11 décembre 2019 àTenkodogo: Déclaration de Christophe Joseph Marie DABIRE, Premier Ministre du Burkina ,

0
244

Tenkodogo: 23 novembre 2019

Lors de sa visite des chantiers du 11 décembre à Tenkodogo, Son Excellence Monsieur Christophe Joseph Marie DABIRE, Premier Ministre, Chef du gouvernement, a rencontré les Forces Vives de la région du Centre-Est. A cette occasion, il a livré un message dont la teneur suit :

La nouvelle salle polyvalente de Télévision

« Depuis plus de quatre ans, le Burkina Faso est en proie à des attaques terroristes de plus en plus récurrentes et meurtrières, notamment dans les régions du Sahel, du Nord, de l’Est, du Centre-Nord et de la Boucle du Mouhoun.

Ces attaques ont causé de nombreuses victimes et de nombreux blessés parmi les Forces de Défense et de Sécurité, ainsi que la population civile. Elles ont également engendré des effets néfastes sur les efforts de développement socio-économique de notre pays, avec le pillage systématique du bétail, la destruction de moyens de production et de lieux de commerce, la fermeture d’écoles et de centres de santé.

Outre ces attaques, il faut noter l’exacerbation de la fronde sociale qui a atteint un niveau jamais égalé dans l’histoire du Burkina Faso, sur fond de revendications salariales et indemnitaires, à travers des grèves à répétition, des mouvements dits d’humeurs, et qui a porté un coup dur au fonctionnement de l’administration publique.

Par ailleurs, il faut noter la montée de l’incivisme et de l’intolérance se manifestant par des comportements déviants et criminels tels que les incendies des marchés et « Yaars » en 2016, et la destruction de biens publics et privés.

Face à une telle situation qui compromet sérieusement la survie de la nation burkinabè et l’intégrité du territoire, un sursaut collectif et patriotique s’impose. C’est à ce titre que Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, a constamment réitéré ses appels au Peuple burkinabè à œuvrer pour l’unité nationale et pour la cohésion sociale face à ces différentes adversités.

Bâtiment socio -économique flambant neuf

En effet, dans son message de fin d’année prononcé le 31 décembre 2018, à la vue de la généralisation de la fronde sociale, il lançait un appel aux partenaires sociaux pour une trêve. Ce message a été entendu par les organisations syndicales dont il faut saluer le patriotisme, car elles ont bien voulu suspendre les différents mots d’ordre qu’ils avaient lancés.

Par ailleurs, après les évènements sanglants de Yirgou, qui ont marqué malheureusement le début des oppositions violentes au sein de nos communautés, sentant cette menace d’un nouveau genre à notre mode de vie fait d’une parfaite symbiose, le Président du Faso avait également lancé un appel à la cohésion sociale dans notre pays. De même, les affrontements meurtriers de Barsalogho et d’Arbinda, ont confirmé l’urgence pour les Burkinabè de travailler à préserver la cohabitation pacifique dans nos sociétés.

Il en a aussi été ainsi à la suite de l’attaque de Koutougou dans la province du Soum, le 19 aout dernier. En effet, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian Kaboré appelait les Burkinabè à la mobilisation générale pour combattre l’hydre terroriste.

Il a, en outre, réitéré le même appel à l’unité nationale et à la cohésion sociale, après les récents attentats enregistrés à l’Est de notre pays et qui ont vu le massacre de nombreux travailleurs de la société minière SEMAFO. Le choc engendré par cette barbarie inhumaine laisse encore le Peuple burkinabè sous le choc.

Au regard de ce qui précède, le Président du Faso, dans son message à la nation le 07 novembre 2019, a invité les populations à la cohésion sociale et à la résilience locale. Répondant aux manifestations citoyennes, il a ordonné la mobilisation de volontaires pour la défense du Burkina Faso dans les zones sous menaces terroristes.  

A la suite de ces différents appels,  le Président du Faso a instruit le Gouvernement d’organiser des Assemblées Générales des forces vives dans l’ensemble des circonscriptions administratives, pour relayer ses messages, afin d’obtenir l’adhésion et le soutien de tous dans ce combat, et de susciter davantage une prise de conscience nationale sur la gravité de la situation ainsi que l’urgence d’une réaction populaire et solidaire.

