Stationner à Ouagadougou : le casse-tête

0
1866
Des engins anarchiquement stationné aux abords des routes.
Se parquer ou stationner à Ouagadougou devient de plus en plus problématique surtout au cœur de la ville, sur l’avenue Kwamé N’Kruma devant les institutions bancaires, les grandes maisons, les alentours des grands marchés et yaars, les lieux publics, les devantures des services et autres…
Arriver en véhicule et se trouver de la place pour se garer relève souvent d’un véritable parcours de combattant. De plus en plus les stationnements anarchiques font légion dans la ville, surtout à la devanture de certains maquis et débits de boisson. Mais à qui vraiment la faute ? Nous avons tenté d’approcher les différents acteurs qui interviennent dans le domaine pour mieux comprendre le phénomène.
M. Koara Eli, parqueur.
M. Koara Eli, parqueur.

Koara Eli est parqueur à côté de la radio des écoles non loin de la Mairie centrale de Ouagadougou. Il a bien voulu répondre à nos questions. Pour ce qui concerne les procédures d’obtention du récépissé de gestion d’un parking, M Koara dit s’être adresser à la mairie de l’arrondissement concerné par la situation géographique de son parking qui après des procédures avec leurs techniciens ont jugé qu’il pouvait obtenir le droit de gestion à cet endroit précis. Il faut noter que la gestion des parkings sont fait au niveau local par les différents arrondissements et non pas au niveau central par la mairie centrale.
A la question de savoir quelles sont les difficultés qu’il rencontre dans l’exercice de ses fonctions, M. Koara évoque les cas de vols , la lourdeur des taxes et surtout l’exiguïté de la portion d’espace qu’on lui a attribué : « je sais pas pour les autres mais vraiment pour moi c’est pas suffisant puisque on est obligé de payer des taxes tout ça avec ce petit espace là c’est pas suffisant ». Monsieur Koara semble selon toute vraisemblance tenir la mairie pour responsable des débordements possible qu’il pourrait avoir en cas d’affluence de leurs clientèles. Puisque pour subvenir à leurs besoins et payer les taxes il est impératif qu’il fasse des bénéfices. Pour le moins que l’on puisse dire c’est que les parkings surtout devant les maquis empiètent sérieusement sur le domaine public. Ce qui est déplorable c’est que cela n’est pas sans conséquences.

Des engins occupant anarchiquement les voies de Ouagadougou
Des engins occupant anarchiquement les voies de Ouagadougou

Combien de fois des véhicules en manquant un virage entrent en collision avec des engins posés juste au bord de la voie ou même sur la voie tout simplement. Le problème est d’autant plus complexe que les citadins sont confrontés de plus à un manque d’espace ou d’endroit pour se garer. Sur l’avenue Kwamé N’Kruma les automobiles pour se garer se font guider pour trouver la place appropriée. A certains endroits vers le grand marché il faut pratiquement se garer à souvent plus de 500m et marcher pour faire sa course ce qui n’est pas dans les habitudes du commun des burkinabès.

M. Jean NAKOULMA. Maire de l'arrondissement 6 de la ville de Ouagadougou, Doctorant en histoire. Gestionnaires des Risques Environnementaux.
M. Jean NAKOULMA. Maire de l’arrondissement 6 de la ville de Ouagadougou, Doctorant en histoire. Gestionnaires des Risques Environnementaux.

Nous avons obtenu un entretien avec le maire de l’arrondissement 6 de la ville de ouagadougou pour savoir d’abord si les différents maires sont au courant du problème et par la suite savoir ce qui est fait en la matière pour venir à bout du problème. Monsieur Jean NAKOULMA, Maire de l’arrondissement 6 de la ville de ouagadougou a tenu à rappeler les critères d’obtention d’un parking en précisant que c’est le parqueur même qui vient demander à utiliser une portion d’espace avec l’autorisation préalable du propriétaire du mur mitoyen auquel il veut s’adosser. Par la suite les techniciens de la mairie étudient le dossier avant de venir voir le maire pour l’autorisation. L’étude assure une crédibilité de l’individu par une enquête de moralité, assure que l’espace demandé n’a pas déjà été délivré à une autre personne, délimite les limites de l’espace demandé de sorte à vérifier si ça n’empiète pas sur l’espace public.

A la question de savoir ce qui est fait pour réguler ou rappeler à l’ordre les parqueurs qui occupent l’espace public notamment aux devantures des maquis, le maire reconnaît: « malheureusement le problème est réel et dans pareil cas d’occupation de l’espace public par des engins, nous interpellons même le propriétaire du maquis ou du site en question et s’ils n’obtempèrent pas nous procédons à ce qu’on appelle des mises en demeure à la fin de cette échéance nous pouvons aller jusqu’à fermer le site.
« Vous savez c’est un problème très récurant et très sérieux parce que ces derniers viennent demander une petite portion et dans la pratique ils débordent jusqu’à occuper l’espace public. Vraiment c’est un fléau nous interpellons nous intervenons à tout moment mais ça semble pas avoir écho favorable puisque la réalité est tout autre. » Mais au-delà de tout cela il ya des endroits où les espaces réglementaires pour se garer sont très insuffisants surtout au centre-ville ». le maire se veut rassurant : « nous au sein de la mairie nous avons des techniciens qui de concert avec le maire central travaillent sur une désignation de grands espaces au niveau des arrondissements pour en faire de grands parkings à des points stratégiques de la ville. Je pense que cela vient à point nommé pour répondre à tous ces problèmes ».

Qu’à cela ne tienne le problème pour le moment est bien réel et des solutions immédiates sont impératives.

Hamadou Ouedraogo/www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.