Lutte contre le terrorisme Les ministres de la culture en conclave à Ouagadougou

1
630

Les ministres en charge de la culture des pays du G5 Sahel n’entendent pas resté en marge dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent.  Ils ont initié une rencontre dite « conférence des ministres de la culture du G5 Sahel ». L’ouverture des travaux a eu ce mercredi matin à Ouagadougou. Prévue se tenir du 15 au 17 janvier, il est attendu à l’issue de cette rencontre des contributions du secteur de la culture dans la lutte contre la menace terroriste.

Les participants au conclave

La conférence des ministres de la culture du G5 Sahel qui s’est ouverte ce mercredi 15 janvier 2019 doit aboutir à une déclaration de Ouagadougou et à l’élaboration d’une feuille de route.

L’initiative développée par la présidence burkinabè du G5 Sahel, est de permettre une prise en compte du secteur de la culture dans la résilience et la lutte contre l’extrémisme violent. De l’avis du ministre de la culture burkinabè, il est attendu également de la rencontre de Ouagadougou, l’identification des systèmes de valeur, susceptibles de garantir la cohésion sociale et un meilleur vivre ensemble, mais aussi proposer des mécanismes visant à impulser l’action culturelle pour la protection et la promotion du patrimoine culturel dans toute sa diversité. « Le désenclavement des mécanismes de l’extrémisme violent est parfois dû à la méconnaissance ou au mépris de nos systèmes de valeurs, en raison des influences extérieures mondialisées qui les relèguent au rang des traditions désuètes », a indiqué Abdoul Karim Sango.Le Ministre de culture M. Abdoul Sango

Et tout comme la communauté internationale reconnait que chaque société a sa culture, le ministre de la culture burkinabè salue la mise en application de la convention de 2005 de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité culturelle.

Le contexte sécuritaire de la zone sahélienne a connu une forte dégradation avec la crise libyenne depuis 2011. Dès lors, la plus part des pays de la sous-région entre autre le Burkina, le Mali ou le Niger ont été victimes d’attaques terroristes et d’affrontements inter communautaires.

Si rien n’est fait, la situation pourrait s’empirer. Et le G5 Sahel, en plus d’apporter une réponse militaire à la menace terroriste, propose d’autres actions surtout des référentiels culturelles. Ces derniers permettront de suivre et renseigner la progression ou la régression de l’extrémisme violent.

La photo de famille des participants

Dr Ludovic Kibora, l’un des communicateurs préconise la promotion des parentés à plaisanteries, car dit-il, « elles peuvent aussi contribuer à lutter contre l’extrémisme violent ».

Pour Mousbila Sankara, ancien ambassadeur du Burkina Faso en Libye, le G5 doit s’élargir au G6 et même à toutes les zones pour lutter efficacement contre le phénomène du terrorisme, car convaincu que le terrorisme ne saurait être évités si la source continue de couler.
Mami O.

Faso Amazone.net 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.