Procès du putsch manqué de 2015: la salle des banquets de tous les regards

0
359
Les grands plats sont mis dans les grands au niveau de la Salle de Banquets de Ouaga 2000 pour accueillir le procès historique du putsch manqué. La Salle a une capacité de près de 1 000 places, c’est le constat fait sur place par Faso Amazone ce lundi 26 février.

Dès l’extérieur de la salle des banquets de Ouaga, pas de dispositions spéciales montrant que c’est cet édifice qui doit accueillir le procès historique tant attendu par tous les Burkinabè. A l’entrée principale ou entrée VIP de la salle des banquets, il y avait une équipe de la Compagnie Républicaine de sécurité (CRS), en surveillance des lieux. Au nombre de trois, les agents de la CRS a vu d’œil, étaient détendus et sans stress apparent.
Le responsable de l’équipe de la CRS rassure de la venue d’une équipe pour la sécurisation du procès historique qui devra contribuer à apaiser les cœurs des Burkinabè divisés après l’insurrection populaire, le putsch, etc.

Rien de nouveau ne semble confirmer que dans quelques heures, se tiendra un procès. En effet, un procès dans lequel, deux généraux Gilbert Diendéré, ex-homme de main de Blaise Compaoré, et Djibrill Yipéné Bassolé, ex-chef de la diplomatie burkinabè, tout deux présumé responsables du putsch.
Il y avait par contre, au fond de la salle, deux techniciens qui s’affairaient a la réparation des ampoules grillées. Selon Ismaël Bandaogo, un des techniciens, « il y a plein d’ampoules grillées que mon collègue et moi nous attelons de changer » et d’ajouter « par des ampoules led qui éclairent plus ». Desiré Koéta, responsable du nettoyage et de la reparation des climatiseurs en panne, laisse entendre que tous les climatiseurs à l’intérieur de la Salle, sont opérationnels.
En face de la salle des banquets de 2000, les espaces vides occupés généralement par les propriétaires de parking et autres services de stationnement des engins notamment les motos et les véhicules, ne sont pas non plus aménagés pour accueillir le grand rendez-vous du mardi.

En rappel, Le général Gilbert Diendéré, et ses co-accusés sont poursuivis pour « attentat à la sûreté de l’Etat, meurtre, coups et blessures volontaires, dégradation volontaire de biens appartenant à autrui, trahison, incitation à commettre des actes contraires au règlement et à la discipline militaire, violence et voies de fait sur autrui, ou de complicité de ces infractions », selon le parquet militaire.

Justin Ouattara/fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.