C’est ce qui justifie les missions gouvernementales de sensibilisation et de mobilisation que nous allons organiser après Tenkodogo. Cette communion directe du gouvernement avec les forces vives s’effectue également en prélude à la mise en œuvre opérationnelle de la volonté du Chef de l’Etat, de prendre ou de faire adopter tous les textes législatifs ou règlementaires encadrant le recrutement, la formation et l’emploi des volontaires par les départements ministériels en charge de la Défense, de la Sécurité et de l’Administration du territoire, chargés d’opérationnaliser ce choix stratégique.

Le présent message vise donc à livrer aux populations de cette localité du Burkina Faso les messages du Président du Faso. Car face à la détérioration de la situation sécuritaire, l’unité des filles et fils du Burkina Faso, sans distinction d’âge, d’ethnie, de confession religieuse et d’appartenance politique, est un impératif majeur.

Tous les exemples de lutte pour la liberté et le progrès tirés de notre histoire montre que le peuple burkinabè a toujours été résilient dans les difficultés, même dans les plus extrêmes. La conviction du Président du Faso et celle du gouvernement est donc que notre peuple saura puiser les ressources dans les valeurs historiques qui ont toujours fondé notre vivre-ensemble pour, à travers la sueur et le sang, relever le défi de la cohabitation pacifique légendaire et vaincre l’ennemi qui, après avoir échoué à nous diviser, nous opposer les uns aux autres depuis quatre années, nous acculent par désespoir.

Les valeurs ancestrales de courage, de patriotisme, d’intégrité, de pardon, de solidarité, du vivre-ensemble notamment, doivent rester notre boussole dans ces temps difficiles. Nous devons y puiser les éléments essentiels à la reconstitution de notre tissu social et travailler à faire en sorte que le climat social soit apaisé. Il ne faut jamais perdre de vue que c’est parce que le mur est fissuré que le lézard s’y engouffre.

L’enjeu aujourd’hui, c’est la préservation de l’unité nationale et de l’intégrité du territoire burkinabè, la consolidation de notre vivreensemble, et enfin, la poursuite des actions de développement national et local, à travers la mise en œuvre du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES).

Nous sommes condamnés à rester débout dans la lutte contre le terrorisme et de maintenir le cap dans la conduite des actions pour le développement économique et social, de même que pour la construction d’un Burkina Faso où il fait bon vivre. A y voir de près, c’est parce que des gens sont contre la réalisation d’un bonheur pour tous les Burkinabè qu’ils nous attaquent de partout, et tuent indistinctement nos concitoyens.

Sous le leadership du Président du Faso, le Gouvernement a entrepris, souvent sans aucun bruit, un certain nombre d’actions visant à faire reculer ce péril. Elles intègrent la réorganisation de notre armée, l’acquisition d’équipements et le renforcement des capacités des hommes. Je peux vous assurer que le Gouvernement est sur le bon chemin dans cette lutte implacable contre l’obscurantisme.

Cependant, pour remporter de plus grandes batailles, pour obtenir une belle victoire, nous avons besoin du soutien des filles et fils de la région du Centre-Est, ainsi que de chacune des treize régions. C’est ainsi que le peuple burkinabè, uni et solidaire peut engranger davantage de résultats satisfaisants et libérer notre pays. Ce n’est pas une lutte qui incombe seulement au gouvernement et aux forces de défense et de sécurité. Cette guerre est celle de la totalité des Burkinabè.

C’est pourquoi, le Président du Faso m’a instruit, à sa suite, de lancer cet appel à partir de Tenkodogo qui doit abriter les festivités du 11 décembre 2019, fête de l’Indépendance de notre pays. Cette célébration doit être considérée comme étant la référence du sursaut national burkinabè, le symbole de notre refus de la rapacité, d’où qu’elle vienne et de notre volonté d’aller au développement. J’invite donc l’ensemble des populations de cette région, et de tous les Burkinabè à se mobiliser pour faire de cette célébration un véritable succès.

Faisant écho à l’appel à la mobilisation du Président du Faso, j’exhorte les populations de notre pays, à s’organiser, en attendant que le Gouvernement apporte le dispositif normatif et règlementaire, pour parachever ce processus, et permettre aux volontaires qui seront recrutés, d’apporter leur précieuse pierre à la construction de l’édifice national burkinabè et à perpétuer notre modèle de cohabitation pacifique légendaire.

Bonne fête de l’Indépendance à Tenkodogo

Je vous remercie.

Fasoamazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.