Trentenaire du CERFI: Sous le signe de l’introspection et de la rétrospection

0
53
Présidium du trentenaire du CERFI

Le  Cercle d’Etudes, de recherches et de formation islamiques (CERFI) à 30 ans. Pour marquer d’une pierre blanche cet anniversaire, les premiers responsables du centre marquent une halte pour mesurer les acquis et se projeter dans la perspective de relever les défis que le centre s’est fixé. A l’occasion, une conférence de presse du trentenaire a été animée ce samedi 19 octobre à Ouagadougou par les premiers responsables du CERFI afin de mettre les hommes et femmes de média au parfum des activités entrant dans le cadre de cette célébration.

Presiduim du trentenaire du CERFI

Après 30 longues années de contribution à la promotion de l’islam et au développement social et économique du Burkina Faso, il est temps de marquer une pause pour faire de l’introspection et de la rétrospection en vue de mieux se projeter dans l’avenir pour qu’à l’horizon 2023 comme cela est sa vision, qu’il puisse être « une référence au sein de la communauté musulmane et également une structure de référence pour toutes les questions islamiques au Burkina Faso ».

Pour se faire, le CERFI,  le cercle d’Etudes, de recherches et de formation islamiques (CERFI) ambitionne être une organisation sociale incontournable au plan national sur les questions islamiques et apporter sa contribution à la consolidation de l’unité d’action réelle des musulmans, à l’amélioration de l’offre des services sociaux de base et partant au développement du Burkina Faso.

C’est sous le thème « Trentenaire du CERFI : Bilans et perspectives », que le CERFI célèbre ce trentenaire. 30 ans au service de la promotion de l’étude et la recherche dans divers domaines de l’islam, 30 ans défendre les intérêts de l’islam, 30 ans à apporter sa contribution au développement social, culturel et économique du Burkina Faso. Quoi donc de plus normal de célébrer cet anniversaire de la plus belle des manières.

En tout cas, ce n’est pas El Hadj Aminou Ouédraogo, le président du CERFI qui dira le contraire. « Nous marquons un arrêt aujourd’hui pour rendre grâce à Allah, faire un bilan de ce qui s’est passé, et pour envisager un avenir beaucoup plus radieux, beaucoup plus compétitif et aux côtés des autres associations du Burlington Faso pour travailler pour la cohésion du Burkina et pour le retour de la paix au pays », a-t-il indiqué. Au titre du bilan, plusieurs actes sont à mettre à l’actif du CERFI.

Sur le plan de la collaboration, le CERFI aura réussi à tisser des relations de collaboration et/ou de coopération avec des associations musulmanes. Sur le plan des ressources humaines, le CERFI dispose d’un réseau d’imams, de conférenciers et d’experts pour ses besoins mais aussi pour les besoins de la communauté musulmane et de la Nation.

Et ce n’est pas tout. « En 30 ans, c’est des générations qui ont été formées au service de la nation burkinabè. En 30 ans, c’est des mosquées qui ont été construite et qui participent à l’éducation de la jeunesse musulmane. C’est aussi des écoles qui ont été construite un peu partout dans le pays », a ajouté le président El Hadj Aminou Ouédraogo.
Les activités au programme de ce trentenaire

Les fidèles musulmans sont sortis nombreux à l’occasion.

La célébration du trentenaire du CERFI sera marquée par plusieurs activités. Au programme, des activités spirituelles, un forum national à Ouagadougou, des conférences publiques dans les provinces et régions, un séminaire national du personnel enseignant à Koudougou, un collecte et don de matériel aux déplacés, pause de la première pierre du complexe scolaire de Orodara, un jeûne sur le plan national pour implorer Allah et pour le retour de la paix dans notre pays pour la cohésion sociale et pour que Dieu assiste les activités du CERFI.

A entendre le président du CERFI, toutes ces activités s’inscrivent dans la pédagogie de l’exemple. « Le CERFI s’est donné comme objectif de donner le ton pour que les autres puissent suivent, faire pour que les autres puissent copier et que ça puisse avoir des émules au niveau de notre société pour un Burkina qui avance et qui progresse résolument », a-t-il fait savoir.

Une salle de conférence baptisée au nom de Sayouba Belem

Une salle de conférence en hommage au premier président du CERFI
La conférence de presse de lancement des activités du trentenaire du CERFI a également servi de cadre pour inaugurer la salle de conférence du CERFI. Baptisé « Salle de conférence Belem Sayouba », par ce geste, les responsables du CERFI rendent hommage au tout premier président de la structure. « Ce geste est un devoir de souvenir. Si le CERFI est bâti aujourd’hui, c’est au fruit du sacrifice de nos ainés.

C’est donc pour donner un ton de départ à cette marque de considération pour les ainés que nous avons voulu baptisé cette salle au nom du premier président du CERFI, El Hadj Belem Sayouba, décédé en 1996 », dixit le président du CERFI.

Selon El Hadj Aminou Ouédraogo, ce devoir de mémoire va continuer tout le long de la célébration du centenaire par la distinction, la reconnaissance pais aussi de remerciement en vers ceux-là qui ont travaillé à leur côté.

Au cours de cet échange avec les journalistes, le CERFI a lancé un appel aux fidèles musulmans et à l’ensemble des populations par rapport à la situation sécuritaire. Le CERFI invite les burkinabè à désarmer les cœurs. « Il faut que dans toutes les mosquées et les lieux de cultes, nous parlons à notre jeunesse, parce que c’est quand la jeunesse n’a pas de repère qu’elle s’adonne au terrorisme, au grand banditisme », a lancé le président du CERFI.
Anzëlle K

www.fasoamazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.