Togo : la liberté d’expression mise à mal

0
114
La liberté d’expression est mise à mal au Togo pendant les périodes de crise. C’est ce que révèle le Centre de recherche et de sondage d’opinion (CROP), filial d’Afrobaromètre. Les résultats de cette enquête ont été publiés le 20 Juin 2018 à Lomé.

Selon cette dernière enquête, la liberté d’expression des togolais a connu une chute drastique depuis 2014. Elle révèle que seulement 39% des togolais se sentent libres d’exprimer leurs opinions, alors qu’ils étaient 60% en 2014. Ceci place le Togo au dernier rang des 13 pays africains où le même sondage a été fait.
La chute du niveau de liberté d’expression touche différemment les régions du pays. La région la plus touchée est celle de la centrale, avec un déclin de 30 points, contre 21 pour l’ensemble. Pour les premiers responsables du Crop, ceci est une indication que la chute du niveau de liberté d’expression pourrait être imputable à la crise sociopolitique actuelle que traverse le pays.
« La qualité des institutions et le niveau de la démocratie et de liberté publique ne deviennent une réalité que lorsque, même en période de crise, l’on s’attache à la loi », a déclaré le directeur national du CROP, Hervé Akinocho et d’ajouter que si les citoyens d’un pays ne sont libres d’exprimer leurs opinions que lorsque tout va bien alors, on peut considérer que cette liberté n’est pas une réalité.
Le même sondage souligne que 45% des togolais pensent que ce sont les électeurs en premier lieu qui doivent s’assurer que les conseillers municipaux ou communaux font leur travail bien loin devant les autres mécanismes institutionnels. 62% déclarent qu’il est quelque peu probable qu’ils participent aux réunions publiques organisées par leur commune pour comprendre comment les fonds des contribuables sont utilisés ou pour influencer les actions du conseil communal.
Bien que 58% des femmes et 54% des résidents en milieux urbains sont prêts à donner de leur temps pour le contrôle citoyen, plus de 66% des hommes et 67% des résidents ruraux sont prêts à s’engager dans ce contrôle. Les togolais, quel que soit leur niveau d’éducation, sont prêts à s’engager pour le contrôle de l’action des élus locaux.
Afrobaromètre est un réseau de recherche panafricain et non-partisan qui mène des enquêtes d’opinion publique sur la démocratie, la gouvernance, les conditions économiques et les questions en Afrique.

Source : Africardv

LAISSER UN COMMENTAIRE