Situation nationale : Décryptage de l’opposition politique

0
131

Cinq points étaient à l’ordre du jour à cette traditionnelle conférence de presse de l’opposition politique burkinabè le mardi 28 mai 2019, à Ouagadougou. De la situation sécuritaire, en passant par l’affaire de la forêt de Kua puis de l’état de santé du général Djibril Bassolé, le dialogue politique et enfin le scandale dit charbon fin de la mine d’or d’Essakane, le CFOP n’a pas marché sur les mots. Mamoudou Dicko, président de la NAFA et Hadjaratou Sawadogo, vice-présidente du RFI/TDS, étaient les principaux conférenciers du jour.

La presse était au rendez vous.

Des cinq points inscrits à l’ordre du jour de cette conférence de presse de l’opposition politique, le CFOP s’est beaucoup plus attelé sur l’état de santé de du général Djibril Bassolé et la question du déclassement de la forêt de Kua. Sur l’état de santé du général Bassolé, l’on se rappelle que c’était le 6 mars dernier, suite à la dégradation de sa santé que le général Djibrill Bassolé, avait été évacué en Turquie, sur autorisation des autorités burkinabè, pour y suivre des soins et ce jusqu’en juin. Malheureusement, l’opposition politique, regrette le fait que les autorités burkinabè aient ordonné le retour du général au pays. Selon Mamoudou Dicko, président de la Nouvelle alliance du Faso (NAFA), depuis retour du général Bassolé le 5 mai dernier à Ouagadougou, les autorités refusent désormais qu’il aille poursuivre ses soins comme convenu en Turquie, mais pire, veulent le forcer à suivre des soins sur place contre l’avis de son médecin. Toute chose que l’opposition dit ne pas comprendre.

Pour elle, « le gouvernement du MPP a programmé dans son agenda, la mort du général Djibrill Bassolé, en l’empêchant d’aller se soigner convenablement, en écourtant son séjour médical, et en voulant lui imposer des thérapies contre l’avis de son médecin traitant », a indiqué Mamoudou Dicko qui va plus loin : « Il est désormais établi que le pouvoir en place veut le tuer à petit feu. C’est inhumain et cynique ».

L’opposition, invite le président du Faso, « à tout mettre en œuvre pour permettre au citoyen et à l’opposant Djibrill Bassolé de se soigner dans les centres de soins appropriés et de son choix ».
Autre point évoqué à cette conférence de presse, l’affaire dite forêt classée de Kua. Sur ce point, le CFOP félicite l’initiative de la construction d’un centre hospitalier universitaire à Bobo-Dioulasso. Elle déplore cependant « l’entêtement » du gouvernement dans la forêt de Kua. Pour elle, il n’est pas question de déclasser une forêt de surcroit dans un pays désertique. Par la même occasion, elle est revenue sur l’agression des membres du mouvement pour la protection de la forêt de Kua le dimanche dernier à Bobo-Dioulasso. Le CFOP dit mettre en garde le pouvoir contre tout ce qui pourrait advenir au député Moussa Zerbo, initiateur dudit mouvement.
Mami O.

www.fasoamazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.