CAMEG : « aucun agent de la CAMEG n’a été déféré à la MACO », dixit Nikaelou Kéré

0
231
La Centrale d’Achat de Médicament Essentiels Générique (CAMEG) est montée au créneau ce vendredi 9 mars 2018 A Ouagadougou à travers une conférence de presse, pour dit-elle, démentir des informations qui ont été relayées par certains médias. Les conférenciers du jour ont éclairé l’opinion sur l’affaire de ventes de produits pharmaceutiques à des terroristes à Ouagadougou. Un autre sujet abordé au cours de la conférence de presse, concerne le cas de circuit parallèle de ventes de médicaments constaté à Bobo dioulasso.
Les participants à cette conférence de presse
La presse était présente à ce point de presse.

« Aucun agent de la CAMEG, n’a été déféré à la MACO pour vente de produit à des terroristes comme relayé par certains medias », déclare d’entré Nikaelou Kéré, Chef du département de la Communication de la CAMEG, à la conférence de presse initiée ce vendredi 9 mars 2018 à Ouagadougou.
En effet, d’après M. Kéré, l’information relayée, puis démentie dans certaines medias, indiquait qu’un agent de la CAMEG a été déféré à la MACO pour vente de produits pharmaceutiques à des terroristes. Il laisse entendre que la Centrale a effectivement constaté l’absence d’un aide magasinier de son poste à Ouagadougou car interpellé par la Brigade de recherche du Commissariat central de police de Ouagadougou.

Les animateurs à la conférence de presse sur l’affaire de ventes de produits pharmaceutiques à des terroristes à Ouagadougou.
Les animateurs à ce point de presse sur l’affaire de ventes de produits pharmaceutiques à des terroristes à Ouagadougou.

Selon les explications du Chef de département de la Communication, l’agent en question serait entré en contact avec un autre agent grossiste pharmaceutique privé pour trouver un produit nommé « rivitril » pour un ami moyennant de l’argent.

Les participants à cette conférence de presse
Les hommes et femmes de presse au cours du point de presse.

Quant aux circuits parallèles de ventes de produits pharmaceutiques à Bobo dioulasso, cela a été avéré suite à l’interpellation par la Brigade Anti Criminelle (BAC) le 21 février dernier, d’un agent de la CAMEG. Son audition aurait permis à l’interpellation de neuf autres agents, toujours de la CAMEG ainsi que 4 clients et deux autres personnes soupçonnées complices.

A en croire Emmanuel Sawadogo, Chef du département Assurance et qualité, la police a déclaré qu’une des personnes mises en cause a reconnu avoir livré à 31 responsables de formations sanitaires d’une province de la région des Hauts Bassins. En sus, M. Sawadogo ajoute que ces produits ont aussi été livrés dans d’autres régions du pays, en Cote d’Ivoire et au Niger.

La CAMEG souligne par ailleurs que lors de leurs opérations, toutes les procédures administratives, comptables et financières ont été suivies si bien qu’elle n’a pas engendrée de perte. Des agents interpellés , il n’y a que deux qui ont été livré à la Maison d’Arrêt et de Correction de Bobo. « Ces actes posés seront appréciés à l’interne, au regard du règlement intérieur qui régit le personnel de la CAMEG », darde M. Kere et d’ajouter que les sanctions disciplinaires prévues, seront appliquées au regard des fautes commises.

Justino/www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.