humaines et management des administrations, 1ère classe,
7ème échelon, est nommé Directeur de la gestion prévisionnelle des
emplois et des effectifs à l’Agence générale de recrutement de l’Etat.

B. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES
ET DE LA PROSPECTIVE
– Monsieur Daouda KIRAKOYA, Mle 46 272 A, Inspecteur des impôts,
1ère classe, 10ème échelon, est nommé Inspecteur général des finances ;
– Monsieur Wendkouni Éric KABORE, Mle 59 831 N, Inspecteur du
trésor, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Comptable principal des
matières du ministère des Sports, de la jeunesse et de l’emploi ;
– Monsieur Anselme Jean François SOME, Mle 42 66, Agent
d’encadrement de la BCEAO, est nommé Membre de la Cellule nationale
de traitement des informations financières (CENTIF) ;
– Monsieur Anselme Jean François SOME, Mle 42 66, Agent
d’encadrement de la BCEAO, est nommé Secrétaire général de la Cellule
nationale de traitement des informations financières (CENTIF).

C. AU TITRE DU MINISTERE DE L’AGRICULTURE, DES
RESSOURCES ANIMALES ET HALIEUTIQUES
– Monsieur Yaya TRAORE, Officier, spécialiste en génie civil, est nommé
Directeur général de l’Office national des barrages et des aménagements
hydroagricoles (ONBAH) ; – Monsieur Weidain Aboubacar Mahamane NACRO, Officier, Vétérinaire, est nommé Directeur général des Services vétérinaires ;
– Monsieur Lalidia Bruno OUOBA, Mle 334 317 W, Vétérinaire, catégorie PC, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur du Laboratoire national d’élevage à la Direction générale des Services
vétérinaires.

D. AU TITRE DU MINISTERE DE LA SOLIDARITE, DE L’ACTION
HUMANITAIRE, DE LA RECONCILIATION NATIONALE, DU.GENRE ET DE LA FAMILLE

– Monsieur Issaka PAMTAM, Mle 53 487 R, Administrateur des affaires
sociales, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Chargé de mission ;
– Monsieur Albert TRAORE, Mle 108 570 V, Administrateur des affaires
sociales, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Directeur de l’action
humanitaire et de la résilience ;
– Monsieur Hamado KOANDA, Mle 41 082 Z, Inspecteur d’éducation de
jeunes enfants, 1ère classe, 12ème échelon, est nommé Inspecteur technique
des services ;
– Monsieur Souleymane TOURE, Mle 46 410 N, Inspecteur d’éducation
spécialisée, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Inspecteur technique ;
– Monsieur Hamidou KONE, Mle 35 797 X, Administrateur des affaires
sociales, 1ère classe, 11ème échelon, est nommé Chef du département de la
réconciliation, de la promotion de la cohésion sociale et du
vivre-ensemble au Secrétariat technique de la réconciliation et du
vivre-ensemble.

E. AU TITRE DU MINISTERE DE LA SANTE ET DE L’HYGIENE PUBLIQUE
– Monsieur Hermann TOGO, Mle 324 798 X, Administrateur des services
de santé, catégorie N, classe A, 4ème échelon, est nommé Directeur de
l’administration et des finances du Centre hospitalier régional (CHR) de
Manga.

F. AU TITRE DU MINISTERE DU DEVELOPPEMENT
INDUSTRIEL, DU COMMERCE, DE L’ARTISANAT ET DES
PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES

– Monsieur Boureima NABA, Mle 110 106 T, Economiste, 1ère classe,
10ème échelon, est nommé Inspecteur technique des services ;
– Monsieur Éric BASSOLE, Mle 119 816 E, Conseiller des affaires
économiques, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Chargé d’études.

G. AU TITRE DU MINISTERE DES INFRASTRUCTURES ET DU
DESENCLAVEMENT

– Monsieur Seydou TRAORE, Mle 92 736 X, Ingénieur en génie-civil,
1ère classe, 6ème échelon, est nommé Inspecteur technique des services ;
– Monsieur Elie ZOURE, Mle 56 715 D, Inspecteur du trésor, 1ère classe,
13ème échelon, est nommé Inspecteur technique des services ;
– Monsieur Alexis ZOUNGRANA, Mle 108 904 V, Administrateur civil,
1ère classe, 10ème échelon, est nommé Inspecteur technique des services ;
– Monsieur Tarwindé Habib BALIMA, Mle 101 780 F, Ingénieur en génie-
civil, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Chargé d’études ;
– Madame Lebkoré Anasthasie Sidonie DIALLO/GUIEBRE,
Mle 85 485 X, Administrateur civil, 1ère classe, 9ème échelon, est nommée
Directrice des ressources humaines de l’Institut géographique du Burkina
(IGB).

H. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENERGIE, DES MINES ET DES CARRIERES
– Monsieur Jean Baptiste KABORE, Mle 510 284 S (SONABEL),
Analyste financier, catégorie 8, 18ème échelon, est nommé Conseiller
technique, en remplacement de Monsieur Moïse OUEDRAOGO ;
– Monsieur Rakiswendkouni Aimé Césaire ZANGRE, Mle 58 453 W,
Inspecteur du trésor, 1ère classe, 12ème échelon, est nommé Directeur de la
gestion des finances ;
– Monsieur Abdoulaye SAMBARE, Mle 207 636 N, Ingénieur des travaux
de la géologie et des mines, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé
Inspecteur de l’énergie et des mines ;
– Monsieur Athanase BOUDA, Mle 104 686 E, Ingénieur des mines,
1ère classe, 10ème échelon, est nommé Inspecteur de l’énergie et des mines.

I. AU TITRE DU MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE, DE
L’ALPHABETISATION ET DE LA PROMOTION DES LANGUES
NATIONALES

– Monsieur Moumini OUEDRAOGO, Mle 26 468 M, Inspecteur de
l’enseignement primaire et de l’éducation non formelle, 1ère classe, 16ème échelon, est nommé Chef du département alternatives éducatives et approches pédagogiques du Secrétariat technique de
l’Education en situation d’urgence (ESU) ;
– Monsieur Moussa SAWADOGO, Mle 85 057 M, Inspecteur de l’enseignement primaire et de l’éducation non formelle, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Chef du département études et prospective du Secrétariat technique de l’Education en situation d’urgence.

J. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR,
DE LA RECHERCHE ET DE L’INNOVATION

– Monsieur David SANON, Mle 54 616 H, Administrateur civil, 1ère classe,
8ème échelon, est nommé Inspecteur technique des services, en remplacement de Monsieur Aristide DABIRE ;
– Monsieur Amidou SAWADOGO, Mle 201 128 C, Administrateur civil,
1ère classe, 4ème échelon, est nommé Chargé d’études, en remplacement de
Monsieur Abou ZOURE.

K. AU TITRE DU MINISTERE DES TRANSPORTS, DE LA MOBILITE URBAINE ET DE LA SECURITE ROUTIERE
– Monsieur Sibidi Vincent TOUGRI, Mle 029 902 D, Conseiller d’intendance scolaire et universitaire, 1ère classe, 17ème échelon, est nommé Directeur général des transports terrestres et maritimes
(DGTTM).

L. AU TITRE DU SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT ET DU CONSEIL DES MINISTRES
– Monsieur Salifou KABORE, Mle 117 350 W, Conseiller de jeunesse et
d’éducation permanente, 1ère classe, 10ème échelon, est nommé Chargé de
mission ;
– Madame Virginie Léa Patricia HIEN/BANHORO, Mle 84 810 G,
Administrateur civil, 1ère classe, 10ème échelon, est nommée Chargée de
mission.

III.2. NOMINATIONS DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION
Le Conseil a procédé à la nomination d’Administrateurs aux Conseils
d’administration :
– du Musée national du Burkina Faso (MNBF) au titre du ministère de la
Communication, de la culture, des arts et du tourisme ;
– de l’Office national d’identification (ONI) au titre du ministère de
l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité ;
– de l’Institut national de la statistique et de la démographie (INSD) au titre
du ministère de l’Economie, des finances et de la prospective ;
– de la Société d’exploitation des phosphates du Burkina (SEPB) et de la
Société nationale de l’aménagement des terres et de l’équipement rural
(SONATER) au titre du ministère de l’Agriculture, des ressources
animales et halieutiques ;
– du Centre hospitalier régional de Manga (CHR-MNG) au titre du
ministère de la Santé et de l’hygiène publique ;
– de l’Université Joseph KI-ZERBO au titre du ministère de l’Enseignement
supérieur, de la recherche et de l’innovation ;
– de l’Agence de l’eau du Nakanbé, du Centre national de semences
forestières (CNSF) et de l’Office national de l’eau et de l’assainissement
(ONEA) au titre du ministère de l’Environnement, de l’eau et de
l’assainissement ;
– du Groupement d’intérêt public-Programme national de volontariat au
Burkina Faso (GIP-PNVB) au titre du ministère des Sports, de la jeunesse
et de l’emploi.

