Commémoration du 8 mars 2018: la parade supprimée pour cette édition

0
517
Conférence de presse du ministre de la femme et de la solidarité sur le 8 Mars Journée de la femme Lundi 26 Février 2018. Ouagadougou. Le ministre de la femme et de la solidarité, Mme Laurence Marie ILBOUDOU a animé une conférence de presse sur le 8 Mars Journée de la femme.
En prélude à la commémoration de la journée internationale de la Femme, la ministre en charge de la Promotion de la Femme, Hélène Marie Laurence Ilboudo a annoncé, au cours d’un point de presse ce 26 février 2018, la suppression de la parade pour cette édition. Placée sous le thème : « la participation de la femme à la gouvernance : état des lieux, défis et perspectives », cette journée ambitionne accroître la participation de la femme à la gouvernance politique, administrative et économique au Burkina Faso.

La journée internationale de la femme sera organisée conjointement avec la 5e édition du forum national de la femme à Ouagadougou sous le haut patronage du Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. L’annonce a été faite par le ministre en charge de la Promotion de la Femme, Laurence Marie Ilboudo, ce 26 février 2018 au cours d’une conférence de presse.

Pour elle, au regard des multiples critiques formulées sur la journée du 8 mars, cette organisation conjointe de ces deux journées répond aux soucis d’optimisation et à la réflexion sur les conditions de la femme. « Il était bon que nous puissions réfléchir sur cette question pour voir comment nous pouvons optimiser les journées du 8 mars et optimiser le forum national. Compte tenu des critiques que nous avons pu ça et là observer, il était bon que le caractère de réflexion et de travail du 8 mars soit mis en valeur», a-t-elle précisé.

Aussi, poursuit-elle, «avons-nous décidé ainsi pour des raisons budgétaire. Il était bon de joindre ces deux journées qui sont complémentaires».

La ministre Ilboudo a, par ailleurs, souligné que pour cette édition, il n’y aura pas de défilé parmi les activités commémoratives du 8 mars. Cette suppression, à en croire Hélène Marie Laurence Ilboudo, se justifie par l’énormité du coût. « la parade a été longtemps décriée par tous et par moi-même. Et je pense qu’elle coûte de l’argent. Elle va coûter à peu près 20 à 30 millions que nous pouvons consacrer à autre chose».

Le 8 mars 2018 connait beaucoup d’innovations. Il est prévu pour cette édition, un dialogue direct entre les représentantes des femmes et le président du Faso. Aussi, les présidents des délégations consulaires régionales des Chambres de Commerce seront désignées pour accompagner les femmes des régions dans la réalisation de leurs actions prioritaires.

B. B Médah

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.