Des autorités administratives et religieuses de la Région de l’Est se sont prononcées sur la question du mariage d’enfants.

0
53
Albert YONLI Pasteur, Siège Eglise Evangélique Fada N’ Gourma (SIM) au milieu
Tiguié Mohamed THOMBIANO 1er Adjoint au maire de la commune de Fada N’gourma
Tiguié Mohamed THOMBIANO 1er Adjoint au maire de la commune de Fada N’gourma
Selon le 1er Adjoint au maire de la commune de Fada N’gourma  Tiguié Mohamed THOMBIANO : «  Le problème du mariage d’enfants dans la commune se pose avec acuité car c’est culturel. Nos parents ne considèrent pas le phénomène comme un problème.  C’est une pratique dépassée. Il faut  multiplier les activités de sensibilisation. La prise en charge des cas enregistrés est faite par le service social de la commune. 
Pascal TINDANO, Curé de la Paroisse Cathédrale de Fada N’Gourma
Pascal TINDANO, Curé de la Paroisse Cathédrale de Fada N’Gourma

Depuis le début de l’Evangélisation l’église a toujours mis un accent sur la défense de la dignité de la jeune fille. L’évangile est une lumière par contre  le mariage d’enfants n’est pas une pratique de lumière. Nous luttons contre le phénomène à travers la commission Justice et Paix, en collaboration avec les associations, des ONG et l’Etat. Dixit le curé de la Paroisse Cathédrale de Fada N’Gourma Pascal TINDANO. Trois centres d’accueil existent pour la prise en charge

El hadj Aboubacar KINA Imam de la Grande Mosquée de FADA N’GOURMA
El hadj Aboubacar KINA Imam de la Grande Mosquée de FADA N’GOURMA

Les mariages précoces, les mariages forcés  et le mariage d’enfant sont fréquent voir endémique dans notre région. A notre niveau pendant les prêches à la mosquée  nous travaillons à réduire considérablement  voir éradiquer le phénomène. Nous appelons les parents à attendre la majorité  avant de donner leurs enfants en mariage. Aussi est – Il formellement interdit selon la loi islamique d’aller enlever une fille que l’on ne vous a jamais promise .Dans la religion musulmane nous condamnons le mariage des mineurs. Cette  caravane de presse  est la bienvenue. Nous saluons la délégation de la coalition nationale  contre le mariage d’enfants au Burkina Faso (CONAMEB) qui en est l’initiatrice sans oublier les journalistes. Votre mission est noble. Nous nous vous remercions  pour  l’œuvre immense d’éducation et de sensibilisation effectuée au quotidien.» El hadj Aboubacar KINA Imam de la Grande Mosquée de FADA N’GOURMA

« Nous nous réjouissons de voir qu’en plus de l’église il y a d’autres organisations qui se préoccupent de la problématique du mariage d’enfants. Il s’agit surtout de la question la place des enfants et de leur avenir  c’est primordiale pour l’Eglise Évangélique.  Au niveau de la fédération des églises et mission du Burkina l’enfant a une place de choix compte tenu de la place que le seigneur Jésus lui a donné. Concernant le mariage d’enfant, selon l’église le mariage se fait sur la base d’un choix personnel entre deux personnes majeures qui savent pourquoi ils prennent une telle décision. L’église n’apprécie pas  et ne tolère pas le mariage d’enfants. Mais force est de constater que l’église est dans une société ou malheureusement ce phénomène existe. A cet effet dans l’enseignement biblique et la formation des pasteurs nous insistons sur le fait que le foyer familial est bâti sur le libre choix du conjoint ou de la conjointe.  De façon générale l’église proscrit le mariage d’enfant. Mais elle est prête à accompagner ou à recevoir quiconque est victime de cette situation dans l’optique de voir dans quelle mesure elle peut l’aider à retrouver la stabilité sociale et spirituelle. Le problème est complexe mais c’est ensemble et à travers la sensibilisation qu’on viendra à bout du mariage d’enfants. »

  Albert  YONLI Pasteur, Siège Eglise Evangélique Fada N’ Gourma (SIM)

LAISSER UN COMMENTAIRE