GENERATION JOSEPH KI-ZERBO: perpétrer les idéaux du Professeur Joseph Ki-Zerbo

0
1266
C’est la dénomination d’une organisation qui entend perpétrer les idéaux prônés par le Professeur Joseph Ki-Zerbo. C’est dans cette optique qu’un panel fut organisé ce jour 4 décembre  2017 à l’Amphi A 600 de l’Université de Ouagadougou Université Joseph Ki-Zerbo. Ce jour coïncide avec le 11ème  anniversaire de la disparition de l’Eminent Professeur.
Les panélistes a cette rencontre
Les panélistes a cette rencontre

Pour planter le décor,  Invite a été faite à Monsieur Moné Parfait Président de la génération Joseph Ki-Zerbo a passé au parloir. Il s’est agit pour celui-ci de rappeler que la génération Joseph Ki-Zerbo est une organisation veille d’une dizaine d’années  et qui fut toujours aux  premières heures des combats  pour le développement de la jeunesse et de la transmission des idéaux défendus  par le professeur Joseph Ki-Zerbo. Aussi il déplore le fait de n’avoir pas été associé a des événements tel que le Baptême de l’Université de Ouagadougou en Université Professeur Joseph Ki-Zerbo et aussi à la visite du Président Français Emmanuel Macron  à l’Université de Ouagadougou.

Les intervenants au cour de ce panel
Les intervenants au cour de ce panel

Monsieur Moné dénonce » c’est  un manque de considération de notre mouvement « .  Il  précise par ailleurs que la génération Joseph Ki-Zerbo, la génération Cheikh Anta Diop et le mouvement deux heures pour Tamita se démarque de cette débâcle de ces étudiants sélectionnés pour s’entretenir avec le Président Français.

Aussi au cour de ce panel, des panélistes et pas des moindres ont exposé pendant 15 à 20mn chacun sur leur propre écrit concernant les œuvres de Joseph Ki-Zerbo.

Il s’agissait premièrement du Dr Ali Traoré dont l’intervention s’articulait principalement sur « l’indépendance de l’Afrique et du développement endogène « prôné par le Professeur Joseph Ki-Zerbo.

Selon l’intervenant l’histoire se répète en ce sens que de la même manière qu’avant la colonisation les missionnaires venaient signer des traités de protectorat qui ont précédé la colonisation, de cette même manière aujourd’hui on assiste à des traités d’assistance militaires  et des délocalisations  de l’armée Française à nos sols pour lutter contre le djihadisme. De ce fait selon lui est une lueur.

Tant sur le plan militaire économique que culturel. A lui de citer « l’Afrique a une historicité, l’Afrique est le berceau de l’humanité.  Elle a façonné l’humanité et c’est à partir du 15ème siècle que nous  avons commencé a subir l’histoire. L’Afrique doit alors se projeter  et sortir de ce gouffre ».

Mais à l’instar du Dr Ali Traoré, une intervention féminine tout aussi pertinente fut assurée  par Mme Vokouma Jocelyne, Docteur entomologiste.  Elle a aussi écrit sur les idéaux du professeur Joseph Ki-Zerbo. Elle a notamment parlé de l’éducation. Et a communiqué sur l’éducation verticale qui stipule que le respect par du plus âgé au moins âgé inculquée par la tradition et celle horizontale apportée par la modernité stipulant que pour que vous soyez  à connaissance égale vous êtes sur le même pied d’égalité.

Avant la fin de ce panel inter actif avec des étudiants faut-il le rappeler un dernier intervenant qui n’est plus ni moins que le Prête Jean-Paul Sagado a bien voulu partager ses écrits et ses pensées sur les œuvres de Joseph Ki-Zerbo. Pour lui : »la vie et les œuvres de Joseph Ki-Zerbo donne à penser et à agir « il rappelle le fait que le professeur lui-même disait que si nous dormons nous allons mourir. Il termine en développant sur le fait que le développement de l’Afrique passe par son unification.

Pour le moins que l’on puisse dire c’est que ce panel fut une occasion du donner  et du recevoir entre ces étudiants venus suivre les panélistes  et les panélistes eux-mêmes.  Pour un panel de haut niveau s’en était un.

Hamadou Ouedraogo/www.fasoamazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.