Le Conseil a également procédé à la nomination de Présidents aux Conseils
d’administration de l’Agence de l’eau du Nakanbé et du Centre hospitalier
régional de Manga (CHR-MNG).

A. MINISTERE DE LA COMMUNICATION, DE LA CULTURE, DES.ARTS ET DU TOURISME
Le Conseil a adopté un décret portant nomination des personnes ci-après,
Administrateurs au Conseil d’administration du Musée national du Burkina Faso
(MNBF) pour un premier mandat de trois (03) ans.
ADMINISTRATEUR REPRESENTANT L’ETAT
Au titre du ministère de l’Economie, des finances et de la prospective :
– Madame Sita Hélène YAMEOGO/OUATTARA, Mle 334 254 H,
Administrateur des services financiers.
ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LE PERSONNEL DU MUSEE.NATIONAL DU BURKINA FASO
– Monsieur Oumar OUATTARA, Mle 246 760 B, Adjoint en gestion du patrimoine culturel.

ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LE PERSONNEL DU BUREAU
BURKINABE DU DROIT D’AUTEUR (BBDA)
– Madame Chantal KABORE/FORGO, Mle 29 101 269, Juriste.
B. MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE, DE LA
DECENTRALISATION ET DE LA SECURITE

Le Conseil a adopté un décret portant nomination de Madame Fanta SOMBIE,
Mle 22 00 166 D, Ingénieur informaticien, Administrateur représentant l’Etat,
au titre du ministère de la Transition digitale, des postes et des communications
électroniques au Conseil d’administration de l’Office national d’identification
(ONI) pour un premier mandat de trois (03) ans.

C. MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DE LA PROSPECTIVE
Le Conseil a adopté un décret portant nomination des personnes ci-après,
Administrateurs au Conseil d’administration de l’Institut national de la
statistique et de la démographie (INSD) pour un premier mandat de trois (03)
ans.
ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LES TRAVAILLEURS DE L’INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DE LA
DEMOGRAPHIE (INSD)
– Monsieur Noufou SAVADOGO, Mle 37 37 172 R, Démographe.
ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LA BANQUE CENTRALE DES
ETATS DE L’AFRIQUE DE L’OUEST (BCEAO)
– Monsieur Sibiri TRAORE, Spécialiste principal à la BCEAO.
D. MINISTERE DE L’AGRICULTURE, DES RESSOURCES ANIMALES ET HALIEUTIQUES
Le Conseil a adopté trois (03) décrets.
Le premier décret porte nomination de Madame Asseta SIGUE/SEONI,
Mle 97 960 H, Administrateur civil, Administrateur représentant l’Etat, au titre
du ministère de l’Energie, des mines et des carrières au Conseil d’administration
de la Société d’exploitation des phosphates du Burkina (SEPB) pour un premier mandat de trois (03) ans, en remplacement de Monsieur Saïdou KIENTEGA.

Le deuxième décret renouvelle le mandat de Monsieur Issoufou KONGO,
Mle 59 761 M, Administrateur civil, Administrateur représentant l’Etat, au titre
du ministère de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la
sécurité au Conseil d’administration de la Société d’exploitation des phosphates
du Burkina (SEPB) pour une dernière période de trois (03) ans.

Le troisième décret nomme les personnes ci-après, Administrateurs
représentant l’Etat au Conseil d’administration de la Société nationale de
l’aménagement des terres et de l’équipement rural (SONATER) pour un premier mandat de trois (03) ans.

Au titre du ministère de l’Environnement, de l’eau et de l’assainissement :
– Monsieur Nebila Jérémie NAGALO, Mle 46 070 U, Inspecteur principal des eaux et forêts.

Au titre du ministère de l’Economie, des finances et de la prospective :
– Monsieur Eric Wilfrid Yirin ZOURE, Mle 111 344 H, Conseiller des affaires économiques.
Au titre du ministère du Développement industriel, du commerce, de
l’artisanat et des petites et moyennes entreprises :
– Monsieur Gaoussou KOBE, Mle 247 183 D, Conseiller des affaires.économiques.

