Vote des burkinabè de l’étranger: Des difficultés subsistent toujours selon le CFOP

0
127

 

A la conférence de presse du CFOP ce jeudi 16 janvier 2020, le CDP et le MCR ont échangé avec les journalistes sur la question du vote des burkinabè de l’étranger. Pour les conférenciers du jour, le processus d’enrôlement des burkinabè sur le fichier électoral rencontre des difficultés majeures. Le CFOP craint des cas de fraude compte tenu de l’inégale répartition des bureaux d’enrôlement et leur faible nombre à l’étranger.

Enrôlement de la diaspora burkinabè sur le fichier électoral, des échos parvenus au CFOP depuis le début du processus sont peu rassurants, précise le président du CDP le jeudi 16 janvier au cours de la traditionnelle conférence de presse du CFOP. Eddie Komboïgo informe de l’existence d’énormes difficultés rencontrées sur le terrain.

Des difficultés liées aux documents d’enrôlement, aux lieux d’enrôlement et à l’inégale répartition des bureaux d’enrôlement. Concernant les pièces de votation, il revient alors au CFOP que dans plusieurs pays, les burkinabè sont nombreux à n’avoir pas la carte nationale d’identité.

En Côte d’Ivoire, avec 1 300 000 burkinabè immatriculés à l’ambassade par exemple, le nombre d’enrôler est de 1419. La délivrance simultanée des cartes d’identité et des cartes d’électeurs compliquant aussi les choses, précise le président du CDP.
La centralisation des lieux de vote, notamment dans les consulats et ambassades, les inégales répartitions des bureaux de vote souvent retrouvés dans les zones où ne résident pas les burkinabè explique également la faible participation.

Outres ces difficultés, le CFOP dénonce également d’autres anomalies à savoir des cas d’individus pris en train de délivrer des CNIB dans des écoles ou de distribuer de l’argent.
Au regard de toutes ces difficultés, le CDP accompagné du MCR pour cette conférence de presse du CFOP pense que l’opération d’enrôlement des burkinabè de l’extérieur sera un échec cuisant.

Pour l’heure, le CDP et le MCR interpellent le gouvernement à proroger les délais de confection des CNIB à l’extérieur, à proroger la période d’enrôlement des burkinabè de la diaspora et la création de sites dans d’autres lieux en accord avec les pays de l’extérieure. Environ 1,5 à 2,5 millions burkinabè de l’extérieur sont enregistrés dans 22 pays d’Afrique, d’Amérique et d’Europe.

Fasoamazone.net 

Anaëlle K.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.