Journée mondiale du froid : Une journée pour mieux faire connaitre le métier de frigoriste

0
342
Le présidium de la conférence de presse.
Le Burkina va célébrer le 26 juin prochain, la commémoration de la première édition de la journée mondiale du froid (JMF). Placée sous le thème, « le froid pour le développement socio-économique de l’Afrique », cette journée a pour but de sensibiliser le grand public sur l’importance des technologies du froid dans la vie quotidienne et dans le développement socio-économique mais aussi de mettre en lumière le métier de frigoriste jusque-là peu connu. En prélude à cette activité, les organisateurs étaient face à la presse ce lundi 24 juin, dans l’après-midi pour décliner les grandes articulations de cette journée.

Le froid représente un enjeu économique à l’échelle mondiale et de développement pour les pays du Sud. Malheureusement, le secteur du froid est peu connu en Afrique en général et au Burkina Faso en particulier, pays où près de 80% de la population vit de l’agriculture. En même temps que le pays se bat pour atteindre l’autosuffisance alimentaire, c’est là qu’on constate que d’importantes quantités de produits agricoles sont jetées à la poubelle. Ce qui n’est pas sans conséquence sur les revenus des productions et par-dessus, l’économie nationale.

Or pourtant, tout ceci peut être évité si et seulement si les agriculteurs et l’ensemble de la population mettaient l’utilisation du froid dans leurs habitudes quotidiennes. Et c’est en cela que la commémoration d’une journée mondiale dédiée au froid trouve toute son importance. Selon Elie Ouédraogo, le président de l’Association des professionnels et acteurs du froid et de la climatisation, l’importance du froid n’est plus à démontrer dans la bataille du développement.

En effet, le froid représente 18% de la consommation électrique mondiale, 50 à 80% de la consommation électrique des bâtiments climatisés au Burkina Faso et une part importante des factures d’électricité. Le froid intervient dans plusieurs secteurs de la vie. Au niveau de la santé, une chaine de froid permet de conserver les médicaments et autres produits de soins. Dans les télécommunications, la qualité des services de communication dépend de la conservation à bonne température des équipements.

« Cette journée mondiale vise à sensibiliser et mobiliser tous les pouvoirs publics dans la promotion d’une politique du froid, et aussi les consommateurs dans l’utilisation rationnelle de l’énergie dans le but de lutter contre le réchauffement climatique », a indiqué Elie Ouédraogo.

Autre objectif recherché par cette journée, c’est de mieux faire connaitre le métier de frigoriste, qui jusque-là est méconnu du grand public. « Le But de cette journée n’est pas de vendre des matériels frigorifiques, c’est plutôt d’apporter des informations qu’il y’a des professionnels dans le métier », a précisé Madi Sakandé, le PDG de New cold service.

Selon lui, près de 80% des climatiseurs sont mal montés à Ouagadougou, ce qui fait que la consommation d’énergie peut atteindre jusqu’à 40%. Toute chose qu’il trouve anormal. « Le secteur du froid a besoin de professionnels en la matière », insiste-t-il.
Pour lui, cette journée va servir de cadre pour justement mettre en lumière de métier de frigoristes. Au programme de cette journée, des expositions d’équipement de froid, des animations et séances de sensibilisation sur le froid, un panel sur le froid. Le clou de cette journée sera marqué par la nuit du frigoriste.

La cérémonie d’ouverture quant à elle sera présidée par le ministre en charge de l’Energie.

Mami O.

www.fasoamazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.