Marche de la « mort » du CED de Pascal Zaida contre le gouvernement Kabore; voici le récit des événements.

0
896
Comme promis, la marche meeting du Cadre d’ Expression Démocratique (CED) a belle et bien eu lieu ce samedi 21 octobre  2017, et comme l’a promis le gouvernement Kabore, la marche n’a pas eu lieu à la place de la nation. Oui! La marche de la mort comme l’appelle certains militants du CED, a eu lieu au rond-point des Nations Unies. Mais cette marche  fut de courte durée car les forces de l’ordre de sécurité et de défense  (FDS) s’y sont interposées. Voici  le récit  du déroulement  des événements  de cette  marche meeting.

Il est 08h, 00 GMT, quand les pro- Zaida  du CED se mobilisent peu à peu au niveau du rond-point des nations unies, car c’est l’heure qu’a donné le premier responsable de la

Les pro- Zaida  du CED
Les pro- Zaida du CED

marche, Pascal Zaida. C’est de petits groupes qui se sont formés autour du rond-point des nations pour cause, les consignes donnés par les FDS « nous ne voulons pas voir plus de (04) personnes groupées, si vous n’êtes pas de la presse circulez ! », Chose qui n’a pas l’air de réjouir les militants pro-Zaida. Au loin un homme lance un cri de colère « que personne ne bouge. Que ces policiers veulent ou pas nous allons manifester. Ils n’ont même pas honte. Au lieu d’aller au Sahel, arrêter les terroristes, ils sont  ici. Quelle honte ; depuis lors ils n’ont pas été fichus de nous rapporter un seul terroriste ». Son voisin réplique « ce sont des gars de Simon Compaoré. Ils ont été payé pour ça ‘’Yandé’’. Mais nous n’allons pas bouger car dans le pays plus rien ne va. Ils refusent qu’ont aillent voir le Mogho Naaba. Est-ce qu’ils ont dit au Mogho que les prix des denrées avaient augmentés ? Est-ce qu’ils lui ont dit qu’il n’y a pratiquement plus de terres dans les zones non-loties, car un certain Abdoul service avait tout raflé ? Nous ne bougerons pas! » Prononce-t-il. En tout cas ces derniers à les entendre parler, cette marche se fera et advienne que pourra. Les forces de l’ordre sont également sur le qui-vive au même  moment et tentent de disperser les foules, seuls les hommes de médias avaient le droit de s’arrêter  à proximité de la place ou le meeting devait se tenir.

Meeting Pascal Zaida
Meeting Pascal Zaida

Il est 09h au rond-point des Nations Unies et toujours pas de Pascal Zaida à l’horizon, lasse d’attendre il est contacté par l’équipe de Kaceto sur place depuis 6h du matin. « La marche aura lieu allez-y devant l’ex Assemblée  nationale car il y a déjà une forte mobilisation qui attend »déclare Zaida au téléphone. Ayant appris cela l’équipe hâte le pas pour se rendre au lieu indiqué par Pascal Zaida. Sur les lieux une dizaine de  jeunes munie de bidons d’essence en mains klaxonnent et sifflent. « Nous avons faim et nous ne voulons plus de tout ça ! Rendez-vous au front pour la marche ! » Déclare l’un des leurs qui invite la presse à repartir au niveau du rond-point pour la marche. Après avoir eu vent de cela, l’équipe s’en presse de revenir sur ses pas, au niveau du rond-point des nations unies, témoin de tout ce qui s’est passé ce fameux jour de 21 octobre 2017. Il est exactement 10h 08 minutes quand celui que tout le monde attendait arriva! Le fameux Zaida en compagnie de quelques éléments, une vingtaine de personne en gros. La police lui barre le chemin. « Monsieur Zaida replié » déclare le Commandant de l’équipe. « Laissez-nous passer , nous allons à l’ex Assemblée voir quelqu’un » réplique un des proches de Zaida. Coups de matraques par-ci, bousculade par-là pour contraindre Zaida et ses proches. Finalement Zaida et sa troupe reprennent la direction opposée, direction Ram hôtel pour accorder des interviews aux hommes de médias. A quelques mètres du trajet, Zaida se rétracte.  Il veut coûte que coûte retourner sur les lieux pour prononcer son discours mais ses camarades  le lui déconseillent Et. Finalement il est raisonnable et continu à prendre la direction de Ram hôtel « Zaida, Zaida, Zaida» criaient les militants tous excités. A la porte de la maison du peuple un véhicule de la police en pleine vitesse se dirige vers la foule. C’est la panique et la débandade totale! Aussitôt garé, les policiers font usage de violence par des matraques et de gaz lacrymogène  sur la foule,  ainsi que sur les journalistes. A cet effet Un des confrères a reçu même du gaz en plein visage et un autre en a reçu sur la cuisse « Dispersez-vous » menacent ces FDS. Les acolytes de Zaida tentent bien que mal de protéger leur héro, malgré les coups de matraques violents de la part des FDS. Arrivés  devant l’agence Telmob, en face de Telecel, coup de tonnerre, des marchands de téléphone munis de bâtons et de ceintures s’en prennent à Zaida, « fils de ‘’pute’’ ne vient pas te réfugier ici ! On t’a dit d’annuler la marche et tu à défier l’Autorité. Ne le laisser pas, frapper-le, surtout ne le laisser pas, bastonnez-le  » manifestent certains commerçants avec en appui des coups de bâtons et de ceintures sur la personne de Zaida, le tout couronné d’injures. Comme pour exécuter le plaidoyer de ces commerçants, les FDS redoublent d’efforts. Les bastonnades deviennent plus violentes sur la personne de Zaida. A

Boureima
Boureima

l’horizon aucun acolyte de Zaida. Ce dernier est laissé à son propre sort. Comme un vulgaire malfrat, il est neutralisé et jeté dans le cargo de la police pour une destination méconnue. « Nous n’étions même pas venus dans l’intention d’assister à la marche, mais par finir tout cela nous a énervé et c’est pour cela que nous l’avons tapé » conférence  Boureima, marchand de téléphone portable devant l’agence Telmob. Tous ne sont pas de l’avis de cet homme au sein de la place marchande. « Si ça ne tenait qu’à moi ce qu’ils ont fait à Zaida allait être puni.

Zaida n’a pas violenté quelqu’un, il est sorti juste pour dire non et faire sa marche. Pourquoi la police qui est censée protéger les individus, ont contribué à les violenter ? » Bonne question à laquelle le ministre de la sécurité répondra sûrement les jours à venir.

Plus loin un autre lance « tôt ou tard l’histoire donnera raison à Zaida. Pendant que le terrorisme sévi dans le Sahel le gouvernement déploie tous ces policiers pour une simple marche. Nous ne pouvons qu’être choqués par cet agissement »

Frédéric TIANHOUN/ www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.