CAN-2017 : maladroite, la Tunisie s’incline devant un Sénégal séduisant

0
135
Au terme d’une rencontre de belle facture, le Sénégal a décroché trois points cruciaux dans la course aux quarts de finale de la CAN-2017, en dominant la Tunisie (2-0). Les Lions de la Teranga sont leaders du groupe B.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la Tunisie pourra s’en vouloir ! Face au Sénégal, les Aigles de Carthage sont passés à côté de leur entrée en lice au 1er tour de la CAN-2017. Une défaite logique pour les hommes de Henryk Kasperczak, qui ont subi de plein fouet le réalisme de Lions de la Teranga inspirés. Les Tunisiens sont désormais au pied du mur : derniers du groupe B, ils devront impérativement faire un résultat face à l’Algérie jeudi soir.

Pourtant, la Tunisie avait parfaitement entamé la rencontre. Dix minutes d’une belle domination matérialisée par deux occasions franches pour leur numéro 9 Akaichi qui ont été très rapidement balayées : sur leur première incursion, les Sénégalais ont bénéficié d’un pénalty logique après un tacle totalement manqué d’Abdennour sur Kouyaté. Une offrande que Sadio Mané n’a pas manqué (1-0, 10e).

Sonnés, les Tunisiens ont relâché la pression, mais Akaichi a tout de même flirté de nouveau avec le but adverse, peu après le quart d’heure de jeu, mais sa frappe est passé à côté du but sénégalais (16e). Puis, le coup de massue : sur leur deuxième frappe cadrée, les Lions ont doublé la mise, grâce à Kara Mbodj, totalement oublié par la défense des Aigles sur un corner (2-0, 30e).

Et derrière, le trou noir durant près d’une heure. Face à des Tunisiens recroquevillés, le Sénégal a même failli marquer un troisième but en toute fin de première période, mais Mané a manqué un contrôle pourtant à sa portée alors qu’il était seul dans la surface (45e).

Réveil tardif et gueule de bois

Au retour des vestiaires, ce sont de nouveau les Lions qui ont appuyé sur l’accélérateur. Keita, servi à l’entrée de la surface, a failli tromper à son tour Mathlouthi mais sa tentative est passée juste au-dessus de la transversale des Aigles (50e), tout comme celle de Mame dans la foulée (53e).

Puis les Tunisiens ont finalement décidé de jouer. En l’espace d’une grosse vingtaine de minutes, les occasions se sont multipliées sur le but de Diallo… Dans le désordre, Khazri (51e, 58e, 65e), Msakni (57e, 70e, 76e) et Akaichi (57e) ont tous eu la balle du 2-1 au bout du pied, mais leurs tentatives ont été, au choix, repoussées par Diallo, par un montant, ou ont tout simplement terminé hors cadre.

Même le défenseur sénégalais Kara Mbodj, auteur d’un dégagement totalement raté sur une percée de Khazri, n’a pas réussi à débloquer le compteur tunisien : son manqué dans la surface a été repoussé miraculeusement par le poteau de Diallo (69e).

Entre temps, Mathlouthi a failli se faire surprendre sur un long ballon d’Ismaila, qui a finale atterri sur la transversale du portier tunisien, tout heureux de ne pas avoir à récupérer au fond de ses filets le ballon du 3-0 (64e).

C’est un fait : les Tunisiens auraient pu jouer deux jours durant sans jamais débloquer leur compteur… Car même lorsque Msakni a finalement réussi à le faire en toute fin de match, c’est l’arbitre de la rencontre qui lui a refusé son sixième but en sélection pour un hors jeu inexistant (90e). Frustrant, mais jusqu’au bout, le scénario n’a pas dérogé à sa ligne directrice, Khenissi l’apprenant lui aussi à ses dépends en manquant une tête alors qu’il était tout seul aux six mètres (90e+2).

Une inefficacité qui a déjà de lourdes conséquences. Pour la Tunisie, dernière du groupe B, l’équation est désormais très simple : il faudra aller chercher la qualification face à l’Algérie puis contre le surprenant Zimbabwe. Autant dire que c’est loin d’être dans la poche.

LAISSER UN COMMENTAIRE