Présidentielle au Burkina: L’éducation et l’emploi des jeunes au cœur du programme de la candidate KAM Yeli Monique

0
118

La « moitié du ciel », au Burkina Faso, a une représentante dans le lot des concurrents pour le fauteuil présidentiel le 22 novembre 2020. Comme déjà connu, c’est Yéli Monique Kam son nom.

Celle que l’on surnomme « La Yennenga de l’Education », porte les couleurs du parti du livre, c’est-à-dire le Mouvement pour la renaissance du Burkina Faso (MRB).

Elle inscrit l’éducation et l’emploi des jeunes comme des défis majeurs à relever au Burkina Faso et en fait un des volets prioritaires de son programme de société.

Elle est la Présidente du Mouvement pour la renaissance du Burkina (MRB). Elle, c’est Kam Yéli Monique, la seule femme parmi les 13 candidats  en lice pour la conquête du palais de Kosyam.

Et pour ce faire, elle entend convaincre l’électorat sur les grandes orientations de son projet de société dont la mise œuvre « passe nécessairement par les réformes des lois et institutions »: pacte républicain ; pacte éducatif et de l’emploi ; pacte environnemental et écologique ; pacte agricole ; pacte industriel ; pacte patriotique de la diaspora ; pacte de solidarité.

De tous ces points, le point d’orgue a été celui de l’éducation. En effet, dans son programme de société, Kam Yéli Monique, met l’accent sur l’éducation et l’emploi des jeunes.

Ainsi, elle propose un projet de société dont le volet éducation est dénommé « PACTE JEUNE ». Ce projet se présente comme un trépied dont le pilier central est l’ÉDUCATION, le deuxième pilier la FORMATION et le troisième pilier la RECHERCHE INNOVATION.

La Yennega de l’éducation, estime que l’option prioritaire est la formation scientifique, technique et l’innovation permanente. A cet effet, la candidate du Mouvement pour la renaissance du Burkina entend faire une refonte du système éducatif. « Nous réformerons complètement le système éducatif pour l’orienter vers une éducation entièrement tournée vers des objectifs de développement en amenant très tôt nos jeunes écoliers au raisonnement scientifique, à l’éveil de leur intérêt pour les objets matériels créés par l’esprit humain et l’innovation » lit-on dans son projet de société.

En ce qui concerne le pilier de la formation, Kam Yéli Monique, entend offrir à tout jeune, diplômé et non diplômé, une chance d’accéder à un métier qui lui assure un auto emploi ou un emploi décent grâce à des formations sur mesure dans des Instituts de formation professionnelle et technologique et les Centres de métiers.

A cet effet, l’unique dame en quête de la clé du palais de Kosyam, projette créer dans chaque régions et communes des centres de métiers.

A cela s’ajoute une campagne nationale de formation populaire qui sera organisée pour les jeunes ou les moins jeunes qui n’ont pas eu l’occasion d’aller à l’école afin de les permettre d’acquérir un minimum de connaissance pour avoir une certaine autonomie dans la société.

Quant au volet recherche-innovation, Kam Yéli Monique, promet aux jeunes sortants des filières scientifiques et techniques, l’encadrement institutionnel et financier nécessaire à la mise au point des produits de leur intelligence.

Pour ce faire, la candidate du MRB, ambitionne créer des pôles d’excellence spécialisé pour la recherche, équipés de laboratoires de niveau international, une Académie Nationale Burkinabé (ANB) comprenant notamment une section sciences, une section Arts et Lettres ainsi qu’une Agence Nationale de la Recherche et de l’Innovation (ANRI) qui sera chargée de la coordination de la recherche et de l’innovation permanente dans le pays.
Anaëlle K.

Faso amazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.