Christiane Sanon/ Coulibaly : Directrice, conservateur de musée, présidente de l’amicale des femmes du MCAT

0
490
Christiane Sanon / Coulibaly, Directrice, conservateur de musée, présidente de l'amicale des femmes du MCAT
Pour la semaine du 8 au 14 octobre 2018, votre presse en ligne Faso Amazone.net a rencontré pour vous, Mme Christiane Carole M.N.E SANON/COULIBALY. Avec elle, elle s’est entretenue longuement pour vous. Découvrons la.
Christiane Sanon / Coulibaly

Christiane Carole Marie Nicole Edith Coulibaly épouse Sanon est la directrice chargée du suivi du centre régional de L’ISESCO pour la formation des professionnels du Musée au sein du musée national. .Elle est aussi la présidente de l’amicale des femmes du Ministère de la Culture des Arts et du Tourisme(MCAT). C’est avec joie qu’elle s’exprime à Faso amazone.net sur ses missions au sein du musée national, ses difficultés surtout au sein de l’amicale des femmes du MCAT qu’elle dirige depuis 2017.

F.A.net Présentez-nous votre Direction svp?

Christiane Sanon/ Coulibaly ( CS/C ) : Suis la directrice chargée du suivi du centre régional de L’ISESCO la formation des professionnels de musée. C’est un centre qui a été créé en 2014 en collaboration avec l’ISESCO suite a un protocole d’accord signé entre le Ministère de la Culture des Arts et du Tourisme, représenté par son excellence Baba HAMA et l’Organisation islamique pour l’éducation, les Sciences et la Culture (ISESCO) représenté par son directeur général, son excellence Dr. Abdulaziz Othman Altwaijri. L’ouverture d’un centre visait la formation continue des professionnels qu’on formait à l’ENAM qui n’avait pas la pratique. Nous essayons de mettre en œuvre ce protocole et qu’il soit effectif.

Musée national du Burkina Faso

FA.net : Quelles sont vos missions ?

CS/ C : Nous sommes chargés de préparer des thèmes de formation pour la formation continue des professionnels du musée en collaboration avec L’ISESCO qui nous appuie financièrement. Dans le protocole, c’était prévu qu’il y ai deux formations par an mais compte tenu des difficultés aussi que l’ISESCO traverse ces dernières années avec le chamboulement dans les Etats arabes font que le financement a un peu tardé. Nous n’avons pas fait de formation en 2017 après le lancement du centre en 2016. Cette année nous avons fait une seule formation.

FA.net : Maintenant vous êtes au service du public êtes vous persuadés que le public est suffisamment informé de vos activités?.

C C : Au sein du musée nous essayons avec le Directeur général ( DG) actuel, de prendre des initiatives. Nous avions mis en place des services effectivement pour pouvoir faire la publicité du musée. Dans notre organigramme nous avons essayé avec la direction chargée des expositions et de l’animation et la direction de la communication et de la médiation de mener des activités culturelles avec les élèves avec les animations scolaires, donc nous essayons de travailler avec les établissements. Dès que nous montons une nouvelle exposition, nous essayons d’approcher les directeurs des écoles pour qu’ils incitent les élèves à venir visiter le musée. Nous essayons aussi de faire des activités culturelles avec les différentes communautés en montant des expositions majeures.

FA.net: Parlant de collections, présentez -nous les objets d’arts que vous exposez au musée national?

CS/ C : Au niveaux de nos collections nous avons en majorité des collections ethnographiques, nous avons à peu près des objets que nous avons collectés au niveau des différentes ethnies, et nous essayons de les revaloriser actuellement.

L’exposition qui est en cours c’est sur les masques et en collaboration avec l’AZAMA Association. Nous avons toujours l’exposition sur le fer dénommé « un âge de fer africain ». Présentement nous avons une exposition dont le vernissage a lieu avant hier sur la peinture avec M.DARGA dans le vestibule. Nous invitons le public à venir découvrir les richesses de nos valeurs culturelles.

FA.net: Avez-vous un programme ou projet destiné aux femmes?.