E. MINISTERE DE LA SANTE ET DE L’HYGIENE PUBLIQUE
Le Conseil a adopté deux (02) décrets.
Le premier décret nomme les personnes ci-après, Administrateurs au Conseil
d’administration du Centre hospitalier régional de Manga (CHR-MNG) pour un
premier mandat de trois (03) ans.

ADMINISTRATEURS REPRESENTANT L’ETAT
Au titre du ministère de la Santé et de l’hygiène publique :
– Madame Anata DORO/SORE, Mle 224 278 E, Médecin spécialiste en
santé publique ;
– Monsieur Saïd Ben Ahmed ZONGO, Mle 55 906 X, Administrateur des
hôpitaux et des services de santé.
Au titre du ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection
sociale :
– Monsieur Roger Rakiswendé OUEDRAOGO, Mle 212 435 E, Conseiller
en gestion des ressources humaines.
Au titre du ministère de l’Economie, des finances et de la prospective :
– Monsieur Guesrim Basile Désiré SAVADOGO, Mle 212 211 Y,
Conseiller des affaires économiques.
Au titre du ministère de la Solidarité, de l’action humanitaire, de la
réconciliation nationale, du genre et de la famille :
– Madame Kibspoko Germaine KUILA, Mle 258 155 A, Conseiller
d’éducation féminine.

ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LE CONSEIL REGIONAL DU
CENTRE-SUD
– Monsieur Hamadou OUEDRAOGO, Mle 200 339 H, Administrateur
civil. Le second décret nomme Madame Anata DORO/SORE, Mle 224 278 E,
Médecin spécialiste en santé publique, Présidente du Conseil d’administration
du Centre hospitalier régional de Manga (CHR-MNG) pour un premier mandat
de trois (03) ans.

F. MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE ET DE L’INNOVATION
Le Conseil a adopté deux (02) décrets.
Le premier décret porte nomination des personnes ci-après, Administrateurs
représentant les Enseignants-chercheurs au Conseil d’administration de
l’Université Joseph KI-ZERBO pour un premier mandat de trois (03) ans.
– Monsieur Abdoulaye DJANDE, Mle 47 647 W, Professeur titulaire, en
remplacement de Monsieur André Jules ILBOUDO ;
– Monsieur Blaise KONE, Mle 59 933 S, Professeur titulaire, en
remplacement de Monsieur Alain BOUGOUMA ;
– Monsieur Lassina SIMPORE, Mle 54 546 G, Maître de conférences, en
remplacement de Monsieur Alfred KIEMA.
Le second décret renouvelle le mandat de Madame Nessiné Nina
KORSAGA/SOME, Mle 104 441 R, Professeur titulaire, Administrateur
représentant l’Etat, au titre du ministère de la Santé et de l’hygiène publique au
Conseil d’administration de l’Université Joseph KI-ZERBO pour une dernière
période de trois (03) ans. G. MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE L’EAU ET DE
L’ASSAINISSEMENT
Le Conseil a adopté cinq (05) décrets.
Le premier décret nomme les personnes ci-après, Administrateurs au Conseil
d’administration de l’Agence de l’eau du Nakanbé pour un premier mandat de
trois (03) ans.

ADMINISTRATEURS REPRESENTANT LE COLLEGE DE L’ETAT
– Madame Nadège Flora DU BARRY/BATIONO, Mle 212 657 C,
Ingénieur du génie rural ;
– Monsieur Amadé SAVADOGO, Mle 245 191 K, Administrateur des
services financiers ;
– Monsieur Bakary LINGANI, Mle 225 602 P, Chargé d’appui technique ;
– Madame Loumbana Béatrice TINGUERI, Mle 270 959 H, Ingénieur
d’élevage.

ADMINISTRATEURS REPRESENTANT LES USAGERS DE L’EAU
– Monsieur Harouna ILBOUDO, Secrétaire général de la Fédération
nationale des coopératives des producteurs de tomate ;
– Monsieur Souleymane OUATTARA, Directeur de l’usine de la
BRAKINA/SODIBO ;
– Monsieur Wendkouni Judicaël OUEDRAOGO, Directeur adjoint
environnement et réhabilitation minière de la SOMISA SA ;
– Monsieur Bernard Marie KABORE, Directeur général de la Société de
construction et entretien bâtiments ;
– Monsieur Kolsouro Ernest SANOU, Chef de division hydraulique de
Bagrépôle.

