Nouvelles cartes grises et plaque d’immatriculation au Burkina Faso: Plus de 5000 documents déjà établis à ce jour

0
3063

 

Depuis le 9 juillet dernier, l’opération d’établissement des nouvelles cartes crises et plaque d’immatriculation a démarré officiellement au Burkina Faso. Le ministre en charge des transports était face à la presse dans la matinée de ce mercredi 14 août 2019 à Ouagadougou pour expliquer le bien fondé du projet.

Le présidium

L’opération de délivrance de la nouvelle carte grise et de plaque d’immatriculation est dans sa phase opérationnelle avec plus de 5000 documents établis et mise en circulation à ce jour.

Un projet qui va coûter plus de 15 milliards de francs CFA dont le seul objectif est de permettre aux populations de disposer de documents fiables et authentiques dans le secteur du transport. Il répond au processus de modernisation des types de transport qui visent à réduire la fraude et la contrefaçon dans le secteur.

Le ministre en charge des transports Vincent Dabilgou

Ainsi, les populations auront jusqu’en 2023 pour se faire établir ces nouveaux documents et le processus s’inscrit dans le cadre de la modernisation des types de transport au Burkina Faso selon le ministre des transports, Vincent Dabilgou. « Ce ne sont pas des réformes voulues par le gouvernement pour se faire de l’argent comme le disent certains, c’est plutôt pour des considérations sécuritaires. Les objectifs globaux de cette réforme, c’est de mettre un nouveau système d’immatriculation, de sécuriser les certificats de mise en circulation, pour que chaque fois que vous avez à faire à une carte grise, que vous soyez sur que quelqu’un d’autre ne peut pas falsifier votre carte grise. Mais il fallait aussi moderniser et sécuriser la plaque d’immatriculation », a indiqué le ministre Dabilgou.

Le projet prend en compte également d’autres aspects d’ordre technique tels que la reconstitution des bases de données qui semble dépassé selon le chef du département du transport. « Au niveau de la DGTTM, le système qui avait été mise en place depuis 1995 est obsolète.

Ce qui fait qu’à un moment donné, il fallait jongler, composé des chiffres afin de trouver un numéro. Il n’y avait donc pas d’autres choix que d’aller à un nouveau système d’immatriculation et de formulation des cartes grises dans notre pays », a-t-il fait remarquer.

Le processus de modernisation des auto-écoles et même celui du transport en commun seront engagé en 2020 selon le ministre Dabilgou toujours dans la logique de la modernisation du secteur du transport.
Anaëlle K

www.fasoamazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.