CS/C: En tant que présidente de l’amicale des femmes nous essayons de redynamiser les activités au niveau de l’amicale qui commençait à sommeiller. Nous avons été élues (le nouveau bureau) le 29 mars 2017. Depuis lors, nous essayons de revaloriser plus les femmes parce que nous avons pour ambition de regrouper toutes les femmes du Ministère de la Culture des Arts et du Tourisme pour que nous soyons plus unies que nous puissions mieux collaborer. Nous avons programmé une sortie sur Banfora qui n’a pas eu lieu à cause des difficultés financières mais nous avons prévu une sortie récréative entre nous pour que nous puissions mieux nous comprendre, nous connaitre.

FA.net : Avez-vous des difficultés au niveau de votre amicale?, lesquelles ?.

C S/ C : C’est l’amicale des femmes du MCAT, nous avons dix-huit (18) membres mais il y a vraiment des difficultés pour nous réunir. Parfois nous nous retrouvons à cinq (5) personnes sur les 18. Comme nous avons foi que nous devions œuvrer pour la bonne marche du ministère donc nous nous décourage pas. Nous essayons de les intéresser à mieux s’impliquer.

L’amicale des femmes du Ministère de la Culture des Arts et du Tourisme (MCAT)

FA.net : Quels sont les objectifs de votre l’amical?.

CS/C: C’est d’abord la conjugaison de nos efforts, et une meilleure connaissance des femmes entre nous d’abord. Nous devons mieux nous connaitre parce que nous nous croisons dans la ville et nous ne savons pas que nous sommes du même ministère. Donc la collaboration devient plus franche si on se connait mieux et dans ce cadre nous contribuons aussi à la bonne marche des activités et des missions au niveau du MCAT.

Nous avons demandé, quand nous avons rencontré le Premier responsable (Ministre), que nos membres soient représentées dans toutes les sphères de décision.

Il n’a pas eu d’inconvénient à ce niveau, nos responsables sont prêts à nous accompagner. Déjà nous avons un Ok pour des soutiens dans toutes nos activités. Donc nous remercions à l’avance nos responsables pour ce qu’ils vont faire encore pour nous.

FA.net : Depuis votre élection, quelles sont les activités menées ?

CS/ C : Nous avons été élues le 29 mars 2017 et nous avons pu organiser la cérémonie de présentation de vœu au Premier responsable en début janvier et nous avons fait aussi la commémoration des activités de 8 mars. Nous avons aussi eu la visite du Ministre lors de notre activité de projection cinématographique avec Kadi TRAORE à l’ISIS ça été vraiment un succès. Nous le remercions d’être venu nous soutenir à notre activité et pour sa disponibilité Mais seulement les conférences, les sorties, les formations et les voyages d’étude n’ont pas pu être réalisés. C’est ce que nous essayons de rattraper. Nous sommes entrain de programmer des formations courant ce mois de septembre.

Nous avons prévu une formation sur la technique de la fabrication des produits anti-moustique, sur la conservation de légumes, de fruits, sur la fabrication du vinaigre, sur la conservation d’une année de la patte de tomate et sur la base des produits bio et la préparation de la mayonnaise. Nous avions commencé ça depuis le mois de septembre. Les inscriptions ont commencé et coûtent 5000fcfa. Nous avons eu aussi le soutien du Ministère financièrement, et nous avons demandé une contribution des femmes à hauteur de 2000fcfa et le Bureau de l’Amicale va prendre les 3000fcfa de différence en charge.

FA.net: Vous avez énuméré les difficultés de mobilisation quelles sont peut être les difficultés financières ?

CS/C: les gens n’aiment pas cotiser généralement aiment des appuis extérieurs, donc nos sœurs aussi n’aiment pas débrousser de l’argent. Nous avons essayé de les impliquer dans tout ce que nous allons faire, et nous avons demandé une contribution personnelle pour qu’elles se sentent plus impliquer aussi qu’elles se l’approprient.

FA.net : Mme la présidente, quel appel avez-vous à lancer?.

CS/ C : En tant que présidente, je demande aux femmes de s’intéresser beaucoup plus et de croire à ce qu’elles font. De ne pas être crispées, et de ne pas être influencées et de ne pas se sous-estimer parce que nous avons beaucoup de potentialités tant que nous nous impliquons dans nos rôles. Je crois que la nation y gagne. J’invite toutes les femmes du ministère. Je relance un appel à l’ensemble des femmes du Ministère de la culture des arts du tourisme en particulier et aux femmes du BURKINA FASO en général d’œuvrer à ce qu’il y ait la paix et la cohésion au niveau du BURKINA FASO.

Interview réalisé par Karen Ouédraogo/www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.