ADMINISTRATEURS REPRESENTANT LES COLLECTIVITES TERRITORIALES
– Monsieur Maurice DABILGOU, Président de la délégation spéciale de la
commune de Manga ;
– Monsieur Bosso Toé Kaba TERE, Président de la délégation spéciale de
la commune de Gourcy ;
– Monsieur Tingani Florent DABONE, Président de la délégation spéciale
de la commune de Ziniaré ;
– Monsieur Rodrigue Patiendsango Junior KANGUEMBEGA,
Président de la délégation spéciale de la commune de Pouytenga ;
– Monsieur Wenpanga Gérard MARE, Président de la délégation spéciale
de la commune de Bagré.

ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LE PERSONNEL DE LA
DIRECTION GENERALE DE L’AGENCE DE L’EAU DU NAKANBE

– Monsieur Patrice COMPAORE, Mle 231 644 D, Technicien supérieur de
l’hydraulique et de l’équipement.
Le deuxième décret nomme Madame Nadège Flora DU BARRY/BATIONO,
Mle 212 657 C, Ingénieur du génie rural, Présidente du Conseil d’administration
de l’Agence de l’eau du Nakanbé pour un premier mandat de trois (03) ans.
Le troisième décret nomme Monsieur Mambagari COMBARI,
Mle 229 853 V, Administrateur civil, Administrateur représentant l’Etat, au titre
du ministère de l’Energie, des mines et des carrières au Conseil d’administration
du Centre national de semences forestières (CNSF) pour un premier mandat de
trois (03) ans, en remplacement de Monsieur Oumarou MANDE. Le quatrième décret nomme Monsieur San TRAORE, Mle 212 184 Z,
Administrateur civil, Administrateur représentant l’Etat, au titre du ministère de
l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité au Conseil
d’administration de l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA)
pour un premier mandat de trois (03) ans.
Le cinquième décret renouvelle le mandat de Monsieur Gueswendé Marc
OUEDRAOGO, Mle 207 366 V, Architecte-urbaniste, Administrateur
représentant l’Etat, au titre du ministère de l’Urbanisme, des affaires foncières et
de l’habitat au Conseil d’administration de l’Office national de l’eau et de
l’assainissement (ONEA) pour une dernière période de trois (03) ans.
H. MINISTERE DES SPORTS, DE LA JEUNESSE ET DE L’EMPLOI
Le Conseil a adopté deux (02) décrets.
Le premier décret nomme les personnes ci-après, Administrateurs au Conseil
d’administration du Groupement d’intérêt public-Programme national de
volontariat au Burkina Faso (GIP-PNVB) pour un premier mandat de trois (03)
ans.

ADMINISTRATEUR REPRESENTANT L’ETAT
Au titre du ministère de l’Economie, des finances et de la prospective :
– Madame Wendkouni Edith ILLY/KOAMA, Mle 119 318 Y,
Administrateur des services financiers.
ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LES COLLECTIVITES
TERRITORIALES
– Monsieur Moussa Fah TRAORE, Mle 22 51 347 G (Mle AMBF),
Communicateur. ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE
Au titre des Associations de promotion de volontariat :
– Madame Domebeiwin Léonie ILBOUDO/HIEN, présidente de
l’Association pour le renforcement des compétences des Organisations
paysannes (ARCOP).
ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LE PERSONNEL
– Monsieur Yahaya OUEDRAOGO, Mle 329 716 T, Conseiller de
jeunesse et d’éducation permanente.
Le second décret renouvelle le mandat des personnes ci-après, Administrateurs
au Conseil d’administration du Groupement d’intérêt public-Programme
national de volontariat au Burkina Faso (GIP-PNVB) pour une dernière période
de trois (03) ans.
ADMINISTRATEURS REPRESENTANT LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE
Au titre des organisations féminines :
– Madame Bacouo DAO/SIBIRI, Vice-présidente de l’Association
« Munyu des femmes ».
Au titre des Mouvements et associations de jeunesse :
– Madame Martine COMPAORE/SAWADOGO, Présidente du Conseil d’administration de l’Association pour la promotion et l’intégration de la
jeunesse du Centre-Nord (APIJ-CN).

ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE L’ETAT

Au titre de l’Université Joseph KI-ZERBO :
– Monsieur Gourté Wenceslas HIEN, Mle 42 195, Assistant en gestion des
ressources humaines.

Ministre d’État, ministre en charge de la Communication 

Rimtalba Jean Emmanuel Ouedraogo

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.