Éducation aux médias : EducommunicAfrik invite les jeunes à se départir de la haine sur les réseaux sociaux

0
58

En marge de la célébration de la 8ème semaine mondiale de l’éducation aux médias et à l’information (SE-EMI) prévue se tenir du 24 au 31 octobre 2019, le réseau EducommunicAfrik a animé une conférence de presse ce jeudi 17 octobre à Ouagadougou. La rencontre a servi de cadre pour décliner aux journalistes les grandes articulations de cette activité dont l’objectif principal est la promotion de de l’éducation aux médias et à l’information.

Ousmane Sawadogo, président du comité d’organisation.

« Citoyens EMI ; informés, engagés, habilités», c’est sous ce thème que sera célébrée cette année la 8ème édition de la semaine mondiale de l’éducation aux médias et à l’information, du 24 au 31 octobre. Un thème qui selon le réseau EducommunicAfrik, initiateur de la conférence de presse, se repose sur la responsabilité des jeunes vis-à-vis de l’utilisation des réseaux sociaux. « Il s’agira d’amener les jeunes à être des ambassadeurs, car un citoyen éduqué aux EMI est un citoyen éclairé, mais aussi un citoyen engagé et actif », a indiqué d’entrée de jeu Ousmane Sawadogo, le président du comité d’organisation.

A les entendre, la semaine mondiale de l’éducation aux médias et à l’information vise à promouvoir l’éducation aux médias et à l’information comme clé de développement social, politique, culturel et économique des pays, des institutions et des individus au 21ème siècle.

Plus spécifiquement, il s’agira entre autre d’informer et de sensibiliser les populations burkinabè en général et la jeunesse en particulier sur les notions liées à l’éducation aux médias et à l’information ; d’amener les jeunes à comprendre et à se protéger des dangers liés à la désinformation, à la radicalisation, au discours de la haine en ligne et à l’exclusion ; d’initier les jeunes scolaires de 12 à 18 ans à la production de contenus médiatiques.

8ème du genre au niveau mondial, la SE-EMI se tient pour la première fois au Burkina Faso. A travers cette célébration, l’association EducommunicAfrik entend promouvoir le dialogue interculturel et l’intégration sociale ; sensibiliser la population sur le vivre ensemble ; amener les jeunes à comprendre et à sa protéger des dangers liés à la désinformation, à la radicalisation, au discours de haine en ligne et à l’exclusion.

Pour cette première édition, le comité d’organisation a inscrit dans son agenda plusieurs activités dont des ateliers de formation. A cet égard, il est prévu un atelier dénommé « Youth Project (projet jeune) ».

Un atelier placé sous le thème, « ensemble contre la haine et la radicalisation sur les réseaux sociaux, dont l’objectif est de contribuer à une meilleure appropriation des médias sociaux par les jeunes pour leur plein épanouissement et améliorer par la même occasion leur participation au processus de développement de leurs communes. Tout comme l’atelier, il va se tenir aussi un panel de discussion entre les professionnels des médias sociaux blogueurs ou journalistes. Une journée porte ouverte sera organisée le 31 octobre. Le clou de cette semaine sera marqué par la remise de la meilleure déclaration photo.

EducommunicAfrik à travers cette célébration entend jouer sa partition par les médias et la communication pour prévenir les conflits intercommunautaires et ainsi préserver la cohésion sociale au Burkina Faso.

En rappel, EducommunicAfrik est une association de jeunesse dirigée par des jeunes. Créée en septembre 2012, elle a pour principale mission, la promotion de l’éducation aux médias et à l’information en vue de l’autonomisation et le développement durable des peuples et des individus.
Anaëlle K.

www.fasoamazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.